vendredi 17 septembre 2021

Un vaisseau fabuleux (et autres voyages galactiques) - Philip K. Dick

    cli9-3     summer-star-wars-mandalorian-430x340

Philip K. Dick (1928-1982) est l'auteur de plusieurs romans adaptés au cinéma dans des films célèbres (Blade Runner, Minority Report, ou encore... Total Recall), et de nombreuses nouvelles de science-fiction. Il était donc normal que je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) puisse chroniquer quelques-unes de ses oeuvres dans le cadre de mon Challenge de la planète Mars. Aujourd'hui, pour mon 10e billet (déjà!), je commence à aborder cet auteur avec un recueil de nouvelles dickiennes, que j'inscris également pour le 9e Challenge de l'Imaginaire et le XIIe Challenge Star Wars.

20210917_123533   20210917_123541

Traductions de l'américain revues et harmonisées par Hélène Collon, 375 pages, 2010 (1er DL 2005, copyright Gallimard), copyright éditions Denoël pour la traduction française

Un vaisseau fabuleux (et autres voyages galactiques) rassemble 12 nouvelles, écrites entre 1952 et 1954. L'édition française précise "Cet ouvrage est publié avec l'accord de l'auteur et de son agent [nom de l'agent...]". J'ai acheté mon exemplaire il y a quelques semaines, sur la foi du texte de 4ème de couverture. Les Martiens dont il est souvent question (souvent des colons terriens) y sont à chaque fois différents... Je commence par dire quelques mots de présentation pour les 8 nouvelles évoquant Mars.

Dans Les joueurs de flute, un médecin tâche de se renseigner à propos des autochones qui se seraient trouvés sur un astéroïde, et obtient en réponse: "Oh, on raconte qu'ils sont originaires de Mars. Cela dit, ils ne ressemblent guère à des Martiens. Ils ont la peau sombre, plutôt cuivrée. Il sont minces. Très agiles, à leur manière. Ils chassent, ils pêchent. Pas de langage écrit. Nous ne leur accordons pas beaucoup d'attention" (p.113).

Monsieur le vaisseau remarque, p.88, que "Le monde s'est toujours battu, d'abord contre lui-même, puis contre les Martiens, et maintenant contre ces créatures de Proxima du Centaure dont nous ignorons tout". Quant au vaisseau, véritable héros de cette nouvelle, il a acquis une conscience humaine, volens nolens.

Dans Colonie, un équipage débarqué depuis 3 semaines sur une planète se méfie, rappelant que les sables martiens contiennent "une saloperie en forme d'hélice", comparable à l'eberthella typhi que nous avons sur terre (sauf erreur de ma part, ce nom correspond à salmonella typhi, le germe responsable de la fièvre typhoïde!). Je dirai juste qu'ils avaient raison de se méfier...

J'ai trouvé particulièrement forte la nouvelle Tant qu'il y a de la vie... Préserver les sources d'approvisionnement de matériaux devenus indispensables à une société de consommation exacerbée la conduit au désastre. Sur Mars, ce sont des "gisement de rexéroïde" qui sont l'enjeu. Ce produit (?) est indispensable pour le servomécanisme qui fait fonctionner les voitures terriennes! Mais Vénus, Callipso, Neptune, Saturne... sont également sources uniques de matières premières, d'où conflits après conflits.

La crypte de crystal voit les autorités martiennes se montrer plus subtiles que trois agents terriens alors que se profile un conflit entre les deux planètes.

Pour Un vaisseau fabuleux, Mars est juste une destination devant tester un vaisseau pris aux Gaymédiens. Mais il n'y arrivera jamais... alors que le Grand Emetteur martien est le plus puissant du système solaire, arrosant les neuf planètes et portant même au-delà, dans les profondeurs de l'espace (p.352).

L'ancien combattant qualifie les Vénusiens de "pieds-palmés" et les Martiens de "corbeaux", alors que les deux types de mutants descendent de colons terriens (la colonisation de Vénus est citée comme étant intervenue à la fin du XXe siècle!), et que les croisements restent fertiles... Le racisme ne passera pas.

La Mission d'exploration sur Mars y fera une terrible découverte, décourageante.

Les quatre nouvelles qui ne citent pas Mars ne manquent pas d'intérêt pour autant. L'heure du wub qui ouvre le recueil a été la première nouvelle publiée par Philip K. Dick, et bénéficie de 5 pages d'introduction. Elle a conservé un "peps" indéniable! Dans Le canon, un vaisseau d'exploration arrivant sur une planète anonyme se fait abattre par un engin automatique toujours en état de fonctionner, alors que les habitants de ladite planète semblent avoir disparu depuis longtemps. Les braconniers du cosmos, les "Adharans", vont léguer une méchante surprise au vaisseau terrien qui les ont arraisonnés. Enfin, la nouvelle Tony et les "Bêtes" montre l'impérialisme terrien, sûr de lui et dominateur, qui a fini par faire l'erreur de s'aventurer une planète trop loin... avant de devoir commencer à refluer, ineluctablement.

Une belle découverte pour moi que ce recueil, donc. J'espère avoir donné envie de le lire!

Voici pour terminer quelques autres chroniques trouvées sur la toile: le site Vous, humains (pas de commentaire possible?). Erwelyn a présenté deux des nouvelles ici et . Enfin, Snow de Bulles de livre avait parlé du recueil en 2010.

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 13 septembre 2021

Les femmes ne viennent pas de Mars, mais elles y vont - Anneliese Mackintosh

 

Les femmes ne viennent pas de Mars, mais elles y vont, d'Annelise Mackintosh: voilà bien un livre que je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) n'arriverai à inscrire sur aucun des challenges que je suis, ... si ce n'est mon propre Challenge de la planète Mars. Je suis tombé sur ce bouquin par hasard l'autre jour, dans les bacs à tarif doux devant chez Gibert au Quartier Latin. Je ne l'ai lu, bien entendu, qu'après avoir investi 2 euros pour cet achat. Neuf, ce livre sorti en juin 2020 coûte 18,90 euros. Une fois n'est pas coutume, je présente donc un roman paru très récemment! Hors challenge, je n'aurais jamais songé à l'acheter ni même à le feuilleter. Et voilà que je l'ai lu, pour en tirer un billet de plus.

P1120560

Selon ce qui figurait sur le site de l'Agence culturelle de la région Aquitaine (ECLA), la traductrice, Aurélie Montaut-Pernaudet, "a acquis une solide expérience dans le domaine de la littérature populaire et sentimentale": voilà qui pourrait suffire à qualifier l'ouvrage. De quoi s'agit-il donc? Solvig, 37 ans, plongeuse professionnelle en couple avec James, un tatoueur amputé d'un pied, court deux lièvres à la fois: tomber enceinte, et participer à un concours pour partir sur la planète Mars (sans l'avouer à son cher et tendre). Le roman est écrit sous forme de récit à la première personne. On partage donc avec notre héroïne les instants de plongée en saturation (avec les collègues qu'il faut supporter), le passage des différentes étapes pour sa candidature au projet médiatique Objectif Mars... et par-dessus tout, ses questionnements sur sa vie de famille, passée, présente ou future, mais plus ou moins dysfonctionnelle. 

De mon côté, je le répète, la seule chose qui m'a attiré vers ce livre qui ne correspond guère à la littérature que je lis usuellement, c'est Mars. Je peux dire que je l'ai lu sans déplaisir, mais avec une indifférence certaine, et que je ne le relirai pas. Quant à cette histoire de recrutement de futurs colons martiens, ça me disait vaguement quelque chose. Il me semblait avoir vu passer des infos dans la presse à ce sujet, fut un temps. J'ai vérifié, et il est explicite que c'est le véritable projet Mars Horizon porté par la société Mars One, lancé en 2011, qui a inspiré le "pitch" de ce bouquin. Il faut malheureusement (?) noter que l'article qui la concerne sur Wikipedia (consulté le 5 septembre 2021) signale la mise en liquidation en 2019 de la société suisse qui l'avait rachetée. Mais Elon Musk reste en embuscade avec ses propres projets de départ vers Mars. Et, plus sérieusement (plus modestement, aussi), la NASA recrute semble-t-il des volontaires (américains!) pour vivre un an, à Houston, comme s'ils étaient sur Mars...

Pour en revenir au livre, j'ignore s'il a attiré beaucoup de lectrices (sinon de lecteurs). J'ai trouvé un petit nombre de blogs qui ont l'ont chroniqué: Charlene, une des cinq chroniqueuses du blog Alice in Neverland, en parle. Mais aussi La bibliothèque de Céline ou Les petites lectures de Scarlett.

Ah, tiens, finalement, une idée: il faudrait que je propose mon exemplaire en "livre voyageur". Et ce serait aussi l'occasion de reprendre contact avec les blogueuses à qui je n'ai toujours pas demandé leur adresse ou un RV pour leur faire parvenir les livres pour lesquels elles s'étaient dites intéressées dans les délais lors d'une opération précédente!

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 10 septembre 2021

L'enfant de Mars - Cyril M. Kornbluth & Judith Merril / Le Marquis de la Dèche - Roland Dorgelès

                                          cli9-3  

Encore de la littérature pour le Challenge de la planète Mars (lancé par moi-même, ta d loi du cine, "squatter" chez dasola). Comme je l'avais fait naguère pour des livres de Paul Féval ou Howard Fast, je vais profiter d'achats en bouquineries pour présenter deux livres.

Je suis tombé sur le premier par hasard, il y a quelques semaines, en fouillant dans les bacs d'une librairie d'occasion boulevard Saint-Michel, rayon SF / Fantaisy. Aux côtés d'ouvrages très contemporains (pas mal de volumes du Trône de Fer, d'autres "Fantaisies", et de la SF "classique" en Pocket, J'ai Lu et autres Présence du Futur [Denoël]), sur un des "format poche" dont ma main rendait visible un titre après l'autre, un mot m'a accroché l'oeil: "... Mars"! Je l'ai bien sûr sorti du bac et amené jusqu'à la caisse.

 P1120556

L'enfant de Mars, Cyril M. Kornbluth & Judith Merril,
collection Le Masque - Science Fiction (N°84), Librairie des Champs-Elysées, 1979.

La collection tout d'abord. Je ne la connaissais pas (n'y avais jamais porté attention). Quelques recherches suffisent à n'importe qui pour découvrir que "Le Masque - Science Fiction", créée en 1974 et clôturée en 1981, a publié 116 titres". J'ai eu de la chance en tombant sur le seul volume de cette collection à comporter "Mars" dans son titre. Parmi les auteurs publiés: Philip K. Dick (8 titres), Jack Vance (3 titres), Isaac Asimov (2 titres), Frank Herbert (2 titres), Arthur C. Clarke (1 titre), Robert Heinlein (1 titre)... et bien d'autres auteurs connus (dont quelques Français) dont je n'ai jamais rien lu encore. On y trouve encore Le fusilier Cade, des mêmes Kornbluth & Merril (N°100). Quant à la "Librairie des Champs-Élysées", cette Maison d'édition fut fondée en 1925 par Albert Pigasse, et perdura jusqu'à sa radiation en décembre 1995, après avoir rejoint Hachette en 1971. Sa plus célèbre collection fut celle du Masque.
Aujourd'hui, la marque « Éditions du Masque » est déposée par les Éditions Jean-Claude Lattès, appartenant au groupe Hachette, depuis le 22 février 1996. Pour ma part, j'ai collectionné jadis les 247 tomes de la collection "Western" - ils doivent désormais gésir dans des cartons dans une résidence secondaire à usage de garde-meuble...

J'en viens (enfin!) à L'enfant de Mars. Pour une exégèse du titre, je dirai juste que ça aurait tout aussi bien pu s'appeler "Les enfants de Mars" (il existe au moins un autre livre portant ce dernier titre - rien à voir). On est tout de suite plongé dans l'action sur Mars, alors que le médecin, Tony Hellmann, héros principal, vient de veiller à la mise au monde (martien) d'un nouveau-né tout ce qu'il y a de plus humain, puisque né de colons d'origine terrienne. C'est en suivant le docteur dans ses pensées, ses actions, ses rencontres... que nous est brossé par petites touches, rappelées incidemment par l'un ou l'autre des personnages principaux ou secondaires, l'univers dans lequel ils évoluent, dans un futur indéterminé où la terre est surpeuplée. A noter que les tout premiers colons à avoir "atterri" sur Mars y étaient morts de faim, car le vaisseau-cargo qui devait les précéder avec tout le matériel nécessaire avait été détruit à l'atterrissage.

Désormais, les humains ont découvert une substance, l'oxygène enzyme (OxEn), produite à grand frais sur Mars même, qui, prise régulièrement, leur permet de survivre sur cette planète (atmosphère, atmosphère... et autres inconvénients). Mais tous ne s'y acclimatent pas. Parmi les produits exportés vers la Terre depuis Mars figure une une substance, la "marcaïne", qui peut devenir une drogue dont raffolent les Terriens, et qui rapporte de gros bénéfices - légaux - à ses producteurs. Pour sa part, le docteur Tony Hellmann fait partie d'une communauté, "Sun Lake", qui semble en autogestion, contrairement aux autres implantations terriennes sur Mars (un centre administratif, des mines appartenant à de grandes entreprises, des usines privées, quelques fermes familiales des "pionniers"...). L'équipement dans lequel ont investi les colons de Sun Lake, leur outil de travail et leur moyen d'existence, un laboratoire de chimie, est convoité par d'autres, et une crise éclate avec les autorités.

Après diverses péripéties (la pression ne se relâche pas un instant!), le "deux ex machina" sera un journaliste qui "n'est pas un simple rapporteur reporter" [p.109]. Son quatrième pouvoir l'emporte, très symboliquement, sur les autres: il éclaire le judiciaire, et il se permet de "manipuler" l'exécutif lorsque celui-ci exerce un "excès de pouvoir" règlementaire sinon législatif. Quant à l'enfant, disons juste qu'il a muté...

En deux mots, j'ai trouvé ce roman écrit à l'origine en 1952 particulièrement attachant et facile à lire. Je n'ai rien de spécial à dire sur les auteurs (dont j'ignorais jusqu'au nom avant de découvrir ce livre). Je vous renvoie donc à internet (et notamment à Wikipedia) si vous voulez d'autres informations sur Kornbluth et Merril!

*

*      *

L'autre titre chroniqué dans ce billet contient un mot qui commence par "MAR" et finit par un "S". Le lien peut paraître un peu ténu pour en parler ici, alors je vais user d'une pirouette et arguer du privilège de l'organisateur du Challenge! Plus sérieusement, je rapproche les deux ouvrages parce que j'ai aussi "chiné" celui-ci dans une librairie d'occasion (pas la même).

L'étal de celle-ci (qui s'affiche "Livres anciens et modernes") m'avait attiré depuis l'autre côté de la rue, avenue Denfert-Rochereau. Pour fouiller dans les bacs de "Poche", il fallait écarter les livres à la couverture passée, posés à l'horizontale, qui les protégeaient du soleil. Le libraire m'a rappelé que les livres craignaient l'humidité, la moisissure, ...et aussi le soleil. En ce qui concerne l'humidité, son arrière-boutique et les livres qu'elle contenait ont subi un dégât des eaux l'an dernier, en provenance du voisin du dessus qui était parti se confiner en province sans couper son arrivée d'eau... Depuis, ça sèche péniblement. Bref.

Je n'avais, je crois bien, jamais croisé (ou, en tout cas, jamais prêté attention à) un "Poche" de Roland Dorgelès autre que son célébrissime Les croix de bois. Alors, quand je suis tombé par hasard sur celui-ci, Le Marquis de la Dèche, bradé à 1,50 euro, je me le suis offert. 

P1120552

Il s'agit d'un livre dont le copyright Editions Albin Michel est millésimé de 1971 (du vivant, donc, de Roland Dorgelès), cependant que l'édition "poche" semble avoir été imprimée en octobre 1974 (après son décès - même si celui-ci n'est pas mentionné dans la présentation de l'auteur en page de garde). A l'époque (pas encore un demi-siècle, alors que j'étais collégien), quatre titres étaient mentionnés "Dans Le Livre de Poche" en début de livre, et une vingtaine étaient listés en fin d'ouvrage comme "Oeuvres de Roland Dorgelès". Je reviendrai sur l'auteur plus bas, intéressons-nous donc au livre pour commencer. Ce fameux Marquis de la Dèche, notre héros (ou presque!), campe un personnage pittoresque parmi d'autres qui ne le sont pas moins, sur une Butte Montmartre imprécisément datée de "peu avant la Grande Guerre". Le livre se présente en 13 (oui, 13! Superstition?...) chapitres dont on imagine tout à fait la publication en feuilleton. Les bons mots fleurissent, les "types" sont parfois quelque peu caricaturaux: la bohème et ses artistes fauchés, géniaux, méconnus, enragés de réussite; les anarchistes; les indics; les (petites) crapules, et autres filous ou escroc (personnage attachant!); les "bourgeois" qui viennent s'encanailler; et tout un monde de bars et autres bouges plus ou moins interlopes (souvent tenus par des femmes). Mais tout tourne autour d'un jeune... non pas futur écrivain, mais chansonnier qui rêve d'écrire une opérette sinon un opéra (et d'y trouver la fortune!). Ses amis ou compagnons sont sculpteur, peintre, danseuse, chanteuse, accordéoniste... On sent parfois que Dorgelès a la plume facile du journaliste, avec de grands "morceaux de bravoure" sous forme de discours ou de descriptions, tandis qu'ailleurs quelques phrases suffisent à marquer les jours qui passent et/ou à faire avancer l'action... En ce qui concerne le "genre", il n'y a guère de mise en avant d'homosexuel(le)s - je n'ai pas dit qu'il n'en était nulle part fait mention! Les hommes apparaissent plutôt soucieux de leurs intérêts ou de leur orgueil d'artiste, mais aussi intéressé par la bagatelle, cependant que les femmes semblent plutôt volages... On est davantage dans le registre comique que tragique. Bref, c'est une pochade qui se laisse lire, même si le monde décrit paraît aujourd'hui bien suranné.

Par associations d'idées, je lierais ce livre à deux autres que j'ai lus dans le temps. L'un, pour la jeunesse, Fanchette (le jardin de l'espérance), de Saint-Marcoux, est aussi situé sur la Butte Montmartre, mais dans les années 1950. L'autre, Nuits de princes de Joseph Kessel, se déroule à Pigalle, après la 1ère guerre mondiale.

Je reviens à Roland Dorgelès, dont je ne savais pas grand-chose, comme -je suppose- la plupart des lycéens puis lecteurs de ma génération. Un coup d'oeil sur Wikipedia consulté le 16 août 2021 (je vous laisse vous y reporter - je ne veux pas allonger la sauce davantage!) m'en a appris bien plus que la biographie succincte du livre de poche. J'avoue ne pas m'être reporté à une biographie de Dorgelès, qui m'en aurait sans doute encore appris davantage sur mon livre du jour et son auteur. En tout cas, ce sont une cinquantaine d'ouvrages qui semblent avoir été publiés par notre prolifique auteur, membre de l'académie Goncourt de 1929 à sa mort, et qui l'a même présidée de 1954 à sa mort en 1973. J'ai l'impression que tout cela est bien oublié aujourd'hui. Pour son passage dans le domaine public et une éventuelle exhumation, attendons 2044: peut-être assistera-t-on à un retour à la surface éditorial(e) de toute son oeuvre?

Et pour finir ce long billet, une question subsidiaire: d'ici 2044, l'homme aura-t-il, ou non, posé le pied sur la planète Mars? 

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 7 septembre 2021

Une vie compliquée / La vie compliquée de Georges le tueur! - Wolinski

Cette fois-ci, je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) consacre mon hommage mensuel à Wolinski, avec deux de ses albums aux titres qui se ressemblent. Pour la petite histoire, je ne connaissais pas Une vie compliquée et suis tombé dessus récemment dans une solderie, tandis que j'avais l'autre album dans ma BDthèque depuis plusieurs décennies. Je commence par le plus récent (et sans doute le plus méconnu?).

P1120440

 Une vie compliquée, Albin Michel / SEFAM, mai 2005 (après une première édition en 2004?)

L'hstoire semble bien avoir été publiée dans L'Echo des Savanes, ce que les mentions "Albin Michel / SEFAM" me laissaient supposer. Ce magazine semble avoir eu lui-même une histoire compliquée... Est-ce que la fin abrupte serait en rapport avec la suspension de L'Echo des Savanes fin 2005, avant la reprise du mensuel en 2008 par Glénat?

Lors de sa sortie en album, Une vie compliquée avait été présenté (selon ce que j'ai pu lire ces jours-ci sur le web) comme la première "véritable" bande dessinée de Georges Wolinski. Le contenu consiste en une aventure "unique" qui court sur 48 pages, sans que le thème en soit trop introspectif (?). Comme on peut le lire partout (et notamment en 4e de couv'), le "Jules" héros de l'album est présenté comme un play-boy bien garni en femmes comme en comptes bancaires.

P1120551

Dans l'album de la SEFAM, notre Jules apparaît plutôt comme un membre de la classe moyenne supérieure, un Français normal, avec une double vie, quelques maîtresses par-ci-par-là, et aucune inquiétude à avoir pour ses fins de mois. A noter encore que, dès la première page, on aperçoit des oiseaux qui... P1120442  P1120443 Mais non, j'en parlerai le mois prochain. Disons que le héros se prélasse en hamac dans une île. Dès la page 3, sa légitime l'appelle (au téléphone). Retour prévu à Paris, en passant par Stockholm... Trajet comme retour sont torrides. Et générateurs de quiproquos. Et Jules se retrouve dans de mauvais draps. Notre infortuné héros est pris pour ce qu'il n'est pas, un tueur. Ce n'est pas lui, c'est l'autre, monsieur "X"! Ah, en passant, ne prêtez jamais votre PC à votre chérie, quel que soit le prétexte invoqué! Elle va le pister dans son paradis puis à Stockholm. Les mafieux comme la police sont aussi sur ses traces. Son seul soutien: "X", dont on découvre qu'il a embarqué Jules dans son repaire. Devenu méconnaissable, il s'ennuie. Mais ses poursuivant(e)s rappliquent... Bref, vous l'aurez compris, ça fourmille de péripéties. Les 48 pages ne sont absolument pas numérotées. Par moment, un court récitatif suffit à faire avancer l'action. En dernière page, cet album commencé par des oiseaux s'achève en queue de poisson (à suivre / suite attendue?).

Quelques images du refuge en montagne. P1120444  P1120445 "X" est un vrai professionnel.  

*

*     *

Je passe maintenant à l'autre ouvrage que je possédais de longue date [septembre 1998!], au titre un peu similaire: La vie compliquée de Georges le tueur! (éditions du Square, 1970 - 36 ans avant avant l'autre!). Ce second album (le premier chronologiquement) consiste, lui, en un regroupement de plusieurs épisodes plus ou moins philosophiques. Je dirais presque qu'il s'agit d'un album "à sketches". 

P1120441 Editions du Square, dépôt légal 4e trim. 1970

Le premier a pour titre "Le matraqueur". La première "victime" de celui-ci ne lui rapporte, comme butin, que deux sachets de graines... spéciales. Ces femmes empotées qui poussent doucement sont, je suppose, à ne pas prendre au pied de la lettre (ce serait bien trop méchant). Cette bande dessinée de 1970 nous montre une première "belle plante" dont le héros doit se séparer prématurément, tandis que la seconde s'attache longuement...  Faut-il voir dans cette historiette de 9 pages des (sex-symbol), entre celles qui dépérissent vite d'avoir été cueillies trop vite, et celles qu'il faut tenir à distance si on les a laissées nous envahir? Après quelques planches d'interlude, place à "La vie sentimentale de Georges le tueur", qui court en vain derrière le succès (10 pages d'histoire, + 2 planches-interlude).

Voici la planche d'ouverture du troisième épisode: le tueur réfugié dans le chalet, la grosse voiture qui vient le chercher... P1120561 ...Est-ce que ça nous rappelerait quelque chose? Il y est question d'un petit pays dangereux, s'il exporte une terrible invention: non, pas une religion, juste la découverte du professeur Cavanna, qui peut rendre l'humanité immortelle... 

Quatrième épisode: "C'est bien fait pour eux!". Georges (le tueur) revient, et il est plus méchant: dictateur, c'est à lui qu'il revient d'exterminer cette humanité qui le lasse. Encore deux pages d'interlude, et une conclusion ("Sex-shop") en dix pages encore: Georges est tout seul sur terre... ou presque.

Mais que je sache, à part sur le papier, Wolinski n'avait jamais agressé qui que ce soit!

*** 

Je profite de ce billet pour signaler l'appel co-signé par Maryse Wolinski et six dessinateurs de presse, dont Coco, Riss et Juin, pour réclamer la création, à Paris, d'une Maison du dessin de presse et du dessin satirique. Cette création avait été annoncée à grand son de trompe le 7 janvier 2020, à l'occasion du cinquième anniversaire de l'attentat contre Charlie, par le Ministre de la Culture, qui était à l'époque Frank Riester. Aujourd'hui, si j'ai bien compris, pour boucler le plan de financement, il ne manque plus que l'engagement financier de l'Etat... Peut-être n'est-ce plus assez "attractif"?
Appel publié dans le Journal du Dimanche du 05/09/2021, p.37.

*** Je suis Charlie ***

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 1 septembre 2021

Manifestement vôtre - N°17

== Attention, ce 17e billet d'une série qui s'éternise (mais n'a pas encore atteint la majorité / le droit de vote) sera un peu moins basé sur l'actualité et un peu plus "coup de gueule". Âmes sensibles s'abtenir. ==

Et bien non, contrairement à ce que le titre de ce billet pourrait laisser croire, je n'ai encore jamais manifesté, le samedi, pour protester contre le pass sanitaire. Et cela parce que je ne me retrouve nullement dans ce que la presse ou la télé ont pu nous montrer des organisateurs ou des plus exaltés des manifestants (barnums incendiés, pharmaciens ou soignants pris à partie!... Complotisme et antisémitisme, proximité / porosité avec l'extrême-droite...). Je pense plutôt faire partie d'une (forte) minorité (un tiers des Français?) qui "ne sont pas pour" le pass sanitaire, sans pour autant apprécier la "minorité agissante" de ceux qui s'y opposent de manière "virulente" (si je puis dire).

Je sais pas vous, mais moi, ça faisait des mois et des mois que je croisais des personnes qui me disaient "Oh, le covid-19? Je crois bien que je l'ai eu déjà! J'ai été malade comme un chien / totalement sur le flanc / au fond de mon lit pendant 3 jours / une semaine..., à l'époque où on n'en parlait pas encore / juste avant le 1er confinement..., et puis ça a passé tout seul...".
Et manifestement, ces personnes-ci n'ont jamais pris la peine de consulter (guéris avant, à coup de paracétamol?) ou de se déclarer "officiellement". Parmi elles, le discours pouvait aller de "du coup, plus besoin de me faire vacciner!" à "Bah oui, je me ferai quand même vacciner, comme tout le monde, on n'a pas le choix...".

Je me demande donc combien, parmi les réfractaires au vaccin comme moi, ont été des "malades clandestins" - par opposition aux bientôt sept millions de malades officiels dûment estampillés, référencés, comptabilisés (plus de 10% de la population française, tout de même!)?

Occasion encore de souligner que les beaux chiffres de nos comptages nationaux précis jusqu'à l'unité, ça me fait donc doucement rigoler... Les ordinateurs ne recrachent jamais que ce qu'on leur a injecté. Si les données sont faussées ou incomplètes à la base, ça ne les dérange pas spécialement... On obtient quand même de jolies courbes, qui éclairent nos "décideurs" pour prendre des décisions indifférenciées... (sinon indifférentes).

== Ce qui m'embête, c'est qu'il est impossible (inutile, plutôt) à chacun de vouloir se faire tester pour connaître l'état de ses éventuels anticorps: l'HAS a dit (béni soit son nom!), dans son avis du 15 mars mis à jour le 16 juillet 2021, que la science n'est pas capable de savoir à partir de quel taux les anticorps nous protègeraient... ("A ce jour, la présence d'anticorps ne permet pas de garantir que vous êtes protégé contre la maladie si vous rencontrez à nouveau le virus ou ses variants") alors que ma "suggestion" (voire mon attente!) aurait été que soient développés et promus des tests permettant de détecter la quantité d'anticorps (et leur "efficacité" prévisionnelle) pour permettre à chacun d'apprécier SA propre situation, afin de prendre (et d'assumer) sa propre décision... ==

Profitons-en pour relever d'autres exemples, sinon de "technophobie", du moins de mes réticences quand il nous a été demandé de nous "adapter" à des modifications en fait imposées.

Le passage de la TV hertzienne à la TNT, en devant soit me procurer un boitier bidule soit changer de télé? Zut. Après tout, biberonner ce qui coule des tuyaux audiovisuels, je m'en passe bien, et ça m'évite de m'endormir, le dimanche après-midi, devant les F1 qui tournent en vrombrissant sur leur circuit... Du coup, je me suis aperçu que j'avais davantage de temps pour lire! Le pass navigo annualisé? Zut. J'ai dû être l'un des tout derniers à utiliser ma "carte orange" tant qu'il a été possible de s'en procurer un coupon. Et je sais bien pourquoi je m'achète (en espèces!) un pass découverte différent chaque mois (5 euros, soit 60 euros par an): c'est parce que je n'ai pas les moyens d'en acheter un chaque semaine (ce qui reviendrait à 260 euros dépensés "pour rien"...). Un smartphone? Zut. Je me promène avec ma "cabine téléphonique portative" dans une poche et sa batterie dans une autre, donc. Je les réunis toutes les fois que j'ai, moi, besoin de passer un coup de fil. Etre borné en permanence, ... ma foi, je laisse ça à qui le souhaite! Et si, demain, on me remettait à chaque coin de rue les 40 000 cabines qui existaient naguère, je pense que mon bidule de poche passerait aussi sec à la poubelle. Ça suffit? Presque.

Se faire enfoncer dans les naseaux un écouvillon long de 20 centimètres... Si ça se trouve, ça atteint le cerveau (ah, je viens de comprendre pourquoi les gens acceptent de se faire vacciner, ensuite! - pouf pouf). En tout cas, non merci, pas pour moi, aussi longtemps que je pourrai l'éviter. Je ne peux plus aller au restaurant, au cinéma, au théâtre? Tant pis pour moi. Tant pis aussi pour les professionnels qui ne bénéficient pas de ma clientèle de ce fait... au moins jusqu'au 15 novembre?

== Bon, ceci dit, je vais quand même pimenter ce billet avec quelques infos relevées dans la presse le mois écoulé. ==

Dès fin juillet, tout était déjà prêt pour la campagne de rappel (3e dose) dans les EHPAD, à partir de septembre... Et pour la quatrième?

Ah bah ça n'a pas traîné: Moderna et Pfizer augmentent le prix de leur vaccin anticovid, pour les dernières livraisons contractées pour l'Union européenne. Vous avez dit situation de monopole en économie capitaliste?

20/08/2021 - une surprise incroyable, dont nul ne se serait douté, et qui va certainement modifier du tout au tout les politiques sanitaires française, européenne et même mondiales (c'est bon, je sors...): nous (les êtres humains - pour les souris, voir ci-dessous) ne serions pas égaux devant le virus! 25% des formes sévères du covid-19 s'expliqueraient par une anomalie génétique ou immunologique. Et alors, les 25% "à risque" et les 75% "moins à risque", va-t-on arriver à les différencier (j'ai pas dit discriminer!)?

Un film d'horreur réservé à un public averti? des chercheurs ont filmé en temps réel l'avancée du virus dans le corps de souris infectées... Bon, je sais pas si la version intégrale est réservée aux abonnés? Ce que j'en ai vu n'est pas excessivement spectaculaire...

03/08/2021: selon une étude américaine, l'infection naturelle fournit une telle immunité robuste sur le long terme que la vaccination contre la maladie n'offrirait aucun avantage réel. Et selon les chiffres israéliens, 40% des nouvelles infections dans le pays concernent des personnes vaccinées alors que seulement 1% concernent des personnes guéries du coronavirus. YESSSSSSS! Le tout, donc, c'est de juste commencer par ne pas en mourir...
En France, actuellement, on nous abreuve de chiffres qui disent que la majorité des malades sont non-vaccinés. En Israël (si j'ai bien compris!), la lecture des chiffres est inverse, avec comme explication: "quand la majorité d'une population est vaccinée, c'est normal que la majorité des malades parmi cette population soit aussi des gens vaccinés"!

27/08/2021: j'avoue avoir (encore) ricané en lisant le (gros) titre "L'infection entraîne plus d'effets indésirables que le vaccin". Faut-il que la masse des "irréductibles Gaulois" ait besoin d'être convaincue, pour faire ainsi flèche de tout bois! Bien entendu, l'article est beaucoup plus sérieux que ce titre stupide au 1er degré le laisserait penser.

12/08/2021: les maladies nosocomiales, je connaissais; les champignons nosocomiaux, pas encore...

20/08/2021: selon l'AFP, la pandémie a cessé d'accélérer cette semaine. Et ben moi, je vais vous bidonner un scoop, de sous mon seul chapeau (inventé, donc!): l'*fgh*n*st*n n'aurait déclaré aucun nouveau cas aujourd'hui (l'échelle est trop petite!). Champagne?

07/08/2021: toujours intéressant de constater comme chacun se constitue sa propre grille de lecture... Moi, dans l'article de 20 minutes, je décrypte en priorité que 13% des patients admis en soins critiques fin juillet ETAIENT vaccinés! ... En fait, on peut donner tous les arguments qu'on veut (pour le vaccin): ça touchera les uns sans faire bouger les autres! (comme aurait à peu près pu dire Chirac)...

09/08/2021: une micro-algue toxique sur les plages de la côte basque française pourrait donner des symptômes correspondant à ceux du covid-19. Si mêmes les algues s'y mettent, maintenant, on est vraiment mal barrés!

10/08/2021: respect. Il a été au fond des choses. RIP.
RIP (bis):
le 1er homme au monde à avoir été vacciné est mort (j'avais loupé cette info du 26 mai 2021)

10 août 2021 - Alerte rouge en Martinique, pardon, dans les Antilles: si tout le monde n'a pas entendu le message "Arrêtez de ne pas vous faire vacciner: vous allez attirer le virus!", c'est qu'on est aussi bête que OSS117, ou moins malin que ce que le gouvernement pense... Et après, on nous dira "Je t'avais prévenu!" ?

Je vous parlais le mois dernier du vaccin à avaler (en gélule). Voici désormais le vaccin à sniffer (en spray, made in China)!

19/08/2021: à Sarreguemines, remise de peine envisageable pour les détenus qui se feraient vacciner? 
Y aura-t-il un démenti (une "nuance"), comme en Guadeloupe les 15 et 16 août pour le document publié par Libération?  Ou pourra-t-on dire que libération (de prison) a fait école?
Dernière Minute: désolé M'sieurs-dames, il semble que même avec le vaccin, c'est pas automatique...

18/08/2021 - la vaccination comme acte d'amour: François, merci beaucoup! Maintenant, tu veux pas aller t'occuper du mariage des prêtres, plutôt? 

23/08/2021 - bientôt le retour de la rentrée... et timing impeccable pour cette sympathique initiative: du matériel mathématique fabriqué à partir de masques recyclés, distribué gratuitement dans une commune de Haute-Garonne... Espérons que ça donnera l'esprit de géométrie à nos gamins du XXIe siècle concernés! 

20/08/2021: ah bah en voilà une idée américaine qu'elle est bonne pour faire repartir le secteur du spectacle vivant.  Comme quoi les Américains ne sont pas toujours si nuls que ça... Plus qu'à y affecter le budget nécessaire, hein Roselyne...

21/08/2021: il faut de tout pour faire un monde? Un Brésilien s'est débrouillé pour se faire vacciner 5 fois dans son pays... L'addiction au vaccin... ça se soigne?

30/08/2021: le virus aussi dangereux, chez certains patients, qu'une morsure de serpent à sonnette? Etude américaine, bien sûr (où donc trouve-t-on des serpents à so(r)nnette...?).

25 août 2021: une info qui m'a fait sourire (mais je ne fais pas partie des intéressés, bien sûr): 7 personnes sur les 200 piquées le 27 juillet au centre de vaccination de La Flèche (Sarthe) avaient reçu une injection de sérum physiologique en guise de vaccin... Ça me fait penser à ces malheureux candidats dont l'administration égare les copies et qui doivent recomposer...

Dernière minute: le 31 août 2021, on apprend que les données personnelles de 700 000 personnes testées (noms, prénoms, dates de naissance, adresses, numéros de téléphone, numéros de sécurité sociale et adresse e-mail, ...ainsi que le résultat des tests) se retrouvaient jusqu'au 27/08 accessible à tous, le mot de passe censé les protéger étant aussi en ligne. Je ne sais même plus que dire... Chapeau à toute l'équipe: les organisateurs, les entraîneurs, les sponsors, les soignants... sans oublier ceux sans qui rien ne serait arrivé, les décideurs politiques!

Pour finir, en lien avec l'actualité (JO et Afghanistan), je vais extraire une citation que Joseph Kessel, dans Les cavaliers, place dans la bouche d'un vieux conteur: "Il est un bon proverbe. Si la chance est avec toi, pourquoi courir? Et si la chance n'est pas avec toi, pourquoi courir?"

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 29 août 2021

La guerre des mondes - Herbert-George Wells

                                         cli9-3  

J'ai poursuivi mon Challenge de la planète Mars (lancé par moi-même, ta d loi du cine, "squatter" chez dasola), en relisant un grand classique. Cette fois-ci, il ne s'agit pas d'un "space opera", même si je viens de découvrir que l'oeuvre chroniquée aujourd'hui a connu une ou plusieurs suites (que je vais tâcher de me procurer pour une prochaine lecture...). Mon billet du jour comptera, en tout cas, aussi pour le 9e Challenge de l'Imaginaire.

P1120458

H.-G. Wells (1866-1946) est l'un des pionniers de la littérature de science-fiction. La guerre des mondes, comme tout le monde le sait, dépeint le débarquement des Martiens en Angleterre, aux alentours de Londres (et non dans le New-Jersey aux Etats-Unis!). Mon Folio (ci-dessus) possède un premier cahier "collector", imprimé en biais, et une couverture illustrée par Folon (ça ne s'invente pas!). C'est mon grand frère qui m'avait offert (et fait découvrir) ce bouquin, pour un de mes anniversaires, il y a plus de 40 ans... Dans cette édition en français (je ne me suis évidemment pas reporté au texte en anglais), l'action se déroule en 1894, et est "racontée" six ans plus tard (alors que le livre, lui, a été publié en 1898).

Un lecteur français aura sans doute autant besoin d'une carte, pour y repérer les innombrables lieux cités au cours des pages, qu'un étranger pour se repérer en banlieue parisienne. J'ai trouvé un site en anglais (je suis bien certain qu'internet offre une multitude d'autres outils!).

Pour envahir la terre, la science martienne utilise, selon ce que reconstituent les savants terriens, une sorte de canon tirant des projectiles de 20 à 30 mètres de diamètre, qui "mettent minables" ceux envoyés sur la lune par la "Columbia" de Jules Verne. Au départ destination d'excursion, le premier cratère formé par la chute d'un de ces "météores" se révèle rapidement source d'un danger mortel, et très vite en surgit un engin inconnu, cependant que les cyclindres (contenants) continuent d'arriver depuis Mars au rythme d'un par jour. Les tripodes (célèbres dans notre "imaginaire collectif") sont aussi décrits (par un artilleur - qu'on reverra par la suite dans le livre) comme mesurant eux-mêmes 30 mètres de haut. Nos envahisseurs semblent ignorer la roue. Leurs "machines de guerre" principales se déplacent à vive allure, si j'ai bien compris, en basculant de l'une à l'autre de leurs trois longues pattes dans une sorte de tournoiement (?).

L'auteur-narrateur (roman à la 1ère personne) se positionne en témoin de première main, mais raconte également ce qui arrivait à son frère, de son côté. Très vite, c'est le chaos dans la banlieue londonienne, alors que les Martiens sèment la panique et la mort, malgré la résistance, qu'on pourrait croire de mieux en mieux organisée, de l'armée britannique, puis de sa marine. Ce livre écrit à la fin du XIXe siècle annonçait déjà les gaz de combat (la "fumée noire" inconnue répandue par les Martiens sur soldats comme civils) et le rayon laser de la saga Guerre des étoiles (puisque le laser n'a toujours, à ma connaissance, été utilisé jusqu'à maintenant que pour guider une bombe vers un objctif, et non comme "rayon de la mort" tel que décrit dans nos oeuvres d'anticipation). L'exode des Londoniens fait penser à celui de juin 1940 sur les routes de France (selon ce que j'ai pu en lire). Le narrateur s'attarde jusqu'à se retrouver isolé beaucoup trop près d'un campement martien avant de pouvoir s'échapper.

Dans ce livre, Herbert-George Wells nous donne entre autres la vision d'un futur où la majorité des humains ne seraient guère plus que du bétail (les Martiens sont quelque peu vampires...), cependant qu'une minorité résisterait (le narrateur passe quelques jours aux côtés de l'artilleur croisé précédemment, avant de comprendre qu'il ne s'agit guère que d'un rêveur velléitaire). Un premier indice d'insuccès de l'invasion est donné par la dégénérescence rapide de l'herbe rouge extraterrestre... qui, après avoir crû très vite, meurt subitement. Et il s'avère au bout de quelques semaines à peine que la cinquantaine de Martiens, dont les militaires britanniques n'ont réussi à détruire que deux ou trois tripodes (tuant leurs conducteurs), a été exterminée par les micro-organismes terrestres, alors que les envahisseurs s'apprêtaient à étendre leur rayon d'action (vers le continent?) grâce à une machine volante qu'ils finissaient de construire...

Désormais, on peut espérer que la Terre veillera au grain! Ce ne sont pas les hommes, n'est-ce pas, qui auraient l'idée d'envoyer aux confins de notre galaxie un message disant en substance: "Ohé, amis, nous avons plein de protides à vous offrir, dans la 3e planète autour du soleil! Venez, soyez les bienvenus, miam-miam!".

La moindre recherche sur internet ramène des dizaines de chroniques sur ce classique de la SF qu'est La Guerre des Mondes (le roman). J'ai tâché de "mixter" entre des blogs que je connais déjà ... et d'autres (sans prétendre, bien sûr, à l'exhaustivité!), mon principal critère étant que le blog soit toujours actif en 2021 (ce n'est pas le cas de tous ceux sur lesquels je suis tombé, on peut même dire que ça réduit sérieusement le champ...). Ainsi, en ont parlé: SF Emoi, La bibliothèque éclectique, L'ourse bibliophile, Ju lit les mots, Ewylyn, Bruce Kraft (qui a aussi consacré un autre billet au film de 2005), Le cafarnaüm éclairé de Nelfe et Mr K. (liste incomplète, j'insiste). Plusieurs autres blogs dont Le chien critique, Les lectures de Cyrlight, Culturellement vôtre, Welcome to Nebalia ...m'ont mis sur la piste d'une édition présentant aussi une suite!

** Pour prolonger le livre **

En plus d'être illustré, traduit, réédité, le livre a aussi donné lieu à bien des adaptations sous diverses formes toutes plus notables les unes que les autres. Il semble que la fameuse histoire de la panique causée par l'adaptation radio d'Orson Welles soit surtout une invention de journaliste. Pour ma part, j'ai dû voir au moins deux ou trois fois le film de 2005 avec Tom Cruise au fil des ans. Mais j'aimerai bien laisser dasola participer au Challenge avec l'un ou l'autre film concernant Mars! Une adaptation manga (3 volumes au Japon) est en cours de parution en France, j'y reviendrai vraisemblablement si le T.3 sort avant mars 2022. Et voici les titre de deux suites: La cage de Londres (il faudrait que je passe - notamment - à la librairie québécoise de Paris, afin de pouvoir en parler ultérieurement...), et Le massacre de l'humanité (évoqué par certains autres blogs listés ci-dessus).

Je savais aussi qu'Edgar P. Jacob avait illustré La guerre des mondes alors publié en feuilleton dans les tout débuts du Journal de Tintin, en 1946-1947, et pensais mettre ici un extrait du livre que je possède sur le dessinateur. Mais je viens de trouver mieux: Vivianne Quittelier, la petite-fille de sa dernière compagne, possède un blog (elle a d'ailleurs publié un livre de souvenirs où elle évoque le Maître). Et on y trouve donc en ligne plusieurs versions d'une image iconique représentant trois tripodes.

Pour finir, j'espère ne pas avoir trop déboussolé les lecteurs de ce billet par les mélanges entre fiction et réalité, fin du XIXe siècle et notre XXIe siècle. Si c'est le cas, je m'en excuse, et ne peux que suggérer... une deuxième lecture de l'article! ;-)

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 15 août 2021

Le secret de Khâny (Yoko Tsuno T.27) - Roger Leloup

     summer-star-wars-mandalorian-430x340     DesHistoiresetdesBulles    cli9-3 

Quatre challenges avec un seul billet - je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) deviens peut-être trop gourmand...  en ce sixième mois depuis le début du Challenge de la planète Mars (lancé par moi-même, ta d loi du cine, "squatter" chez dasola). Mais bon, cela fait tellement plaisir d'y voir répertorié mes petits billets... Ici pour le 9e Challenge de l'Imaginaire, là pour le XIIe Summer Star Wars "The mandalorian". Cette fois-ci, mon sujet est une bande dessinée.

Yoko Tsuno, c'est LA série personnelle de Roger Leloup, qui a débuté sa carrière comme assistant de Jacques Martin, d'Hergé, de Peyo... Il a l'idée du personnage à Noël 1968 et quitte définitivement les Studios Hergé fin décembre 1969. La publication dans le journal de Spirou commence par quelques histoires courtes (je dois les avoir en reliures du journal!) sous la signature du scénariste Maurice Tillieux (reprises dans le 4ème album de la série, Aventures électroniques). La première histoire complète en un album met en scène la rencontre de Yoko et de ses deux faire-valoir masculins avec les Vinéens, dont Khâny, dans Le trio de l'étrange (album sorti en 1972). Mais commençons par Le secret de Khâny (27e album, sorti en 2015 - je reviendrai sur la série plus loin dans le billet). 

P1120459

Un soir, Yoko (à droite sur la couverture ci-dessus) et sa "tribu" sont dérangées dans leur vie de château en Ecosse par un robot volant manifestement vinéen. Occasion d'appeler en visioconférence Khâny (à gauche sur l'image)... qui commence par ne pas répondre. Lorsqu'elle se pose enfin, une heure plus tard, c'est pour proposer à la fine équipe un petit tour, non pas dans les étoiles (la routine!), mais sur la planète rouge, avec départ deux jours plus tard (oui, dans cet album, les choses ne traînent pas trop) vers la lune d'abord, puis, en une seule journée, vers Mars.

P1120461 (p.23-23) Arrivée en vue de la planète.

   On y tombe assez vite sur des créatures patibulaires (p.26-27)... P1120462

 ... dont il faut encore se dépétrer, après quelques péripéties (p.41) P1120464

Je crois avoir réussi à ne rien spoiler pour préserver le plaisir de parcourir chaque page.

P1120463 Au final, l'action sur Mars (de la page 22 à la page 46) se déroule très vite: cela a juste pris quelques heures à Yoko (et à ses comparses) pour sauver le monde terrien et conclure l'album.

Quelques blogs (parfois participants aux Challenges Summer Star Wars proposés par Lhisbei) ont écrit des billets plus complets sur cet album en particulier. Je pense à Anudar (fidèle participant, qui a aussi évoqué d'autres albums), ou à Fanaeries (plus épisodique, aujourd'hui inactif). En 2015, Blog-o-noisettes ou Prosperyne en avaient aussi parlé. Enfin, voici ce qu'en disait l'auteur lui-même en mai 2015.

Passons maintenant à la série (il manque dans cette image de Quatrième de couverture du N°27 les deux derniers titres parus).

P1120460

En guise de transition, je tenais aussi à montrer des citations des albums Message pour l'éternité (à gauche) et Les trois soleils de Vinéa (les deux autres extraits). Comne quoi, l'oxyde de fer est bien un élément répandu dans l'univers...

P1120548   P1120549   P1120550 des paysages déjà très "martiens"... L'un sur terre (avec un peu de végétation ou de mousse?) et l'autre à deux millions d'année-lumières!

Comme j'avais commencé à l'évoquer plus haut, la série de Roger Leloup (qui va sur ses 88 ans) compte une trentaine de volumes, dont une dizaine constituent un "space opera" avec extraterrestres et visites de planètes lointaines (très lointaines: à deux millions d'année-lumière!). Cette héroïne de papier est graphiquement âgée d'une trentaine d'années (mettons qu'elle était fraîchement diplômée en électronique en 1970...). L'originalité de la série consiste en ce qu'elle alterne des aventures en lien avec les "extra-terrestres" que sont les Vinéens (installés sous terre depuis des centaines de milliers d'années... en léthargie pour la plupart), et des aventures plus "terre-à-terre" même si exceptionnelles. Ainsi, Yoko a d'abord travaillé pour la télévision, plutôt "à la pige" qu'en tant que salariée en pied (un peu comme Tintin?). Ses aventures l'entraînent aux quatre coins du monde, de l'Allemagne à l'Asie voire la Suisse ou même la Belgique. Elle a des accointances avec les services secrets britanniques et, depuis déjà quelques albums, plus vraiment de soucis matériels pour faire vivre les enfants ou adolescentes qu'elle a plus ou moins prises sous sa tutelle au fil de ses aventures. Dans une interview reprise dans tel ou tel des 9 tomes de l'édition "intégrale" parue à ce jour, Roger Leloup précise avoir souhaité ne pas en faire une épouse ni une mère de famille "classique", et laisser libre part à l'imaginaire de ses lecteurs.

Les dix albums "vinéens" constituent la partie proprement "Space opera" de cette série. Le premier (Le trio de l'étrange, qui voit la rencontre avec Khâny) pose le cadre: sous notre terre vit une communauté extra-terrestre, technologiquement bien plus avancée que les terriens, des "réfugiés climatiques" avant la lettre, puisque leur planète d'origine, Vinéa, devenait invivable de par la fusion de leurs deux soleils, il y a deux millions et 400 000 de nos années. Pour évacuer toute leur population, "cent vaisseaux étaient prévus, on termina avec difficulté le onzième"... qui finit par atteindre la Terre en nos temps préhistoriques. Les Vinéens s'enfoncèrent sous terre. Au fil des siècles, deux projets ont vu le jour dans leur communauté: soit s'imposer par la force à la surface de notre globe (sujet évoqué dans le deuxième album "vinéen", La forge de Vulcain, et encore dans Le secret de Khâny); soit rapatrier les exilés vers Vinéa, après un voyage exploratoire auquel participera Yoko (dans Les 3 soleils de Vinéa, 3ème album de ce cycle, Yoko et ses amis passent deux mois en léthargie par trajet de deux millions d'années-lumière...). Notre héroïne y retournera à plusieurs reprises ensuite (11 albums, au total, voient intervenir les Vinéens, avec une intrigue se déroulant parfois sous nos pieds et non dans l'espace). Mais à force de voyages dans les étoiles, quelques années se sont donc bien passées! Le blog d'Anudar (La grande bibliothèque d' - ) a chroniqué au fil des ans une dizaine d'albums de la série. Il existe aussi au moins un site de fans.

Je me demandais si on pouvait attendre un 30e album en cette fin d'année 2021. Je viens de dénicher sur ce qui se présente comme "blog auteur copyright Roger Leloup", deux lignes datées du 28 juillet 2021, qui annoncent que "Les gémeaux de Saturne est terminé" (sans date de parution à date). Enfin, en ce qui concerne les droits audio-visuels de Yoko, ils restent propriété totale de la SA Créations Roger Leloup.

Cette question (d'un nouvel album) ayant semble-t-il trouvé réponse, il me reste, à titre personnel, une interrogation. Je me demande si Roger Leloup a jamais songé à "donner les clés" à de jeunes auteurs pour prolonger, sans Yoko, l'univers vinéen, en suivant la piste qu'il avait lui-même donnée dans Le trio de l'étrange puis dans Les 3 soleils de Vinéa: aller explorer d'autres mondes, en racontant ce qui a pu arriver à tel ou tel des neuf vaisseaux partis de Vinéa (il y a deux millions d'années...) avant le 11ème, où se trouvait Khâny, celui qui a atteint la terre (je crois qu'un des 10 a déjà été retrouvé)? Ainsi, (un exemple entre des dizaines - tant il existe d'univers extraterrestres "de papier"!), pourrait-on, qui sait, rêver d'un "croisement" avec Les mondes d'Aldébaran de Léo (Luiz Eduardo de Oliveira)? Ou avec d'autres graphismes comme avec d'autres galaxies imaginaires?

Il ne me reste plus qu'à écrire à Roger Leloup - aux bons soins des Editions Dupuis - pour le lui suggérer!

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 7 août 2021

Les grands espaces - Catherine Meurisse

Je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) viens de découvrir une bande dessinée parue en 2018. C'est un cadeau d'anniversaire qui m'y a amené. Ayant à offrir, pour la deuxième fois (à une deuxième personne), le roman graphique L'oasis (de Simon Hureau, 2020, Dargaud, mais qui n'est pas le sujet du présent billet), j'y ai rajouté cet album-ci, dont j'avais repéré l'argument il y a quelque temps déjà. Son auteur a longtemps été la seule femme membre de l'équipe permanente des dessinateurs de Charlie Hebdo (où elle signait ses dessins de presse "Catherine"). Elle a quitté Charlie peu après le massacre de janvier 2015.

P1120450   P1120457

Les grands espaces, Catherine Meurisse, Dargaud, 2018, 90 pages (mise en couleur Isabelle Merlet - bravo!).

Cet album revisite avec poésie l'enfance de Catherine et de sa (grande) soeur dans les années 1980, à la campagne où ses parents, néo-ruraux avant l'heure, avaient acheté une ferme en ruine pour y faire vivre la famille. Une maman à la main verte et un papa bricoleur, rien de tel pour vous donner une éducation écologique! Nous assistons au fil des pages à la "construction" de Catherine (et de sa grande soeur), entre Pierre Loti, Proust, Versailles, quelques peintres... Tout un passé revisité a posteriori par l'adulte qu'elle est devenue.

Je me permets de citer quelques-unes des magnifiques planches: pas forcément les plus esthétiques, pas forcément les plus belles, mais celles qui résonnent et font sens, pour moi.

P1120452  p.2. L'idéal des parents?

 P1120454 p.38-39 ... et autant pour La faute de l'abbé Mouret de Zola (un peu trop imaginatif...).

 P1120453 p.30. Ah, "le" paysan (qui a dû s'adapter pour survivre)...

 P1120455 p.56-57. Cette double page illustre comme un léger décalage entre la famille et l'éducation de Catherine, et l'univers rural du Poitou s'ouvrant à la modernité (le Futuroscope a été inauguré en mai 1987). Mais, je vous rassure, une ex-Présidente de la région Poitou-Charente en prend aussi pour son grade dans d'autres pages... avec quelque anachronisme puisqu'elle ne l'a été qu'au XXIe s. (avant de devenir ambassadrice des pingouins - un jour, je reparlerai d'oiseaux)!

 P1120456 p.86. La planche qui, dans l'album, suit celle-ci explique que les parents ont tous deux perdu les "maisons d'enfance" où ils avaient grandi...

Catherine évoque dans l'album ses débuts de future dessinatrice professionnelle (un premier projet pour le Festival du Cabicou?), mais n'y parle pas de Charlie Hebdo. Elle l'avait déjà fait dans La légèreté, que j'avais chroniqué ici.

Au final, ces Grands espaces constituent une oeuvre magnifique et touchante. La longue liste des remerciements finit par une "Pensée pour Charb, qui attendait cet album". 

DesHistoiresetdesBullesMême si l'ouvrage ne figurait pas, avant que je l'y inscrive, sur le challenge ci-contre, nombre de blog ont chroniqué cet album bien avant moi, entre autres Violette, Hélène, Sabeli du blog Le carré jaune, le blog Enseigner dehors en ville, Lisou du blog Les pipelettes en parlent, StemilouElsy et CaramelMes échappées livresques, Le dragon galactique... sans oublier Aifelle.

Liste non exhaustive - je vous invite à en chercher encore d'autres et/ou à lire l'album bien entendu!

Terminons en signalant que Catherine a été la première auteur de BD élu(e) à l'académie des Beaux-arts (section peinture), en janvier 2020.

*** Je suis Charlie ***

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 1 août 2021

Des pressions pour la seringue - N°16

Vous vous rappelez cette époque lointaine où les Français étaient stigmatisés, année après année, comme ne consommant pas assez de dentifrice, de savon, ou de brosses à dents? Ça me (ta d loi du cine, "squetter" chez dasola) fait penser: où en est-on de nos achats individuels de masques? Quels seraient les chiffres de fabrication ou d'importation, et de vente? Vous voyez la presse en parler, vous? Bon, en avant pour ma petite recension subjective du mois écoulé... Vaccinez-vous, qu'ils disaient.

01/07/2021: Les propriétaires d'animaux invités à éviter leurs chiens et chats s'ils ont le covid (les propriétaires, pas les animaux). Et les hamsters? 

02/07/2021: la saga est sans fin... Vous avez aimé l'histoire de Delta? Vous adorerez Epsilon (la résistance, en France, tout ça...).

02/07/2021 - "Nous ne contraindrons pas les Français à se faire vacciner", affirme Véran. En le disant, ça va mieux! [Enfin, ça, c'était en tout début de mois de juillet... ].

Petit retour en arrière: il paraît que, fin juin, des scientifiques du MIT développaient des masques capable de détecter le covid (depuis le temps que je le réclamais...). Et depuis, ça en est où?

05/07/2021 - Bonjour l'angoisse: "toute personne non vaccinée sera contaminée par le variant delta", selon Benoit Elleboode (sic!), directeur de l'ARS Aquitaine. Et... combien, parmi les personnes vaccinées?

Même jour: être sujet au rhume serait une chance contre le covid, d'après une étude publiée dans Science Immunology? Pfff, ça aussi, ça fait fait des mois que je le dis... Ma petite jugeotte perso m'amènerait presque à me demander combien, parmi les cas graves autres que "sujets à risque" déjà identifiés, seraient des maniaques de la propreté, utilisateurs compulsifs de lingettes désinfectantes pour traquer les microbes jusque dans les ch...? Alors forcément, leur pauvre organisme, quand il est pour la première fois confronté à un virus étrange, peut-être qu'il s'affole et réagit de manière un peu exacerbée... Tiens, c'est une bonne idée de départ, ça, je devrais rédiger une nouvelle littéraire là-dessus! Qu'en pensez-vous?

Ah la la, ces approximations dont nous sommes victimes... C'est pas delta qu'il faut craindre, c'est delta plus, le variant qui viendrait du Népal?  

...Et voilà le variant lambda qui pointe son nez à son tour. C'est un générique? Et surtout, je m'inquiète beaucoup: que fera-t-on quand on aura passé omega?

Des anti-inflammatoires réduiraient le risque de décès du Covid-19, selon des études. Il s'agit du bamuzilicot - ah non, pardon, du tocilizumab, je lisais à l'envers... et de quelques autres "anticorps monoclonaux" aux noms tout aussi parlants, que je vous laisse découvrir!

08/07/2021: on devient bien dingue avec ce foutu virus! Devenir malade pour oublier... Vaut-il mieux boire?

09/07/2021 - alors là, ça devient vraiment grave, et l'on comprend que l'effroi assaille la planète: la progression du variant delta freine la reprise des bourses européennes! Le pire est à venir: le variant mu, il naîtra où?

10/07/2021: l'UE dispose désormais de suffisamment de doses pour vacciner 70% de sa population adulte, et s'en félicite, selon la Présidente de la commission, Ursula von der Leuyen. Plus qu'à convaincre 70% de la population adulte de se faire vacciner... Tout se jouera dans la subtile différence entre obligation de moyens et obligation de résultats...

11/07/2021 - une nonagénaire décédée en mars 2021 en Belgique était contaminée par deux variants différents (ont découvert des chercheurs): bien évidemment, elle n'était pas vaccinée...

12/07/2021 [tiens, salut Claude, ça va?]: une épidémiologiste, directrice de l'INSERM, estime qu'il faudrait vacciner 90% de la population en France contre le covid-19 pour sortir de la pandémie. Ouais... Combien de fois, à quelle fréquence ou quelle périodicité? Vacciner avec une piqure, deux piqures, trois piqures, davantage de piqures (une tous les six mois? Ou "seulement" une fois par an? A moins que ce soit à chaque apparition de variant...?). Boarf.

13/07/2021: l'OMS met en garde contre le mélange de plusieurs vaccins. Faites vos jeux, m'sieurs-dames... Rien ne va plus! 

Mi-juillet: "96% des Français ayant développé des formes symptomatiques la semaine dernière n'étaient pas vaccinés", selon messieurs Véran (c'est imprécis, jeune homme!) ou Castex? Inversons donc le paradigme: si je comprends bien, 4% des... étaient vaccinés? C'est très intéressant (bon d'accord, on va me dire qu'ils n'avaient subi qu'une seule piqure, ou bien que leur deuxième était trop récente pour avoir produit effet, ou que sais-je encore...). En tout cas, combien cela représente-t-il de personnes? Une étude très attendue est encore plus précise: 6% des cas étaient "complètement vaccinés"?

16/07/2021 - il a de la suite dans les idés, Monsieur Fakir: après Nuit debout, Resto(n)s Debout? ... J'ai pas lu le journal Fakir récemment, mais je me rappelle qu'il y a un an, il avait publié une très intéressante chronologie des premiers mois de la crise covid-19...

19/07/2021: les Français vaccinés sont appelés à convaincre les plus réticents par M. Attal (au lendemain de manifs qui avaient réuni + de 100 000 personnes). Et la prochaine étape, c'est quoi? L'appel à la délation? 

Ah, ce choix fait entre obligation de moyens et obligation de résultats! En gros, moi, au lieu de me demander si je suis pipi ou bien kéké, j'aimerais qu'on me donne le moyen de connaître le niveau de mes anticorps (si j'en ai), sans obligatoirement passer par la case "vaccin" si mes défenses "naturelles" sont suffisantes (après tout, je n'ai pas été à l'hôpital une seule fois en 18 mois, n'est-ce pas...)!

20/07/2021: Madame Borne disait "avoir écouté les syndicats". Les libertés des travailleurs exposés au public de ne pas se faire vacciner seraient préservées, puisqu'ils pourraient prendre des RTT, puis des congés, puis 2 mois de suspension sans solde, avant que soit entamée une procédure de licenciement spécifique. Alors, soit c'est vrai, et avec des défenseurs de ce calibre, elles n'ont pas besoin d'ennemis, nos libertés; soit rien n'est encore joué...

23/07/2021 - quelques petites demandes du Président du MEDEF après le vote de la loi... Si jamais elles sont acceptées, alors les derniers citoyens qui en doutaient encore pourront désormais tenir pour acquis la résidence réelle du pouvoir en France, entre démocratie parlementaire et puissance du patronat... 

Glané dans les informations concernant l'étranger: un couple marié depuis 22 ans, dont les deux membres sont décédés le même jour dans le même hôpital du covid-19 - ils n'étaient pas vaccinés. Ou cette jeune femme de 25 ans, en Colombie, qui a effectué le grand saut (à l'élastique) en "oubliant" qu'elle n'était pas attachée (ne pas se précipiter!)... Après, on peut se demander pourquoi on nous abreuve avec de tels actes manqués, plutôt anxiogènes...

26/07/2021 - info sensationnelle: un premier vaccin en pilule va être testé en Israël. Quand est-ce qu'on va nous faire avaler ça (après tout, est-ce qu'on n'utilise pas déjà ce genre de vaccin depuis des années pour les vacciner renards contre la rage)?

Entendu dans le métro, une dame expliquer patiemment à son interlocuteur-trice (une personne d'un certain âge, je suppose), que, non, elle ne pourrait pas rentrer dans un certain établissement culturel parisien ce soir-là. "Il faut un test PCR récent. Tu en as un? Mais il date de quand? Du mois de mars 2021? Ca ne marchera pas. Il n'est plus valide". Puis elle recommençait, en anglais cette fois-ci, dans les mêmes termes (approximativement), en tout cas avec les mêmes arguments. Puis de nouveau en français, depuis le début de la démonstration... avec une infinie patience.

28/07/2021: merci à Charlie (N°1514, Gérard Biard, p.3) d'avoir relevé dans les mises en garde de la CNIL sur l'extension du pass sanitaire, la phrase suivante: "En principe, il ne doit pas y avoir de contrôle de l'état de santé à l'entrée de lieux de vie collective. (...) Le législateur doit tenir compte du risque d'accoutumance et de banalisation de tels dispositifs attentatoires à la vie privée et de glissements, à l'avenir, et potentiellement pour d'autres considérations, vers une société où de tels contrôles seraient la norme et non l'exception" (position publiée le 21 juillet 2021). Je ne l'avais pas vue passer en regardant yahoo.fr... Comme quoi lire la presse "papier" (payante) a encore du bon, au lieu de se contenter de biberonner aux tuyaux "publics" (gratuits)...

29/07/2021: il n'y aurait pas que côté production de bébés que le confinement n'aurait pas été profitable / optimal; pour le reste de l'aspect relationnel de la vie en couple aussi (selon un sondage)? On imagine l'entrée de la chambre conjugale, et même en amont celui de l'appartement: "attends, tu as ton pass sanitaire ou pas?"

29/07/2021: chez nos amis britanniques, ça vole vraiment très haut, le niveau d'information (non, je ne vais pas parler de princesses...). 

205 000 manifestants ce samedi 31 juillet sur toute la France de "contre...": pas mal pour un WE de chassé-croisé estival! Depuis quelques semaines, les chiffres grimpent d'environ 50 000 par semaine. Mais... Quatre cortèges différents rien qu'à Paris? J'ai aucune envie de me ranger sous la bannière de M. Philippot. François Asselineau, aucun intérêt. Les Gilets jaunes, c'était pas mon truc. Alors quoi, ou qui? On serait entre 6 et 8 millions d'irréductibles qui n'envisagerions pas de nous faire vacciner (nous en tenant au "ce ne sera pas obligatoire"). Et avec cette minorité silencieuse, il n'y aurait pas moyen d'organiser une bonne grosse manif' qui ne soit pas récupérable par tels ou tels? Pfff...

Dernière minute: ça y est, avec ce temps pourri (pluie et humidité en plein été), j'ai attrapé un de mes gros rhumes de cerveau... Dasola prétend que ça me rend grognon (pure calomnie, bien sûr...). Mais je connais parfaitement le choix qui se présente à moi (à chaque fois pareil, depuis plus d'un demi-siècle!). Soit je me soigne avec toute la pharmacopée disponible (et je serai guéri en 7 jours), soit j'attends juste que ça passe (et j'en ai pour une semaine).

Bon, pour finir sur un peu plus de légèreté, je vous suggère de voir les petites sélections de dessins de presse de Canel [kilit]. Ou les billets "Ma petite semaine web", chez Plouf sur la terre... pour rire en images. Et bon dimanche!

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 27 juillet 2021

Période d'essai - Isaac Asimov

               cli9-3                 summer-star-wars-mandalorian-430x340

Pour mon cinquième billet en ce cinquième mois depuis le début du Challenge de la planète Mars (lancé par moi-même, ta d loi du cine, "squatter" chez dasola), j'en reviens pour la deuxième fois à Isaac Asimov. Et je fais d'une pierre trois coups en terme de challenges, en comptant avec le 9e Challenge de l'Imaginaire et le XIIe Challenge Star Wars.

Disons deux mots de mon cheminement vers l'ouvrage du jour: alors que j'étais prêt à traquer d'occasion Noël sur Ganymède d'Asimov (dans lequel j'avais cru comprendre que figuraient des nouvelles concernant la planète Mars), j'ai découvert l'existence de...

Asimov_Periode_d_essai

Ce Période d'essai représente un gros bouquin en "poche" (enfin, SF Folio) de 1067 pages, vendu 11 euros et quelque. Les 27 nouvelles qui y sont recueillies (le titre en VO est The early Asimov or, Eleven Years of Trying) avaient à l'origine été publiées en français sous la forme de quatre recueils parus précédemment chez Denoël et titrés Dangereuse Callisto, Noël sur Ganymède, Chrono-minets et La mère des mondes. Je ne suis pas sûr que j'aurais pu parler des quatre dans le cadre du présent Challenge.

Pour ne pas bloquer son épaisseur de 4,5 centimètres dans mes rayonnages, je l'ai tout bonnement emprunté en bibliothèque. J'avoue ne plus trop comprendre le modèle économique actuel de l'édition. Je suis un peu écoeuré: qu'est-ce que cela "vaut", donc, un livre? "le prix du papyrus", comme l'a écrit Asimov? Entre Librio qui va vendre des "poche" de quelques dizaines de pages à 1, 2 ou 3 euros (sans oublier les "Folio 2 euros"!), et ce "Folio SF" d'une épaisseur confondante... Quel serait donc le "juste prix" pour un livre de 250 pages? Ou un de 500 pages? Jadis, à ses tout débuts (fin des années 1950 / début des années 1960), le Livre de Poche attribuait un, deux ou trois numéros à ses volumes, en fonction de leur épaisseur, avec un prix en proportion. C'était à peu près clair. Et à coté de cela, un livre grand format et broché pour le dernier titre paru d'un auteur à la mode (ou pas) va coûter plus de 20 euros, et nécessiter force papier. A peu près aussi transparent que les tarifs de la SNCF. Bref. Revenons sur Mars.

Les "fameuses" 27 nouvelles s'étalent depuis 1939 (les toutes premières publiées par Asimov dans des revues) jusqu'en à la fin des années 1940, et comportent chacune une courte présentation de l'auteur (de 1 à 12 pages tout de même). Au fil de ces petites introductions et de la conclusion du recueil (125 pages, au total, non dénuées d'humour comme de détails financiers précis), Asimov nous fait découvrir la longue route qui l'a acheminé vers sa carrière d'écrivain professionnel, et mentionne l'existence de 11 nouvelles refusées par toutes les revues de SF des années 30 ou 40 et aujourd'hui définitivement perdues puisque datant d'avant qu'il comprenne qu'il devait toujours conserver un double de tout ce qu'il écrivait (dans un siècle, ça vaudrait le double du tarif d'un quart de cent par mot - au moins!). Quatre ou cinq des nouvelles ont un lien avec ma planète en question (même si leurs martiens ne sont jamais... les mêmes). Je vais donc finir par en dire quelques mots (et renvoyer mes lecteurs au livre pour le reste).

Ecrite en juin 1939, la nouvelle "L'hybride" postule un métissage entre terriens et martiens... et le racisme exacerbé qui l'accompagne. Le long déroulement de l'histoire se montre à la fois optimiste et déchirant. Une seconde nouvelle sur nos hybrides terro-martiens, publiée en octobre 1940, se déroule cette fois-ci sur Vénus - je ne vous spoile rien, son titre étant "Des hybrides sur Vénus". A noter que, pour la première nouvelle ("L'hybride"), à l'époque où ce recueil a été imprimé (en 2016), l'éditeur (Gallimard) n'avait pu retrouver les ayants-droit du traducteur (Bruno Martin). Alors, si l'un de mes innombrables lecteurs les connaît... Je signalerai encore que la couverture ci-dessus est manifestement inspirée par la seconde de ces nouvelles.

La nouvelle "Hérédité" expose une expérience sociologique: faire coopérer deux dirigeants d'entreprises élevés dans deux cultures différentes, l'une ne jurant que par la technologie, l'autre plus proche de l'agriculture paysanne (c'est moi qui y plaque, de manière un peu forcée, ce terme). C'est sur la planète Mars que peuvent se confronter ces cultures terrienne et ganymédienne (1). Je me demande si les auteurs de la bande dessinée "Doc Justice" (Ollivier & Marcello) avaient connaissance de la nouvelle d'Asimov (écrite en août 1940) lorsqu'ils ont publié leur petit récit complet de 11 planches "Neuf hommes sur la banquise" dans Pif gadget il y a... oh, près de trente-cinq ans (novembre 1976)! Bon, voilà que je joue à l'érudit cuistre... Mais je l'ai lu à l'époque, et le possède aussi en recueil d'"Intégrale".

"Une page d'histoire" évoque un brave - et sage - savant martien dont les travaux érudits (il est historien de la vieille civilisation martienne) sont dévoyés par ces brutes de terriens, en conflit ouvert avec Vénus, et bien plus intéressés par les applications concrètes de vieilles sciences dites exactes appliquées à la fabrication d'une arme fantastique citée dans de vénérables ouvrages. Alors que l'historien sait bien, lui, que, sur le temps long, toute victoire apportée par les armes est provisoire, en attendant que d'autres armes plus puissantes apparaissent... cependant que, chez les vaincus, la défaite appelle la soif de revanche. Et cette nouvelle, où est mentionnée en passant la mort d'Hitler, a été écrite, nous dit son auteur, en septembre 1940!

Publié fin 1940, "Le sens caché" peut amener la réflexion dans plusieurs directions: l'esthétisme poussé à sa dernière limite, l'art éphémère, les différences de cultures... Pour en dire deux mots: les martiens nous reconnaissent, à nous, terriens, la capacité de distinguer d'innombrables nuances de couleurs. Eux possèdent la capacité d'apprécier... une autre forme d'art. Mais... qui s'y frotte y perd! Cette nouvelle m'a moins parlé que les autres.

Je ne vais pas dire grand-chose de la vingtaine d'autres nouvelles (ni de leur ventilation passée dans les quatre recueils en français précédemment édités). Enumérer leurs seuls titres serait déjà fastidieux, et je suis trop paresseux pour m'astreindre à une ou deux phrases sur chacune. Par exception, j'avouerai que, n'étant pas chimiste moi-même, tout le sel de la nouvelle "Les propriétés endochroniques de la Thiotimoline resublimée" signée par Asimov juste avant sa soutenance de thèse m'a échappé.

Sur la Toile, j'ai eu du mal à trouver écho de l'ouvrage Période d'essai en passant par un moteur de recherche. Signalons tout de même qu'Hellrick l'a chroniqué. Et je suppose qu'une recherche sur l'un ou l'autre des quatre recueils précédents ramènerait davantage de réponses.

PS: précisons encore que j'ai hésité à inscrire le présent billet au Challenge Star Wars. A la réflexion, j'ai considéré que, comme la dernière nouvelle parle de robots positroniques cependant que les Mondes extérieurs de la Terre y sont évoqués, on peut acter que ce recueil disparate se rattache aussi aux univers "Space Opera" d'Asimov!

(1) Merci à Erwelyn dont le commentaire m'a fait me relire et constater que j'avais oublié d'insérer une phrase marquant le lien avec Mars pour cette nouvelle, "Hérédité"!

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,