dimanche 16 janvier 2022

Vigil - James Srong & Isabel Sieb, créé par Tom Edge

A défaut d'aller au cinéma, je regarde un peu la télévision, surtout Arte, et je suis tombée sur Vigil, une mini série britannique en 6 épisodes de 53 ou 54 minutes chacun. J'ai été captivée dès les premières images. Cela se passe de nos jours dans le HSM Vigil, un sous-marin nucléaire lance-missiles britannique au large de l'Ecosse. Craig Burke, expert en cartographie sonar, est retrouvé mort dans sa couchette, victime semble-t-il, d'une overdose de drogue. Peu de temps auparavant, il avait alerté sa hiérarchie sur le fait qu'un chalutier avait été tiré vers les fonds marins à cause d'un de ses filets qui s'était accroché à quelque chose. La commandante Amy Silva de la police écossaise est envoyée dans le sous-marin pour enquêter sur la mort de Burke, qui paraît suspecte. Amy est une femme assez perturbée sous anti-dépresseurs (grâce à des flash-back on apprend petit à petit des choses sur sa vie), mais c'est une très bonne enquêtrice. Avant d'arriver dans le sous-marin, elle a demandé à son ex-compagne, Kirsten Longacre, inspectrice de police elle aussi, de faire des investigations sur un camp de militants anti-nucléaires situé pas loin de la base navale. Tant dans le sous-marin qu'à l'air libre, les deux femmes vont se heurter à l'hostilité, même si elles trouvent de l'aide de part et d'autre. Dans le sous-marin, Amy est épaulé par le "pontus" Glover qui est un service RH à lui tout seul (chez les sous-mariniers, le terme Pontus désigne le "patron du pont"). Cette affaire s'inspire quelque peu de faits réels. Cela montre que l'armée, la police et le MI5 ne font pas toujours bon ménage. L'alternance entre les séquences dans le sous-marin et celles qui se passent en surface font que le rythme est soutenu sans temps mort. Il y a une séquence, quand on voit Amy enfermée dans un tube de torpille, où j'ai ressenti de la claustrophobie. A noter que les acteurs sont tous excellents. Une série à voir. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 20 août 2014

Meurtre au 31ème étage / Arche d'acier - Per Wahlöö

Avec sa femme Maj Sjöwall (née en 1935), l'écrivain suédois Per Wahlöö (1926-1975) a écrit en duo dix romans policiers (dont Le policier qui rit, L'Homme au balcon ou l'Abominable homme de Säffle [billet de leunamme]) que je vous recommande. En solo, Per Wahlöö a écrit au moins deux romans (moins connus), qui ont été pour moi une découverte intéressante (surtout le premier). Dans ce diptyque, on fait la connaissance du commissaire Jensen.

P1040969

 

Dans Meurtre au 31 étage (Rivages noir, 230 pages), j'ai été tout de suite frappée par plusieurs choses: pour commencer, le fait que l'histoire nous est racontée de façon très factuelle sans digression aucune. L'heure et les minutes nous sont précisées très souvent. Quant au commissaire Jensen, c'est un homme sans affect, il ne semble rien ressentir. Il a un côté sévère, manquant d'humour. C'est un homme très psycho-rigide. Il s'exprime par monosyllabes. Il ne dit rien de trop. La seule chose qui le rend un peu humain est le fait qu'il souffre de problèmes stomacaux (ulcère?). L'action se situe dans un futur proche où tout est aseptisé, quelque part dans un pays nordique. Seul l'alcool fait des ravages, et les prisons sont pleines de gens pris en flagrant délit de boire de l'alcool. Le taux de suicides est exponentiel tandis que celui des naissances est au plus bas. Jensen est appelé dans un immense building où se trouvent les bureaux d'une maison d'édition, un empire de presse qui publie toutes sortes de journaux au contenu lénifiant dans lesquels est gommée toute critique. Par une lettre anonyme, quelqu'un dénonce un crime perpétré dans cet immeuble. Une bombe est prête à exploser. Jensen qui n'a pas encore connu d'échec lors d'une enquête se met à l'ouvrage entre deux crises abdominales douloureuses. Avec ce roman Wahlöö brosse un portrait au vitriol d'une société qui ressemble un petit peu (malheureusement) à la nôtre (le roman date de 1964). Vraiment très bien, et c'est pourquoi j'ai été contente de retrouver Jensen dans Arche d'acier dont l'action se déroule quelques années plus tard.

Quand commence Arche d'acier (Rivages noir, 215 pages), Jensen part se faire soigner quelque part à l'étranger de sa maladie latente de l'estomac. On ne lui donne pas cher de sa peau mais il se rétablit. Sur le chemin du retour, il apprend que son pays est en état de siège et en proie à une épidémie létale à l'échelle nationale. Des élections ont été repoussées. Les communications sont coupées. Quelques membres du gouvernement réfugiés dans un pays voisin demandent à Jensen de découvrir ce qui se passe: "Combien de morts? Pourquoi cette épidémie? Et "Qu'est-ce que l'"Arche d'acier"?". J'ai été un peu moins convaincue par l'intrigue mais il faut reconnaître que Wahlöö pressent avec raison les travers de notre époque comme la manipulation des gens et la confiscation du pouvoir. Ce roman-ci a été écrit en 1968.

PS: Suite au commentaire de K, lire son billet sur les 10 tomes de "Le roman d'un crime".

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,