mercredi 7 avril 2021

Coco: nature, culture et poil à gratter - Virginia Ennor

Je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) surfe sur l'actualité pour rendre aujourd'hui hommage à une dessinatrice de Charlie Hebdo, Corinne Rey dite Coco. Depuis le 1er avril 2021, elle a pris la suite de Willem (autre dessinateur de l'équipe de Charlie, qui a eu... 80 ans le 2 avril!) dans Libération. J'avais déjà eu l'occasion de citer quelques-uns des dessins de Coco à l'occasion d'un article sur le recueil collectif Tout est pardonné (2015).

Coco: nature, culture et poil à gratter, l'opuscule que j'ai choisi aujourd'hui comme "point d'encrage" de ma chronique, remonte à 2016 (Critère édition, coll. Les Iconovores, 95 p.).

P1120274

Les Iconovores, collection sur les dessinateurs de presse, "réaffirme que dans un monde bousculé, la liberté d'expression est une nécessité" (extrait de la présentation en 2e de couv'). L'ouvrage, le premier de la collection, contient 88 dessins de Coco. J'ai noté avec intérêt que l'ouvrage mentionne en p.96 les références des publications pour chacun des dessins (y compris, parfois, "proposé non publié"...). J'en citerai ci-dessous moins de 10%, ceux que j'ai le plus appréciés (au regard des années 2020-2021...). Selon le texte (signé Virginia Ennor) figurant en p.5, "dessinatrice de presse, [Coco] aime penser qu'un jour les cons cesseront de pourrir la planète, de maltraiter les animaux, de tuer et de torturer des innocents, de détruire vie et nature pour de l'argent (...)".

P1120275 p.86 (qui? [en 2015, pas en 2020])

P1120277 p.37 (et, en 2016, on ne parlait même pas encore du télétravail-covid-19!). P1120276 p.35 (c'est moi qui inverse l'ordre des deux dessins)

P1120278 p.40 (je me rappelle aussi que Coco a fait, il y a quelque temps, toute une série de dessins hebdomadaires dans Charlie autour de l'Origine du monde...).

P1120279 p.51 (le 22 septembre 2014, Patrick Bruel chantait au Royal Albert Hall de Londres la chanson de David Bowie Life on mars)

P1120280 p.61 (oui! "De n'importe quel pays, de n'importe quelle couleur / (...) un cri qui vient de l'intérieur!"[comme chantait à peu près Bernard Lavilliers])

P1120282 p.80 P1120281 p.71 (tout est dans le titre du dessin?)

Je finis par la préface du livre. Elisabeth Quin y évoque à bras-le-corps la journée du 7 janvier 2015 et l'irruption des deux assassins à Kalachnikov dans la rédaction de Charlie, et surtout l'anecdote navrante d'un malotru (un lourdaud) qui interpelle Coco un an plus tard en sa présence. Je suppose qu'on a dû être des milliers et des milliers à se demander ce qu'on aurait fait, soi-même, sous la menace des armes des tueurs à la porte de Charlie. Réponse impossible. Et Coco, dans cette situation, a eu la présence d'esprit de commencer par tâcher de les balader vers une fausse destination (respect!). On peut lire un entretien publié par Marianne en deux parties, les 10 mars et 11 mars 2021, où elle explique comment elle s'est reconstruite, six ans après le massacre. 

Je voulais encore rappeler que la dessinatrice, entrée à Charlie en 2008, avait été primée aux 29e et 34e Salon de la caricature et du dessin de presse de Saint-Just-le-Martel en octobre 2010 puis 2015 ("Grand prix de l'humour vache"). 

Je n'ai pas trouvé beaucoup de mentions de ce livre sur internet aujourd'hui. A l'époque, le blog de Sophie Dauphin l'avait chroniqué. On peut encore apprécier la version de Coco d'une "Colombe de la paix" qui lui avait été demandée en 2017 par le Mouvement [du même nom].

P1120273 ci-contre, ce qu'elle disait en novembre 2019 au sujet du premier dessin satirique qui l'avait marquée.

Et si vous voulez découvrir régulièrement de nouveaux dessins de Coco, achetez Libé et Charlie.

Coco_Libe_01-04-2021_p23 Libération du 1er avril 2021, p.23

Surtout, Coco, continuez à nous produire des dessins mordants! 

PS : j'ai découvert dans le métro, alors que j'allais "boucler" mon billet, la campagne d'affichage pour le récent livre de Coco Dessiner encore (éd. des Arènes) dont elle parle dans l'entretien cité ci-dessus. Voici quelques photos cintrées des deux affiches. J'aurai certainement l'occasion de chroniquer ce livre un mois ou l'autre...

P1120289   P1120291   P1120290

*** Je suis Charlie ***

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 15 janvier 2021

Films vus en DVD en attendant la fin du couvre-feu et la réouverture des cinémas (2)

 P1120173

Je ne suis pas une grande fan de John Wayne, mais après que mon ami Ta d loi du cine a beaucoup insisté, j'ai vu deux films avec lui que je ne connaissais pas ou peu, Chisum d'Andrew McLaglen (1970) et Le barbare et la Geisha de John Huston (1958), et un troisième sans lui (sans John Wayne, je veux dire).

Chisum est un film qui se passe dans le comté de Lincoln dans le territoire du Nouveau Mexique à la fin des années 1870. John Chisum a vraiment existé, Il a possédé plus de 100 000 têtes de bétail dont certaines ont servi à nourrir l'armée. Dans le film, Chisum (John Wayne) doit affronter Lawrence Murphy, un homme avide qui aimerait s'approprier les terres de Chisum, entre autres acquisitions. Il ne recule devant rien. Heureusement, Chisum reçoit de l'aide de Billy the Kid et Pat Garrett qui sont des personnages plutôt sympathiques dans l'histoire. Le film se laisse voir agréablement ainsi que le documentaire sur John Wayne et Chisum. On voit des moments du tournage. John a coproduit le film par l'intermédiaire de sa boîte de production Batjac créée en 1952.

Le barbare et la Geisha de John Huston nous fait découvrir un John Wayne surprenant. L'histoire se passe en 1856 au Japon, qui, après 200 ans d'isolement, s'ouvre à l'Occident. Il interprète Townsend Harris (1804-1878) qui doit devenir le premier ambassadeur américain au Pays du Soleil Levant. Il est accompagné par Henry Heusken (Sam Jaffe) qui lui sert d'interprète. L'accueil des Japonais dont le gouverneur de la province est glacial. Townsend n'est vraiment pas le bienvenu mais il ne se laisse pas intimider. Les Japonais croient que cet Américain va provoquer la colère des Dieux et ils décident de l'espionner en lui envoyant une Geisha, qui doit rapporter tout ce qu'elle voit et entend. Une épidémie de choléra va changer la donne. Townsend montre son courage à cette occasion. Il va devenir un héros aux yeux des Japonais. Une découverte filmique intéressante. 

Je termine avec Victor Victoria de Blake Edwards, un film de 1982 vu à l'époque de sa sortie. C'est à nouveau mon ami Ta d loi du cine qui a insisté pour qu'on le revoie. Je ne le regrette pas. Ce film musical se passe à Paris dans les années 30, Victoria Grant (Julie Andrews), une chanteuse sans le sou, n'arrive pas à trouver du travail, et pourtant elle a un joli brin de voix. C'est grâce à un homosexuel quinquagénaire appelé Toddy (Robert Preston, très bien) qu'elle va se travestir et devenir "Victor". Elle fait sensation dans les cabarets jusqu'au jour où un producteur américain qui assiste à un de ses spectacles est attiré par celle qu'il croit être un homme. Presque 40 après l'avoir vu, je trouve que le film n'a pas vieilli. Il est plein d'allant. Julie Andrews, Robert Preston et James Gardner sont excellents, et il faut noter la musique d'Henry Mancini et trois des chansons du film: "Gay Paree", "Le Jazz Hot" et "The Shady Dame From Seville". 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 10 octobre 2020

Antebellum - Gerard Bush et Christopher Renz / Billie - James Erskine

Voici deux films que j'ai beaucoup appréciés.

Antebellum de Gerard Bush et Christopher Renz, que j'ai apprécié car j'ai été surprise par l'histoire très bien menée. C'est un film malin qui se passe a priori à deux époques: pendant la Guerre de Sécession et de nos jours. Dans une première séquence, on est plongé au temps de l'esclavage, des champs de coton, des femmes esclaves battues et violentées, des blancs en uniforme de confédérés abusant de la situation et allant jusqu'à tuer. Une femme noire, Eden, semble vouloir se révolter et sortir de cet enfer. Dans la séquence suivante, on voit cette même jeune femme de nos jours. Elle s'appelle Véronica et milite pour les droits civiques. Mariée, elle est la mère d'une petite fille. Au cours d'une tournée de promotion, elle est enlevée. Le lien qui relie les deux époques est un téléphone mobile qui sonne. Il semble que le bouche à oreille marche bien à Paris car le film est toujours à l'affiche au bout d'un mois. C'est mérité, j'ai passé un très bon moment pendant ce film à suspense qui tient ses promesses jusqu'au bout.

Billie est un documentaire déchirant qui évoque la courte vie de Billie Holliday (1915-1959), l'une des plus belles voix du blues. Née à Baltimore, Eleonora Harris Fagan n'a pas connu son père et elle a été élevée par sa mère. On apprend qu'elle a été violée dans son enfance, qu'elle s'est prostituée à 13 ans et qu'elle a commencé à chanter dans les années 30. Elle s'est fait battre par presque tous les hommes qu'elle a croisés, ses amants, des proxénètes ou ses maris. Elle aimait les hommes et les femmes. Elle avait une vie sexuelle pas simple. Elle est morte ruinée à 44 ans, d'une crise cardiaque. C'est terrible de voir la métamorphose physique de Billie Holliday, une jeune femme plutôt replète qui est devenue presque un squelette avant sa mort. Le réalisateur James Erskine s'est servi de bandes audio et vidéo qu'avait rassemblé une jeune journaliste qui y a passé 10 ans de sa vie. Elle s'est défenestrée en 1978 (pour la famille, cette mort semble suspecte). Pour en revenir à Billie Holliday, on l'entend chanter et on l'entend aussi parler lors d'interviews. Mais on entend surtout les témoignages de ceux qui l'on cotoyée. Toujours est-il que le film donne envie d'écouter Billie Holliday. C'est ce que j'ai fait en rentrant chez moi.

Lire le billet groupé de Pascale.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 16 janvier 2020

Vie de Gérard Fulmard - Jean Echenoz

P1110612

Quand j'ai appris qu'un nouveau Jean Echenoz était paru, je me suis précipitée dans une de mes librairies préférées. Et voilà, je viens d'achever Vie de Gérard Fulmard (Les Editions de Minuit, 235 pages). Tout commence avec la chute d'un fragment d'un satellite soviétique obsolète s'écrasant sur un centre commercial à Auteuil, dans l'ouest parisien. Et l'histoire se termine près du pont Mirabeau. Nous suivons donc les (més)aventures de Gérard Fulmard, 45 ans, ancien steward licencié pour faute, qui devient un détective privé sans client. Cet homme aux "vie sociale et revenus proches de rien, famille réduite à plus personne" vit dans un deux pièces et demie où vivait sa maman, rue Erlanger dans le XVIème arrondissement. Une rue pas bien gaie où deux faits divers tragiques se sont déroulés. Par l'intermédiaire d'un psychologue dont il est le patient, Gérard Fulmard, à son corps défendant, va accepter un "contrat" sur un homme politique leader d'un petit parti mineur, la FPI (Fédération Populaire Indépendante). Racontée comme cela, l'histoire n'a rien d'extraordinaire, mais l'écriture d'Echenoz est un régal. "Le salon, chez Dorothée Lopez, relève du même genre fortuné que le salon d'été de Louise Tourneur près de sa piscine, mais en plus vaste et mieux adapté aux trois autres saisons. Les tapis et les meubles - guéridons stratifiés de livres d'art et de catalogues de salles des ventes, méridiennes, sofas, poufs - ainsi que la décoration - un Staël, un Klein, trois antiquités soclées - dénotent un goût et un matelas bancaire analogues." (p.40). Un roman que je conseille, tout comme Sandrine.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 20 décembre 2019

The lighthouse - Robert Eggers

J'ai eu l'occasion de voir The Lighthouse (Le phare) de Robert Eggers (le réalisateur de The Witch) lors d'une rétrospective au Forum des images à Paris. Il faisait partie des films sélectionnés à la Quinzaine des réalisateurs lors du dernier festival de Cannes en 2019. Il est sorti ce mercredi 18 décembre. Est-ce que je le conseille? Je ne sais pas. C'est un film très particulier: une image format carré, en noir et blanc, avec une bande son parfois stressante. Deux hommes, à la fin du XIXème siècle, débarquent sur une île au large de la Nouvelle Angleterre. Ce sont les deux nouveaux gardiens du phare. On ne sait pas combien de temps ils doivent rester, ni qui ils sont vraiment. L'atmosphère devient vite oppressante. Thomas Wake (Willem Dafoe) et Ephraim Winslow (Robert Pattison) partagent une bicoque sans eau et avec peu d'éclairage. Ils s'observent, s'épient. On sent une hostilité s'installer entre les deux hommes. Thomas Wake veut s'occuper tout seul de la lumière du phare. L'ennui s'installe et de là, la folie les guette. Le film dure plus d'une heure quarante. J'ai été contente quand le film s'est terminé, même si je reconnais avoir vécu une expérience cinématographique pas banale. Je me suis demandée pendant tout le film comment les choses allaient évoluer. On vit un vrai cauchemar éveillé. L'histoire est irracontable. Il faut noter que les deux acteurs sont très bien. A vous de voir si vous êtes prêts à tenter l'expérience sensorielle, car cela en est une.

Posté par dasola à 01:58 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 1 octobre 2019

Downtown Abbey - Michael Engler / Un jour de pluie à New York - Woody Allen

Je n'ai jamais vu la série Downtown Abbey, mais j'ai eu envie de voir le film qui vient de lui faire suite. J'ai un sentiment mitigé. En deux heures, on suit l'effervescence qui règne parmi la famille Crowley et leurs domestiques quand, en 1927, le roi George V d'Angleterre et la reine Mary se font annoncer pour passer une soirée et une nuit dans la demeure de Downtown Abbey. Aucun personnage ne nous est vraiment présenté. Le spectateur doit deviner qui est qui. Il n'y a pas vraiment d'histoire mais une suite de saynètes dans des décors somptueux, et on ne se lasse pas de voir Downtown Abbey au milieu d'un magnifique parc. Le seul suspense du film est de savoir, entre les domestiques de Buckingham (dont une qui est kleptomane) et ceux de Downtown Abbey, qui aura le dernier mot. Je suis surtout allée voir le film pour Maggie Smith. On la voit trop peu et elle n'est pas à son avantage. Sur le même thème des "maitres et valets", je ne saurais trop vous conseiller de voir Gosford Park (2001), un des ultimes fims de Robert Altman avec un "casting royal" dont Maggie Smith, Helen Mirren, Kristin Scott Thomas, etc. Je considère ce dernier film comme un chef d'oeuvre.

Je passe à Un jour de pluie à New York de Woody Allen, recommandé par Pascale et par une de mes collègues, qui a trouvé que c'était le meilleur film du réalisateur depuis longtemps. Je vais paraître un peu difficile mais j'ai apprécié le film sans excès. New York est bien filmé entre l'Hôtel Le Plaza, Central Park, le Metropolitan Museum et l'hôtel Le Pierre. Je connais pas trop mal le pâté de maison (l'un des endroits les plus huppés de New York) après mes 16 séjours dans la ville. Deux étudiants, Gatsby et Ashleigh, viennent passer un week-end à Manhattan. Ashleigh doit interviewer un réalisateur tandis que Gastby voudrait lui faire visiter la ville, et il a réservé une très belle suite grâce à l'argent qu'il a gagné au poker. A cause d'un enchaînement d'événements et de la pluie qui s'en mêle, rien ne va se passer comme prévu. Le film est léger, Timothée Chalamet (Gatsby) n'est pas déplaisant à regarder, Elle Fanning (Ashleigh) un peu crispante. Cela se laisse voir rien que pour New York.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 27 février 2019

Qui a tué l'Homme-homard? - J.M. Erre

 P1100850                 

Après Clara, je conseille la lecture de Qui a tué l'Homme-homard? (Edition Buchet-Chastel, 354 pages savoureuses) le nouveau J.M. Erre qui a une fois de plus écrit un roman désopilant même si quelques meurtres émaillent le récit. Je n'ai pas hésité une minute à l'acheter sachant que je ne regretterai pas. De nos jours, dans un village perdu de Lozère, à Margoujols, l'un des bourgs les plus reculés du Gévaudan, un meurtre puis d'autres sont commis. Quatre gendarmes sont envoyés sur place pour mener l'enquête dont l'adjudant Pascalini. La première victime est donc un homme détesté par tout le monde que personne ne pleure, Joseph Zimm, l'homme-homard (né avec une ectrodactylie, une absence de plusieurs doigts), un ancien artiste d'un cirque de "freaks" dont les membres se sont installés depuis des années dans le village. Dans la troupe de ce cirque venu de Roumanie à la fin de la 2ème guerre mondiale, on trouve des octogénaires, dont une femme à barbe, un colosse, un lilluputien, un homme-éléphant et un homme-caoutchouc, ainsi que des soeurs siamoises. Mais une personne est plus monstrueuse que tous les autres, c'est Julie de Creyssels, la narratrice du récit. Fille du maire, Julie de Creyssels, âgée de 23 ans, est clouée dans un fauteuil roulant depuis la naissance. Elle est tétraplégique et ne peut bouger que le majeur gauche. Elle peut dialoguer grâce à lui et à un équipement informatique ultra-performant. Elle aussi mène l'enquête. D'une grande intelligence, elle fait montre d'un humour pince-sans-rire ravageur. Je vous laisse découvrir ce roman qui m'a fait souvent sourire. Si vous ne connaissez pas J.M. Erre, lisez aussi Le mystère Sherlock, Série Z, La fin du monde a du retard, Le grand n'importe quoi.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 29 janvier 2019

La mule - Clint Eastwood

Depuis Gran Torino, cela faisait 10 ans que Clint Eastwood n'avait pas été devant et derrière la caméra d'un film et interprété le rôle principal d'un film. Earl Stone, un horticulteur passionné, risque d'avoir sa maison et son terrain saisis par manque d'argent à cause de la concurrence d'Internet. Earl est un homme seul qui a délaissé sa famille depuis des années. Il a été absent à tous les événements familiaux marquants dont le mariage de sa fille. Par hasard, il va accepter de devenir une "mule" pour un cartel de la drogue mexicain. Il fait de long voyage dans son vieux pick-up qui sera vite remplacé par un véhicule plus pimpant. A côté des noix de macadamia de sa fille, les sacs contenant de la cocaïne deviennent de plus en plus lourds et sa récompense est de plus en plus conséquente. Il prend son temps en conduisant, fait des arrêts comme bon lui semble. A partir de là, les chefs du cartel deviennent méfiants envers Earl surnommé "Tata". Ils le font surveiller par deux des leurs. La DEA (Drug Enforcement Administration - Administration pour le contrôle des drogues) s'intéresse aussi aux mules, dont ce mystérieux "Tata" qui va interrompre un des ses voyages afin de renouer avec sa famille en général et son ex-femme en particulier. Cette séquence est bouleversante. Clint a 88 ans, presque 89. Il est voûté de temps en temps. Il a le pied moins sûr, mais quelle prestance et présence! Et en plus, il réalise! Il sait raconter une histoire. Chapeau bas, Monsieur Eastwood. Grâce à lui, j'ai passé un très bon moment de cinéma. Pascale est fan et ffred a bien aimé aussi.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 2 août 2018

My Lady - Richard Eyre

Parmi les sorties cinéma d'hier mercredi 1er août, je vous conseille d'aller voir My Lady (Titre français (!) de The Children Act) qui est l'adaptation du roman de Ian McEwan, L'intérêt de l'enfant dont j'avais écrit tout le bien que j'en pensais ici. "My Lady" est le titre que l'on donne à Fiona Maye quand on s'adresse à elle. Elle est juge aux affaires familiales. L'actrice Emma Thompson incarne "My Lady". On a l'impression qu'elle a été juge toute sa vie. Présente dans pratiquement tous les plans, elle est impériale dans ce rôle. Fiona Maye est une juge très absorbée dans les affaires qu'elle traite au point qu'elle délaisse sa vie de couple. Son mari, Jack (Stanley Tucci, très bien), qui l'aime toujours souffre de cette situation et lui annonce qu'il va certainement avoir une liaison avec une autre. Fiona lui lance un ultimatum et se replonge dans ses papiers. Elle doit traiter un nouveau cas délicat: Adam Henry, âgé de 17 ans et 9 mois, doit subir une transfusion sanguine pour être sauvé. Les parents, témoins de Jéhovah, s'y opposent. Heureusement, Adam encore mineur subira la transfusion au nom de "l'intérêt de l'enfant" qui prime sur tout le reste. Le film est très fidèle au roman, c'est Ian McEwan lui-même qui a écrit l'adaptation. J'ai été fascinée par le cérémonial juste avant les audiences où l'on voit "My Lady" aller dans son bureau, écrire deux ou trois mots, en sortir pour frapper à une porte, juste en face, s'ouvrant directement sur la salle d'audience. J'ai aimé le personnage de Nigel Pauling, l'assistant personnel de Fiona, totalement dévoué à sa "Lady". J'ai été très émue par le film, peut-être plus que par le roman. Film à voir en VO bien entendu. Lire le billet de Pascale.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 15 juillet 2018

Woman at war - Benedikt Erlingsson

Malgré les quelques bémols de Pascale, je vous conseille d'aller voir Woman at war (Une femme en guerre). Petite paranthèse: j'aimerais savoir pourquoi ce titre en anglais pour la sortie en France, alors qu'il s'agit d'un film islandais dont le titre original est Kona fer í stríð (traduction littérale de "Femme en guerre"). Cela doit être plus vendeur...  Je ferme ma parenthèse.
Toujours est-il que l'histoire commence quand Halla (une très belle femme) fait sauter des fils électriques de pylones avec une arbalète dans les paysages sublimes d'Islande. Elle provoque une panne générale de courant dans la région de Reykjavik et en particulier dans une usine d'aluminium. Entre deux sabotages, Halla reprend ses activités "normales" dans la capitale comme chef de choeur de chorale très appréciée. L'Islande est en émoi à propos de ces sabotages et l'étau commence à se resserrer autour d'elle. Heureusement qu'un cousin et la soeur d'Halla (elles se ressemblent comme deux gouttes d'eau) vont lui venir en aide. Et Hella qui, à 49 ans, est toujours célibataire, va enfin pouvoir adopter une enfant suite à une demande qu'elle avait faite quatre ans auparavant. Il s'agit de Nika, une petite Ukrainienne, orpheline de père et mère et qui a vu mourir sa grand-mère. Je vous laisse découvrir comment Halla pourra partir en Ukraine malgré le fait qu'elle soit traquée en Islande. Chaque séquence du film comporte de la musique, car un trio de musiciens accompagne Hella dans toutes ses périgrinations et un choeur de trois Ukrainiennes fait quelques apparitions. Un film à voir en VO, car on a le plaisir d'entendre la langue islandaise. L'actrice principale Halldóra Geirharðsdóttir est sensationnelle et les paysages arides d'Islande donnent envie d'aller les découvrir. Un joli film plein de poésie.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,