mardi 23 juillet 2013

Impressions d'Ecosse 3/3

Et voilà des photos de paysages écossais:

P1040005  P1040006 

P1040009   P1040012 

Le pont qui relie l'île de Skye au reste de l'Ecosse

P1040067

 

Le Loch Ness vu du château d'Urqhart

P1040129  P1040134

Paysage des Highlands.

P1040075  P1040077 

P1040073  P1040080

P1040086

 

Des chardons (symbole de l'Ecosse)

P1040083   P1040110

 

Pour parcourir l'Ecosse, notre groupe a été tranporté principalement par autocar mais aussi en Ferry et en train.
Nous avons pris le Jacobite steam train: un train à vapeur qui relie Fort William à Mallaig. Le trajet, qui nous a pris plus d'une heure 45, fait 41 miles (environ 60 km). On peut voir ce train et l'itinéraire suivi dans les films d'Harry Potter (surtout le premier). 

P1040034  P1040037

P1040042

 

Je ne voudrais pas oublier les "fans" de Downtown Abbey car voici la demeure (un petit château) qui fut choisi comme décor pour l'épisode "spécial Noël 2012". Il se trouve à Inveraray. Et il se visite.

Je le trouve très beau avec ses pierres grises.

   P1030757   P1030756

 

Je terminerai par un clin d'oeil "BD" avec L'Ile noire d'Hergé, où Tintin en compagnie de Milou (et les Dupont Dupond) poursuivent des faux-monnayeurs. L'histoire se passe en Ecosse. A un moment donné, Milou s'enivre de whisky de la marque "Loch Lomond". Cette marque existe, j'en ai rapporté une petite bouteille. Ce whisky n'a pas encore été goûté.

P1040352    P1040351

Voici aussi deux vues du Loch Lomond prise du petit village de Luss. Il y avait des canards qui barbotaient et des enfants qui se trempaient les pieds. Je ne sais pas si l'eau était chaude.

P1030736   P1030732

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 21 juillet 2013

Impressions d'Ecosse 2/3

Vous l'avez demandé: voici les photos d'une distillerie de whisky que nous avons visitée. Sa caractéristique est qu'elle est la plus petite distillerie d'Ecosse. On a eu une séance dégustation: le whisky 10 d'âge est bon, selon les échos que j'en ai eus. Je ne suis pas connaisseuse en la matière, et puis boire de l'alcool à 40% à jeun en fin de matinée, ce n'est pas trop ma "cup of tea" personnelle. Quoi qu'il en soit, à la boutique, j'ai acheté de la confiture parfumée au whisky et des "fudges" (genre de caramels tendres fondants) au whisky: excellent, sauf pour celles et ceux qui veulent garder la ligne.

P1040295     P1040291     P1040290

 

Et voici les photos de la distillerie:

P1040155            P1040160

P1040161        P1040164

 

On sentait les vapeurs d'alcool et il faisait très chaud.

 

P1040173              P1040167

Dans la présentation qu'on nous a faite, il a bien été question de la "part des anges": cette évaporation de l'alcool dans les tonneaux (ceux-ci viennent souvent du Bordelais) au fur et à mesure que les années passent.

Sinon, je voulais revenir sur deux demeures que j'ai visitées:

Bradock Castle, ancien manoir des ducs de Hamilton entouré d'un magnifique jardin où fleurissent en particulier des rhododendrons et avec vue sur la mer.

Ce domaine est situé sur l'île d'Arran à l'ouest de l'Ecosse.

P1030688    P1030699    P1030701

P1030702  P1030703  P1030706

 

P1030707  P1030708  P1030709

P1030704

Et Scone Palace qui se situe dans la région du Perthshire à l'est de l'Ecosse où furent couronnés de nombreux rois d'Ecosse.

P1040189  P1040190.

Dans le parc, on entend et voit des paons et des vaches de race Highland (vu la chaleur ce jour là, elle étaient installées sous un arbre).

P1040200   

P1040202   P1040192

 

Voici une autre photo de vache Highland prise dans l'île d'Arran. J'aime beaucoup la frange.

P1030712

Et enfin, deux joueurs de cornemuse: le premier (avec lunettes noires) photographié à Edimbourg et le deuxième à Inveraray.

P1030653  P1030750

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 19 juillet 2013

Impressions d'Ecosse 1/3

Je voudrais tout d'abord faire une observation, l'Ecosse est vraiment au nord de l'Europe car pendant cette période de l'été où le soleil a brillé, il ne se "couchait" pas avant minuit, la nuit noire n'était pas vraiment noire mais bleutée et, à 4 heures du matin, il faisait grand jour.

J'ai commencé et terminé mon tour d'Ecosse par Edimbourg qui est une très belle ville où l'on monte et descend beaucoup. Le célèbre château est bâti sur un volcan éteint.

P1030593

Voici d'autres photos d'Edimbourg:

P1030654 La Cathédrale Saint Giles

P1030657 Une rue en courbe et en pente (il y en beaucoup dans la vieille ville).

P1030661 Une rue avec au loin la mer

P1030666 La maison où vécut Robert Louis Stevenson pendant une vingtaine d'années de 1857 à 1880.

P1030664

P1030639 Vue panoramique d'Edimbourg (du château)

P1030584 Sur la gauche, le monument à Sir Walter Scott

P1040209 Grassmarket

P1040208 Victoria Street

P1040213 Greyfriar Bobby et sa statue: un petit chien (1856-1872) qui adorait son maître, et qui pendant 14 ans, a dormi sur la tombe de ce dernier avant d'être enterré à ses côtés. Il existe même un livre (d'Eleanor Atkinson) sur cette histoire (je l'ai acheté en VO).

Quittons Edimbourg et allons vers Glasgow, où ma visite panoramique fut courte, et je le regrette.

P1030714 Le beau bâtiment du musée de Glasgow

P1030718 Monument à Walter Scott

P1030725 L'intérieur de la cathédrale Saint Mungo, la seule cathédrale médiévale à être restée intacte après la réforme.

P1030727 L'extérieur de la cathédrale Saint Mungo

 

P1030595 Le pont sur le Forth : un pont ferroviaire sur lequel passent les trains dont la destination est Edimbourg. Il se trouve à 14 kilomètre de la ville. C'est l'un des plus longs ponts ferroviaires du monde, il enjambe le fleuve Forth qui lui-même se jette dans la mer du Nord.

 

P1040097 Le château de Dunvegan, très bien meublé, qui appartient encore à un membre du clan Mac Leod. Il se situe à l'ouest de l'île de Skye dans les Highlands.

 

 

P1040114                                           P1040117 Le château d'Eilean Castle qui est bâti sur une île reliée par un pont aux terres intérieures. Il paraît que c'est le château le plus photographié de cette partie de l'Ecosse et il a servi comme décor de cinéma.

P1040121

  P1040125      P1040126

 

Et enfin, voici le château en ruines d'Urqhart qui surplombe la rive nord du Loch Ness (je n'ai pas vu Nessie). Le site est majestueux. Le château fut presque détruit en 1692.

J'avoue que je connais peu l'histoire de l'Ecosse; c'est pourquoi je me suis acheté un petit livre en version anglaise qui devrait m'éclairer sur cette région.

Suite dans 2 jours avec quelques paysages et jardins.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 16 juillet 2013

Hijacking - Tobias Lindholm

Me voici donc revenue d'Ecosse après une semaine de ciel bleu, de soleil et de températures estivales. En revanche, je n'ai vu ni fantôme ni Nessie.

Avant de faire un petit compte-rendu sur ce voyage illustré avec quelques photos, je voudrais évoquer un film danois (sorti cette semaine), qui est prenant et passionnant de bout en bout. Hijacking (Kapringen en VO) a été écrit et réalisé par Tobias Lindholm (le scénariste de la série télé Borgen et du film La Chasse de Thomas Vinterberg). Dans ce film tiré d'une histoire vraie, nous assistons pendant 1H40 aux négociations entre des pirates somaliens (qui ont pris à l'abordage dans l'Océan indien un bateau d'une compagnie maritime danoise) et le PDG de la compagnie. Les Somaliens se servent de l'équipage, composé de sept hommes, comme objet de négociations. L'action se déroule alternativement au siège de la société danoise et sur le bateau. Nous assistons aux échanges téléphoniques par téléphone cellulaire interposé entre Peter, le PDG de la compagnie, et Omar, le négociateur somalien. Pendant les 137 jours qu'aura duré cette affaire, les protagonistes de cette triste histoire vont pas mal changer, et certains vont longtemps rester marqués comme Mikkel Hartman, le cuistot du bateau. C'est un film intelligent qui montre comment il est plus rapide de négocier avec des hommes d'affaires pour un contrat commercial de plusieurs millions de dollars qu'avec des preneurs d'otages miséreux qui n'ont pas grand-chose à perdre. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 6 juillet 2013

Pause vacancière en Ecosse + Livres mystères 2, 3, 4 et 5

Et oui samedi 6 juillet 2013, aujourd'hui, je pars 8 jours en Ecosse. Je vais faire le tour de cette région en passant par l'île de Skye. J'essaierai d'apercevoir Nessie dans le Loch Ness; en revanche, je ne boirai pas de whisky (pas fan du goût). Je me réjouis de découvrir Edimbourg, quelques châteaux et surtout les paysages. Je croise les doigts pour que le temps soit clément.

EdinburghMontage

J'écrirai bien entendu un petit compte-rendu à mon retour.

*************************************************************************************************

En attendant, je continue mes mini-chroniques sur les livres que j'ai lus "confidentiellement" dans le cadre du prix du roman Fnac, dans l'ordre de préférence.

Livre mystère 2 : je ne connaissais pas l'écrivain et pourtant il est co-auteur d'une BD sur les derniers jours de Stefan Zweig. Dans sa biographie romancée à paraître, il est question de l'évocation du destin tragique du fils schizophrène d'un génie de la physique. Pas mal du tout, mais l'ensemble reste un peu superficiel, sans vrai point de vue. Et j'ai été gênée par le fait que, régulièrement, l'écrivain se mette à la place du malheureux héros: il le fait parler. Mais c'est une opinion purement personnelle.

P1030571

Livre mystère 3 : ce roman a été écrit par un journaliste qui, a priori, est responsable des pages littéraires d'un grand quotidien national. Il situe son histoire en 1994, en pleine guerre de Bosnie. Il décrit comment de jeunes Français, issus ou non de l'immigration, se trouvent mêlés à ce conflit comme simples soldats, pour un motif religieux ou autre. On est au plus près des personnages, mais je n'ai pas trouvé que l'écrivain nous faisait sentir l'horreur de la guerre: trop neutre à mon goût.

P1030569


Livre mystère 4
: voici un roman anglo-saxon écrit par une femme, l'épouse d'un écrivain britannique très célèbre. Je dois dire que, selon moi, elle n'a pas tout à fait le talent dudit mari. En 1997, une journaliste pigiste doit faire une interview d'Honor, une vieille dame de 80 ans, ancienne grande reporter qui a cotoyé les grands de ce monde. La jeune femme voudrait bien qu'Honor lui révèle quelque secret inavouable. Le roman fait presque 500 pages, c'est long. 150 pages auraient suffi. J'ai trouvé des répétitions, l'action n'avance pas, ça patine. Je ne conseille pas vraiment.

P1030566

Livre mystère 5 : ce roman est un mystère en lui-même. Je n'ai pas "accroché" du tout à l'histoire de ce vieil homme qui va bientôt mourir de manière violente et qui nous raconte des bribes de sa vie. La jeune femme qui a écrit ce roman le fait dans un style agréable, mais cela n'a pas suffi à mon bonheur.

 P1030570

 

J'ai mis 3 semaines et demi pour lire ces cinq romans.


********************************************************************************************************

Pour conclure, je vous dis à très bientôt.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 3 juillet 2013

Moi, moche et méchant 2 - Pierre Coffin et Chris Renaud

Moi qui vais en général voir une moyenne de 8 films par mois, je me retrouve un peu en panne sèche de chroniques cinéma, n'ayant vu qu'un film pendant les trois dernières semaines. Cela ne m'était jamais arrivé, sauf en vacances hors de Paris. Actuellement, les films qui sortent ne me tentent vraiment pas. Toujours est-il qu'après une journée de dur labeur au travail, je suis quand même allée voir hier soir (mardi 2 juillet 2013) Moi, moche et méchant 2 de Pierre Coffin et Chris Renaud. Il s'agit de la suite logique du premier (qui m'avait plu). Gru est devenu un vrai "papa gâteau" avec les trois orphelines dont il s'occupe. Ils vivent tous ensemble dans une grande maison avec un immense sous-sol, dans lequel il mène des expériences avec les minions et le professeur Nefario afin de mettre au point des confitures et gelées idéales. Cependant, les minions sont tellement nombreux que Gru ne se rend pas compte que quelques-uns disparaissent, tout comme une base secrète militaire au pôle nord littéralement arrachée du sol par un gros aimant. En effet,le "méchant" de l'histoire rève de dominer le monde en commençant par changer (je vous laisse découvrir comment) les minions en créatures chevelues de couleur violette avec des dents acérées. Le scénario est plein d'humour avec des clins d'oeil aux films de James Bond: cascades, voiture amphibie et même une "Gru girl" (si je puis m'exprimer ainsi) dont notre héros va tomber amoureux. Et puis les minions sont nettement plus présents que dans le premier film. Le film est vraiment agréable à regarder, et plaira aux petits et aux grands. Bref, je conseille.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 30 juin 2013

Livre mystère 1 / Toyer - Gardner McKay

J'ai déjà évoqué le fait que j'avais été sélectionnée pour être membre du jury du roman Fnac 2013. J'ai reçu cinq romans : quatre français et un britannique. Trois d'entre eux ont été écrits par des femmes, et j'en retiens particulièrement un qui sortira fin août. La femme qui l'a écrit est la seule dont je connaissais le nom. L'histoire se passe à Paris. un garçon obèse de 12 ans et sa mère sont logés chez des gens aisés (souvent absents) dans le 1er arrondissement. La maman récure pratiquement tous les jours l'appartement de fond en comble. L'enfant devient le souffre-douleur de sa classe dans un collège qui se situe à proximité, mais l'obésité n'est pas la seule raison des quolibets à l'encontre de ce garçon qui est plein de ressources. Il est capable de voir un fantôme du passé. J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman bien écrit dans lequel les relations mère-fils m'ont touchée. Peut-être devinerez-vous qui a écrit ce roman édité par les Editions Albin Michel et qui paraîtra fin août 2013? Je vous communiquerai le titre du roman et son auteur fin juillet.

*****************************************************************************************************

P1030562

En attendant, voici une critique sur Toyer de Gardner McGrath (1932-2001), qui vient de paraître en poche. Après l'avoir emprunté à la bibliothèque, j'ai lu la version grand format (Editions du Cherche-Midi). Ces 700 pages se lisent vite car le texte est découpé en petits chapitres de un à trois pages. A Los Angeles, depuis un an, Toyer sévit en lobotomisant des jeunes femmes après avoir eu des rapports intimes avec elles. Face à lui, Maud Garance, une psychiatre qui s'occupe des victimes de Toyer (surnom trouvé par une journaliste), va tout faire pour que cet homme soit mis hors d'état de nuire. En effet, comme les victimes de Toyer ne sont pas mortes mais plongées dans le coma, la police ne semble pas s'intéresser à cette affaire qui a déjà fait 12 victimes. Dans ce roman datant de 1998 (mais publié en français en 2011), il n'est bien évidemment pas fait mention de l'ADN, ni des téléphones portables qui auraient pu empêcher Toyer de rester impuni si longtemps. Le roman est composé de trois grandes parties: le commencement, le milieu et la fin (si, si). C'est ce dernier chapitre que j'ai retenu, car il se déroule dans un laps de temps de douze heures - haletantes. Pour résumer, je dirais cependant que ce thriller n'est pas indispensable à lire. Le reproche que je lui fais est qu'on n'arrive pas à bien cerner certains personnages comme celui de Maud, par exemple.

Lire le billet d'Isa.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 27 juin 2013

Le fils unique - Yasujiro Ozu

Quoi de neuf comme sortie "cinéma"? Et bien je viens d'aller voir Le fils unique de Yasujiro Ozu (1903-1963), un "vieux" film en noir et blanc de 1936 resté inédit en France. Ce fut le premier film parlant du réalisateur du Goût du saké. L'image et le son (malgré la restauration) crachottent beaucoup mais cela ne m'a pas empêchée d'apprécier ce film. Comme souvent dans les films d'Ozu, la caméra est à hauteur du sol. Le film débute par une citation: "Le drame de la vie commence avec le lien entre parents et enfants". Dans le Japon d'avant-guerre, Ozu nous raconte une histoire simple, celle d'une veuve, ouvrière dans une filature de soie, et de son fils (âgé de 15 an au début). En 1923, cette femme, qui vit dans une province du centre du Japon, vend tout ce qu'elle possède afin que son fils aille au lycée. Elle veut qu'il réussisse dans la vie et qu'il ne tombe pas dans la misère comme elle. Pourtant, treize plus tard, en 1936, rendant visite à son fils qui vit à Tokyo, elle se rend compte qu'il mène à son tour une vie assez misérable avec sa femme et son fils âgé de quelques mois. A 28 ans, il travaille comme "demi-prof" dans un collège et gagne très peu. Il souffre de cette situation. Le couple vit dans une masure d'un lotissement au milieu d'un terrain vague. Ozu nous décrit les dures conditions de vie de ces gens humbles. Mais il n'y aucun misérabilisme. Je vous conseille d'aller voir ce film s'il ressort en province. A Paris, il se donne dans 2 salles.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 24 juin 2013

Les fiancées d'Odessa - Janet Skeslien Charles

P1030560

A mon tour, j'ai décidé de lire Les fiancées d'Odessa de Janet Skeslien Charles (Editions Liana Levi, piccolo), après avoir lu des billets sur des blogs qui en ont parlé en bien (Aifelle, Keisha, Kathel et Theoma par exemple). Dans les années 90, Daria, la narratrice, célibataire et âgée d'une vingtaine d'années, vit avec sa grand-mère Boba en Ukraine, à Odessa sur les bords de la Mer Noire. Occupant un poste d'assistante dans une compagnie israélienne de fret maritime, Daria n'a pas pu trouver mieux comme emploi (elle a pourtant un diplôme d'ingénieur). La ville d'Odessa, outre le fait qu'elle possède le 3ème plus bel opéra du monde (après ceux de Rome et Prague), est célèbre pour son escalier de 132 marches qui mène à la mer. Mais Odessa comme d'autres villes en ex-URSS est gangrénée par la corruption et les trafics en tout genre, dirigés par la mafia locale. Les gens d'Odessa souffrent de privations. D'ailleurs, de nombreuses jeunes femmes de cette ville aspirent à se marier avec un étranger (un Américain de préférence) afin de quitter l'Ukraine. C'est l'opportunité qui s'offre à Daria. Fin de la première partie. La deuxième partie du roman se passe dans la région de San Francisco, où Daria qui a obtenu un "visa fiancée" vit avec Tristan qu'elle épouse. Mais le rêve tourne au cauchemar car Tristan n'est pas celui qu'elle croyait. Je vous passe plein de péripéties, que je vous laisse découvrir. Un très bon roman, léger et grave à la fois, que je vous conseille.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 21 juin 2013

Oh boy - Jan Ole Gerster

Pour le moment, je reste sur la chronique de films. Depuis presque trois semaines, j'ai pourtant lu cinq romans dans le cadre du prix du roman FNAC, ayant été sélectionnée comme membre du jury, mais je ne dois pas en divulguer les titres. Une blogueuse dont je tairai le nom est dans le même cas que moi...

Bref, toujours est-il que j'ai vu récemment Oh Boy, un film allemand de Jan Ole Gerster tourné en noir et blanc dont l'histoire se passe pendant environ 24 heures à Berlin. Il s'agit d'une journée dans la vie de Niko Fisher (Tom Schilling) qui dès l'aube quitte sa petite amie et, après un crochet par son appartement presque vide, part chez un psy pour essayer de récupérer son permis de conduire (qu'on lui a retiré pour conduite en état d'ivresse). Toute cette journée, entre deux rencontres, il essaiera désespérément de boire un café. Après s'être fait "remonter les bretelles" (sur un terrain de golf) par son père qui a découvert que son fils "sèche" l'université depuis deux ans, Niko croise son voisin d'immeuble (envahissant), une grand-mère qui abrite son petit-fils dealer, et une ancienne copine de lycée, jadis obèse, qui est devenue une actrice de théâtre d'avant-garde. Je n'oublie pas la confrontation de Niko avec des contrôleurs de tickets de métro. Niko termine sa journée dans un bar où il écoute le soliloque d'un vieux Juif rescapé de la Nuit de cristal en 1938. La musique du film que l'on entend en continu est très "jazzy". J'ai vu ce film dans une salle pleine avec des spectateurs qui avaient l'air satisfaits. Je pense que le "bouche-à-oreille" fonctionne bien, et c'est mérité. J'ai passé un très bon moment. S'il passe par chez vous: allez-y!

Lire les billets d'Emma, Mymp et Wilyrah.

***************************************************************************

Pour rester en Allemagne, j'ai vu lundi soir 17 juin 2013, au Théâtre de la Ville à Paris, Kontakhof, un des spectacles les plus célèbres de Pina Bausch (disparue le 30 juin 2009). La dernière est ce soir, vendredi 21 juin 2013, ça se joue à guichets fermés. Le spectacle dure 2H50 (avec entracte). SUPERBE! Les artistes (de toutes les nationalités) ont entre 25 et 45 ans à peu près. Mais l'ensemble est très homogène. Cela m'a évidemment rappelé le documentaire que je vous recommande: Les rêves dansants (Sur les pas de Pina Bausch).

 

P1030559

 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,