mardi 5 septembre 2017

7 jours pas plus - Héctor Cabello Reyes / Bonne pomme - Florence Quentin

Voici deux long-métrages sortis le 30 août 2017.

Je commence par le "remake" du film argentin El Chino qui m'avait plu. 7 jours pas plus m'a autant divertie que le film original. Je l'ai trouvé drôle et émouvant. La transposition en Belgique est réussie et Benoît Poolvoerde s'en sort bien. Pierre, un vieux garçon qui s'endort tous les soirs à 23h00 pile et se réveille à 6h00 du matin, est le propriétaire d'une quincaillerie en ville. Il n'arrête pas de récriminer contre un fournisseur de vis. Dans les boîtes qui lui sont livrées, le compte n'y est pas. Le soir, il découpe dans le journal des articles de faits divers qui sortent de l'ordinaire. Il n'a aucune vie sentimentale même si une jeune femme de sa connaissance vient le voir souvent. C'est un homme rustre qui n'a pas beaucoup de savoir-vivre. Jusqu'au jour où il va croiser le chemin d'Ajit, un Bengali qui, ne parlant pas un mot de français, est éjecté d'un taxi juste devant lui. Sept jours, c'est le temps que Pierre accepte de loger Ajit afin que ce dernier retrouve son oncle. Je ne vous en dis pas plus. Pour ceux qui ont vu El Chino, c'est la même histoire et la même fin. Allez voir 7 jours pas plus, qui semble être projeté dans peu de salles - et c'est dommage.

Je suis allée voir Bonne pomme parce que la BA m'avait amusée, et puis Depardieu et Deneuve dans le même film, c'est souvent un plaisir. Le scénario est plutôt confus au début. Gérard qui ressemble à un ogre s'occupe d'un garage à Dreux. C'est le "brave couillon" qui se fait avoir par son ex-femme, comptable dudit garage, et par toute sa belle-famille. Il part sur un coup de tête pour acheter un garage à lui tout seul dans un petit village de Seine-et-Marne. Face à ce garage, il y a un hôtel-restaurant tenu par Barbara (Catherine Deneuve). Barbara est fantasque, n'a pas un sou, arrive à soutirer des arrhes importantes à Gérard. Elle laisse en plan ses clients au moment du dîner. De très mauvaise foi, elle se sort de toutes sortes de situations avec beaucoup d'aplomb en prenant souvent la fuite. Heureusement qu'avec Gérard qui ne boit que du jus d'abricot (!!!), elle va trouver une "bonne pomme". J'avoue que je suis très très indulgente envers ce film au scénario très ténu, car Deneuve et Depardieu sont attendrissants, mais vous pouvez attendre de le voir à la télé.

Je chroniquerai ultérieurement Petit paysan sorti la même semaine et que je vous conseille.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 8 février 2011

Livres lus et non commentés

Publiant mes billets avec une cadence un peu plus ralentie, j'en profite pour évoquer plusieurs livres en même temps.

P1010844

Voici donc (de gauche à droite...) un billet sur quatre romans très différents qui m'ont plu chacun à sa manière.

L'assassin habite au 21 de Stanislas André Steeman (Livre de poche), un classique de la littérature policière, a été adapté au cinéma par H. Georges Clouzot en 1942. J'ai lu ce roman avec grand plaisir même si je connaissais la fin. A Londres, un assassin se cache au 21 Russel Square, où se trouve la pension Victoria qui accueille quelques individus plus ou moins recommandables et excentriques. Qui est celui (se faisant appeler Smith) qui commet ces crimes violents (7 en tout)? Il semble se jouer de la police. Par la même occasion, l'auteur nous interpelle, nous lecteurs, en donnant quelques clés pour découvrir le coupable. Je recommande ce roman de 180 pages écrit entre août 1938 et mars 1939.

Va chercher (Une enquête de Chet et Bernie) de Spencer Quinn (c'est le pseudo d'un écrivain célèbre de romans policiers qui vit à Cape Cod avec son chien Audrey) se présente comme un roman distrayant narré par un chien, Chet, qui a comme fidèle compagnon Bernie Little (détective privé, séparé de sa femme et père d'un petit garçon qui vit avec la maman). Chet n'aime pas les chats mais il adore se mettre à gauche du conducteur dans une voiture. Il a un bon odorat, mais oublie tout au fur et à mesure. Pour résumer l'histoire, Madison, une jeune fille, a disparu, sa mère demande à Bernie (spécialisé dans les personnes disparues) de la retrouver. Bien entendu, Chet (qui été recalé aux épreuves de sélection de chien policier) va aider Bernie et risquer sa vie à plusieurs reprises. On tremble quand il est près d'être euthanasié dans un chenil. Un deuxième tome de leurs aventures va bientôt paraître (le 16 février prochain), d'abord chez Calmann Levy (Va chercher est paru en Livre de poche).

A coups redoublés de Kenneth Cook (Editions Autrement) est un court (109 pages) roman très noir à la mécanique implacable. On sait dès le début qu'il y a eu un meurtre et le meurtrier est en train d'être jugé. Le récit est d'ailleurs ponctué par de courts extraits du procès où le juge, l'avocat et le procureur prennent la parole tour à tour. Quelle est la victime, quel est le meurtrier? Le suspense dure jusqu'aux toutes dernières pages. Je dévoilerais qu'un des responsables de ce qui arrive est un chat appelé Mol appartenant à un couple gérant d'un hôtel-bar discothèque en Australie (pas très reluisant, l'hôtel). Les principaux protagonistes de l'histoire comme Peter Verdon (travaillant dans un abattoir) ou Mick (le gérant) sont antipathiques, violents et surtout très bêtes (l'alcool bas de gamme fait des ravages). Tout ne pouvait que mal finir mais comment?

Féroces de Robert Goolrick (Editions Anne Carrière). Ce titre français "Féroces" convient bien à ce roman autobiographique à l'écriture dense (254 pages), narré à la première personne. C'est le roman d'une enfance fracassée. Il n'y a aucune respiration dans cette histoire, le lecteur est comme asphyxié. L'histoire des Goolrick, remplie d'amour et de désamour en même temps, c'est le portrait d'une famille "middle-class" américaine dans les années 50 (un père, une mère et trois enfants) où seules les apparences comptent. On ne parle pas à l'extérieur des secrets inavouables (qui sont pourtant nombreux). L'auteur ne nous épargne que peu de détails sur sa vie et celles des siens (inceste, dépression, auto-mutilation, folie, alcoolisme, maladie). Ce roman peut ne pas plaire à tout le monde. J'ai moi-même trouvé au moins un ou deux chapitres insoutenables. Mais l'écriture sauve tout.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 7 octobre 2010

Joseph et la fille - Xavier de Choudens / Un poison violent - Katell Quillévéré / Crime d'amour - Alain Corneau

Comme annoncé à la fin de mon billet du 19/09/10, voici un billet concernant trois films français très différents. Je les ai vus, il y a plus d'un mois, je n'avais pas encore eu le temps de les chroniquer. Voici qui est fait.

Le premier film, Joseph et la fille, est raté malgré une intrigue originale. J'y avais été pour Jacques Dutronc que l'on voit trop rarement sur nos écrans. Il joue le rôle d'un cambrioleur tout juste sorti de prison qui prépare son dernier "gros coup", dont l'idée vient d'un co-détenu (décédé). C'est la fille de ce dernier, Julie (Hafsia Herzi), qui va devenir sa complice. Ils sont poursuivis par des malfrats qui aimeraient bien être dans le coup, en l'occurrence s'emparer de la recette d'un casino. Tout le film en clair-obscur baigne dans une lumière bleutée et le son est très travaillé (et pour cause - vous verrez...). Le film aurait pu être beaucoup mieux avec des personnages plus fouillés.

Le deuxième, Poison violent, le premier film d'une jeune réalisatrice, a reçu de très bonnes critiques (et le prix Jean Vigo 2010), et semble avoir trouvé son public. Il s'agit du portrait d'une adolescente confrontée en même temps à la séparation de ses parents, à ses premiers flirt et baiser, et au décès de son grand-père (qui lui demande quelque chose de très intime peu de temps avant), le tout baigné dans une atmosphère où la religion et l'église sont omniprésentes. C'est un film qui personnellement m'a laissée perplexe, il "ne me parle pas". Je le regrette d'autant plus que la jeune actrice (Clara Augarde), très bien, donne la réplique à Lio qui joue sa mère et à Michel Galabru qui interprète un grand-père attendrissant mais coquin. 

Quant au troisième, Crime d'amour du regretté Alain Corneau, je l'ai trouvé bancal (un des deux personnages principaux disparaît trop vite). Il s'agit d'un scénario original et cela se sent dans la deuxième partie du film où le spectateur voit une mécanique bien huilée dans laquelle le réalisateur nous entraîne. De temps en temps, on nous donne des indices pour que l'on ne perde pas le fil et on croit deviner ce qui se passe avant les enquêteurs, car il s'agit d'une histoire policière avec une meurtrière, Isabelle, et sa victime, Christine, morte poignardée. De son vivant, Christine fut un bourreau pour Isabelle, jeune femme maniaque de l'ordre et de la propreté. Christine était la supérieure hiérarchique d'Isabelle dans une grande multinationale. Elle l'a manipulée. Leur relation très ambiguë ne pouvait que mal se terminer. Je retiens de ce film la très belle musique. En revanche, l'un des problèmes de Crime d'amour réside dans l'interprétation mécanique de Ludivine Sagnier qui n'a pas de charisme. Elle joue un rôle qui demanderait plus de personnalité. En ce qui concerne Kristin Scott Thomas, elle est odieuse à souhait.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 3 avril 2009

Une vierge sur canapé - Richard Quine

Qu'est-ce que c'est bien les DVD qui permettent de voir (ou revoir) certains films invisibles à la télé (voire au cinéma). Et je remercie les Canadiens francophones, si, si. C'est souvent grâce à eux que l'on peut visionner des DVD venus des Etats-Unis (comme pour celui-ci) avec une piste française et/ou des sous-titres français.
Ce film, Une vierge sur Canapé, je me rappelle l'avoir vu il y a plusieurs années et je me suis rendu compte que je n'en n'avais aucun souvenir. Le titre original est Sex and the single girl et il date de 1964. Bob Weston (Tony Curtis) travaille dans un "Snoopy Magazine" nommé Stop magazine. Les enquêteurs/journalistes qui travaillent pour ce genre de "torchon" n'ont souvent jamais rencontré les personnalités dont ils révèlent la vie privée à longueur de colonnes avec un manque de discrétion total en dévoilant des secrets. D'ailleurs, la nouvelle cible de "Stop" est une jeune femme surdiplômée conseillère psychologue pour les couples mariés. Elle travaille en collaboration avec d'autres dans un cabinet. Elle-même semble encore néophyte en ce domaine, elle n'est pas mariée et n'a pas de petit ami. Bien entendu, Weston qui veut rencontrer "sa victime" tombe amoureux d'elle instantanément. Le film n'est pas inoubliable mais Tony Curtis en vrai cynique et faux tendre [ou le contraire] - saoûlant parfois, avec quelques clins d'oeil à Some like it hot (Certains l'aiment chaud) et à Jack Lemmon (on le compare physiquement à ce dernier) vaut le détour. Natalie Wood fait craquer semble-t-il tous les hommes avec son regard magnifique. Les autres seconds rôles sont de première grandeur: Lauren Bacall et Henry Fonda, mariés depuis 10 ans dans le film, sont les voisins de Weston. Enfin, Mel Ferrer complète la distribution. On assiste à une fin d'anthologie qui dure au moins un quart d'heure, avec un ballet de poursuite de véhicules sur l'autoroute (et un malheureux gendarme de la circulation complètement débordé qui finira mal). Plus subtil, mon ami a vu dans le film une satire du "psycho-psycha" américain (et hop, je me permets un petit néologisme par rapport à préchi-précha!), dont le temple finit démoli à coup de boule. Pour finir, je signale aussi que le générique de début est à ne pas manquer car drôle.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 3 mars 2008

Comment tuer votre femme - Richard Quine

Je viens de découvrir ce film dans un des cinémas d'Art et d'essais de Paris. Je n'en avais jamais entendu parler. Et bien, je conseille vivement à tous les spectateurs qui passent par la capitale d'aller voir Comment tuer votre femme (How to murder your wife) de Richard Quine (1965) avec Jack Lemmon et Virna Lisi. D'aucuns diront que c'est misogyne, mais qu'est-ce que c'est drôle! En guise d'introduction, un majordome, Charles (Terry Thomas), fait la présentation de la maison où il officie en plein New-York, dans un immeuble à côté d'un chantier de construction. Son employeur, Stanley Ford (génial Jack Lemmon), célibataire endurci, est un auteur de BD à succès. Il dessine des "comic strips", publiés quotidiennement dans plusieurs journaux américains, et dont le héros, Bash Bannigan, ressemble étrangement à Stanley. On découvre que Stanley vit en vrai (avec l'aide de Charles) les situations qu'il recrée ensuite sur papier. Charles aime travailler pour son patron parce que ce dernier est célibataire. Charles, travailler pour un couple marié, jamais! Qu'on se le dise. Il est aux petits soins pour Stanley qui pèse 72,6 kg. Pour maintenir ce poids idéal, Charles lui fait une cuisine sans matière grasse. Et pourtant patatras, à l'occasion d'une nuit de beuverie entre hommes tous célibataires, Jack se retrouve marié avec une jolie italienne sortie d'un gâteau. C'est Virna Lisi que je ne connaissais pas dans un rôle si frivole. Comme elle aime faire la cuisine, les 72,6 kg se transforment allègrement en 82 kg et bien d'autres événements surviennent dans son quotidien. La vie de Stanley est complètement chamboulée et Charles qui a déjà fait ses valises est bien décidé à trouver un autre employeur. Stanley retranscrit son cauchemar domestique (même ses idées de meurtre) dans ses dessins. Je ne veux bien évidemment pas raconter tout le film qui brosse le portrait de l'Amérique très machiste où le mariage est au centre de la vie sociale avec le mari qui travaille et rapporte un salaire et la femme qui le dépense. Et pourtant, dans une scène de procès vers la fin du film, on apprend que certains maris ne seraient pas contre quelques coups de canif dans le contrat de mariage. Comme c'est une comédie, le film finit bien puisque Stanley, qui est amoureux, retrouve sa femme qui avait disparu, et il récupère même une belle-mère. A noter que le film ne bénéficie plus que d'une séance par jour. Courrez-y!

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 29 novembre 2007

Bijoux de la comédie américaine (1)

J'ai décidé de faire trois billets d'affilée sur des comédies vues en DVD.
Je commence par
L'adorable voisine (Bell, Book and Candle) de Richard Quine, où l'on apprend que les sorciers existaient avant "Harry Potter" et "Ma sorcière bien aimée". Tourné la même année (1958) que Sueurs Froides (Vertigo) d'Alfred Hitchcock, ce film reforme le couple Kim Novak / James Stewart. Jack Lemmon, Elsa Lanchester (Mme Charles Laughton à la ville) et Philippe Clay (dans un petit rôle musical) complètent la distribution de cette oeuvre délicieuse qui se passe à New-York. Gill (Kim Novak), qui tient un magasin de sculptures et masques africains, a comme voisin Shep Henderson (James Stewart). Le compagnon de Gill est un chat siamois appelé Pyewacket. Elle ne peut ni tomber amoureuse, ni rougir, ni pleurer, car elle est sorcière. Elle aimerait bien séduire Shep sans se servir de sortilèges. Toutefois, apprenant qu'il va se marier, elle se sert de son quadrupède pour ensorceler Shep, allergique aux poils de chat. La fiancée, ancienne camarade de classe de Gill, passe un mauvais quart d'heure dans une "boîte à jazz" appelée "le Zodiaque", repaire de tous les sorciers de New-York. Nicky, le frère de Gill (Jack Lemmon), y joue du "tam tam", et Philippe Clay y chante. Ce qui doit arriver, arrive: Shep tombe amoureux de Gill mais rien n'est simple pour une sorcière qui, elle, ne peut pas aimer. Là, bien sûr, je ne vous raconterai pas la fin. Kim Novak avec sa belle voix grave est absolument charmante. James Stewart est impeccable, comme d'habitude. Les sortilèges sont lumineux ou sont utilisés pour ouvrir des portes. Jack Lemmon, en jeune sorcier tout fou, est touchant et le tout dégage un charme indéniable à nul autre pareil.
Demain, j'évoquerai un film de Michael Gordon.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 31 octobre 2007

Films vus et non commentés depuis le 21/09/2007

Voici encore (dans la lignée de mon billet précédent) quelques films que j'ai vus en salle, et qui ne m'inspirent pas assez pour en tirer dix lignes chacun.

Joyeuses funérailles de Frank Oz (2007): Humour à l'anglaise (pas toujours du meilleur goût), qui m'a fait sourire souvent. Comment deux personnes, l'une qui avale des comprimés composés de substances pas très licites, et l'autre, un homme de petite taille, transforment un enterrement en délire complet. A voir.

L'ennemi intime de Florent Emilio Siri (2007): Sujet rarement traité dans le cinéma français, cette tentative d'évoquer la Guerre d'Algérie n'est pas totalement aboutie à cause d'effets de mise en scène un peu mode (pour faire comme les Américains). Les comédiens comme Benoit Magimel, Albert Dupontel et Marc Barbé sont bien. L'histoire de Patrick Rothman est bien écrite mais il manque un petit quelque chose.

Le mariage de Tuya de Wang Quan'an (2006): Pour une fois, je me suis retrouvée d'accord avec l'allusion à ce film dans une critique de Eric Loret dans "Libération" du mercredi 3 octobre 2007 : désolant. C'est décousu, pas vraiment de scénario et c'est beaucoup n'importe quoi sans être ni amusant, ni triste. Seul le dernier plan émeut : Tuya qui pleure.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 26 octobre 2007

Operation Mad Ball - Richard Quine

Operation Mad Ball de Richard Quine (1957) (littéralement opération bal fou), longtemps invisible, est ressorti dans une salle à Paris courant septembre 2007 sous le titre "Le bal des cinglés" (traduction un peu crétine s'il en est), mais il ne se joue déjà plus. C'est l'organisation du bal qui est "folle" mais pas les protagonistes. Il met en scène Jack Lemmon en soldat qui arrive à force d'obstination à organiser un bal dans une auberge tenue par une "Française" à l'accent américain. En effet, nous sommes en 1945, le conflit mondial est terminé mais l'Armée américaine stationne quelque part en France. Il est interdit pour les personnels de l'armée, hommes de troupe et femmes infirmières (au rang d'officier), de "se fréquenter" sur la base. Ce bal servira à officialiser les rencontres fortuites qui l'ont précédé. Tous les personnages types de l'armée sont réprésentés dont le commandant plutôt borné. Filmée en noir et blanc, cette oeuvre n'est pas totalement réussie et a vieilli. Il manque le grain de folie de Blake Edwards comme dans Operation Petticoat (Opération Jupons) (1959). En revanche, Richard Quine (qui s'est suicidé en 1989) fera d'excellents long-métrages comme Bell, book and Candle (l'Adorable voisine) (1958) et The Notorious Landlady (L'inquiétante dame en noir) (1962), les deux avec Kim Novak et Jack Lemmon.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,