mercredi 19 août 2015

Retour de ma pause vacancière (suite et fin)

Nous avons terminé notre périple en Dordogne, à Sarlat (sous la pluie) et Domme (temps très mitigé).

Etant arrivés en fin d'après-midi, nous avons parcouru les rues du vieux Sarlat. A cause de la pluie, j'ai fait peu de photos. Je reviendrai.

P1020262  Maison de la Boetie   P1020264

P1020269  Une rue du vieux Sarlat  P1020270  La lanterne des morts

 

P1020272  Le lanterneau du Présidial (l'ancien tribunal jusqu'à la Révolution de 1789). Cet édifice est devenu un restaurant.

***********************************************************************************

Je termine par Domme, situé à 8 km de Sarlat. Il s'agit d'une bastide qui fait partie de l'association "Les plus beaux villages de France". C'est un village qui domine la Dordogne. Les rues sont pentues mais pas trop. On a passé un moment agréable en particulier lors de notre tour en "petit train" (durée 20 minutes) qui nous a permis de faire un tour commenté du village.

P1020274  P1020277 

P1020280    P1020282  Les remparts de la Bastide

********************************************************************

Avant de regagner Paris, nous avons fait une halte à Limoges (j'y vais très souvent) où se déroulent des fouilles archéologiques (jusqu'en octobre 2015) sur une des places principales de la ville. Déjà, l'année dernière, des sondages assez conséquents avaient été faits. Des visites commentées par l'archéologue (une jeune femme) ont lieu les mercredis et jeudis. A chaque présentation, elle fait le point des avancées de la semaine. 

P1020124  P1020125  P1020127  P1020129  Sur les palissades qui entourent les fouilles, on peut lire des panneaux explicatifs très intéressant. Ces fouilles permettront peut-être d'approfondir la connaissance du site dominé par l'abbaye Saint-Martial pendant plus de dix siècles.

Je ferais une remarque: tous les platanes qui se situaient sur la place ont été abattus dans le périmètre de ces fouilles.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 18 août 2015

Retour de ma pause vacancière (suite)

Avant Albi, nous nous sommes donc arrêtés au Château de Saissac (un des châteaux cathares) et Montolieu.

La construction du château remonte au Xème ou XIème siêcle.

P1020196  P1020198  P1020197

P1020203  P1020201 

P1020204  P1020206 Maquette du château

********************************************************************************

Pas très loin de Saissac, on va à Montolieu, petit village pentu qui s'enorgueillit d'être un village du livre avec 15 librairies d'occasion. Nous sommes entrés dans au moins trois d'entre elles, des cavernes d'Ali Baba pour ceux qui aiment les livres. C'est à Montolieu que sont situées les Editions le dilettante.

P1020195 Une rue de Montolieu avec trois librairies. 

**********************************************************************************

Nous voici arrivés à Albi, chef lieu du Tarn où la cathédrale Sainte-Cécile ("un beau tas de briques", comme m'a dit mon ami) domine la ville. 

P1020210  P1020212 

P1020219 Clocher de la cathédrale.  P1020215 La cathédrale sous la pluie

Je n'ai pas photographié l'intérieur car il y avait beaucoup de monde dans l'édifice à cause de la pluie. Les murs sont entièrement peints et la cathédrale est célèbre pour son jubé (ou choeur), un des rares (une dizaine en France) qui n'ait pas été détruit. L'entrée pour admirer ce choeur est de 5 euros.

Albi est la ville natale du peintre Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901). Le musée pratiquement adossé à la cathédrale est très intéressant, tout comme le Musée Lapérouse, Jean François de Galaup, comte de La Pérouse (1741-1788), étant un autre albigeois célèbre. Un grand lycée de la ville porte son nom.

P1020218 Maison natale de Toulouse-Lautrec  P1020253 Statue de Lapérouse

 

Suite et fin, demain.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
lundi 17 août 2015

Retour de ma pause vacancière

Du 9 au 14 août 2015, mon ami et moi sommes partis en direction du Lot avec un arrêt à Cahors, puis nous nous sommes dirigés dans l'Aude vers Carcassonne, avant de continuer dans le Tarn à Albi. Entretemps, nous avons fait une halte toujours dans l'Aude au château de Saissac et à Montolieu, un des "villages du livre" que l'on trouve en France. Avant de repartir à Paris, nous avons fait une mini-étape en Dordogne, à Sarlat où la pluie fut au rendez-vous, de même que dans le joli village de Domme à 12 km de Sarlat. Nous avons avons bien apprécié ce voyage malgré la canicule les 3 premiers jours et le temps très maussade les deux dernières journées.

****************************************************************************************

Cahors qui est bâtie sur une presqu'ile sur le Lot est célèbre pour son pont fortifié, le pont Valentré, l'un des rares encore existants, bâti au XIVème siècle et restauré au XIXème.

P1020157  P1020159

P1020148 La maison Henri IV sur les bords du Lot

P1020145 Une façade de maison.

 

P1020137 La cathédrale  P1020140 Le cloître de la cathédrale

*********************************************************************

Carcassonne et sa célèbre cité (ville haute) féodale à double enceinte, dont une partie remonte à la période gallo-romaine.

P1020163  P1020165  P1020171 

P1020175  P1020176   P1020177  P1020178  P1020182  P1020180  Si la Cité de Carcassonne existe encore c'est grâce à un archéologue du XIXème siècle, Jean-Pierre Cros-Meyrevieille, qui a réussi à faire annuler l'avis de destruction de la Cité (qui était dans un état pitoyable). Viollet-Leduc a contribué à sa restauration (et pourtant que de critiques et controverses). Les travaux de restauration ont duré 50 ans.

P1020183 Vue de la ville basse de Carcassonne.

  P1020173 L'un des deux ponts reliant la ville basse à la Cité.

 

Suite de la visite demain.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 19 avril 2015

Guatemala - 4 / Les producteurs - Antoine Bello

Quel est le rapport, me demanderez-vous, entre le nouveau roman d'Antoine Bello et les photos de mon voyage au Guatemala? Et je répondrai: les Mayas.

P1020013

En effet, dans Les producteurs d'Antoine Bello (Gallimard, 520 pages), la suite surprise des Falsificateurs et des Eclaireurs (mais qui peut tout à fait se lire indépendamment), l'essentiel de l'intrigue porte sur un scénario imaginé par deux agents du CFR (Consortium de Falsification du Réel), la Danoise Lena Thorsen épaulée par l'Islandais Sliv Dartunghuver: la découverte d'un peuple maya, les Chupacs, ainsi que d'une épave de bateau renfermant des objets mayas dont un codex. L'histoire se passe à partir de 2008, année qui va voir l'élection de Barack Obama aux dépens de John McCain et de sa co-listière Sarah Palin. Grâce à ce livre, on apprend que des agents du CFR ont joué un certain rôle dans les résultats de cette élection. Pour en revenir aux Mayas, on suit, heure par heure, la découverte de l'épave sous plusieurs mètres d'eau au large de la ville mexicaine de Veracruz. Le scénario est brillant. Grâce à Internet et aux réseaux sociaux, l'événement fait le tour du monde. Pour ceux qui l'ignorent (comme moi jusqu'à il y a peu de temps), les codex mayas sont des assemblages de feuilles ou cahiers en écriture maya (des glyphes) rédigés par des scribes. Seuls quatre codex nous sont parvenus dont l'un a une authenticité constestée. Les codex ont reçu les noms des villes dans lesquelles ils sont désormais conservés. Le plus célèbre est le codex de Dresde dont j'ai vu une copie dans un musée privé à Guatamela city. Un deuxième est conservé à la Bibliothèque nationale de France à Paris et le troisième est à Madrid. Quant au quatrième, celui qui est contesté, il est appelé le codex Grolier (il est mentionné dans Les producteurs), et il est conservé dans un musée au Mexique.

Le roman se lit d'une traite: l'intrigue est assez passionnante (même si j'ai préféré les nombreuses péripéties des Falsificateurs et des Eclaireurs). En revanche Antoine Bello écrit toujours d'une plume alerte, il emploie beaucoup le style direct. Un roman plaisant dans lequel Lena Thorsen est décrite sous un meilleur jour que dans les deux romans précédents qui sont résumés en préambule du livre.

Je reviens maintenant pour la dernière fois sur le Guatemala avec des photos prises dans le musée privé Popol Vuh situé dans une annexe d'une université qui recèle une belle collection d'urnes funéraires, de masques et de statuettes diverses.

P1010940  P1010944 La copie du codex de Dresde

P1010947  P1010950

P1010854  P1010856

P1010876 Quelques masques

P1010885 Une coupe avec un couvercle et des piquants

P1010900  
P1010880 Une coupe avec l'effigie d'un bassaris (mammifère d'Amérique centrale de la famille des ratons laveurs)

P1010898

P1010902  P1010913  Un être mythologique

P1010926 Déesse du cacao

Je termine avec des photos du lac Atitlan (à 100 km à l'ouest de Guatemala city) entouré de volcans. C'est le lac le plus profond d'Amérique centrale (jusqu'à 340 m de profondeur). Il fait 18 km de long par 8 de large. Comme il faisait assez brumeux, on ne s'est pas assez rendu compte de beauté du lieu. Mais on a fait une belle promenade en bateau.

P1010766  P1010767

P1010770 P1010793

 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 13 avril 2015

Guatemala - 3

Voici mon avant-dernier billet sur le Guatemala. Je n'ai pas visité que des sites archéologiques. On a aussi été à la rencontre des gens, on a été dans quelques villes dont Antigua. Notre groupe a pratiquement fait le tour du pays. Nous avons pu admirer des oiseaux sur le Rio Dulce qui mène vers l'Atlantique. On a aussi vu une bananeraie ainsi qu'une plantation de café.

P1000690 Des bambous

P1000693    P1000695  Des graines de cafés

P1000697 Des yukkas P1000699 Des bananes.

En voici d'autres, des régimes de bananes suspendus prêts à être traités:

P1010124 

P1010129

P1010131 Les bananes sont transportées en suspension sur des rails. 

P1010136 Les bananes sont prioritaires!

P1000995 Des oiseaux dans les arbres le long du Rio Dulce.

P1000996

P1010001

P1010014 Une poule d'eau marchant sur les nénuphars

P1010019

P1010031  P1010033

P1010035  P1010038 Des habitations sur le Rio Dulce

P1010044

P1010061

P1010084 Des pêcheurs P1010095

 

     P1010091 

P1010101 Des cormorans pas loin de la ville de Livingston.

P1010396

P1010402 P1010485 P1010482    P1010404 Des rues d'Antigua (ville classée au patrimoine mondial de l'Unesco - ses habitants en sont fiers).  C'est une ville en altitude, relativement peu étendue, entourée de volcans. Les rues sont toutes à angles droits avec des maisons basses, car la ville est bâtie sur une zone sismique.

P1010413  P1010420  P1010426  On s'est trouvé à Antigua au début des semaines avant Pâques. Dans les églises, des tapis à base de sciure de bois sont dessinés à même le sol. On peut admirer les fleurs, les fruits et les légumes qui servent d'offrandes. C'est impressionnant.

 

P1010521 L'église de la Merced à Antigua

 P1010436 Des bus guatémaltèques

P1010493

P1010497  La place principale d'Antigua.

Le Guatémala est réputé pour son tissage. Les jupes que portent certaines femmes sont une de leurs richesses quand elles se marient.

 

P1010510

P1010515

P1010559 Un tapis de fleurs

P1010746 Des femmes d'Antigua.

Déjà quatre semaines que j'étais partie en voyage...
Suite et fin dans un prochain billet.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

samedi 4 avril 2015

Guatemala - 2

Je continue sur le Guatemala avec la suite des visites de sites Mayas: Quiriga et ses hautes stèles et surtout Copan au Honduras à 12 km de la frontière du Guatemala.

P1010145  Une stèle datant de 775 après J.-C.

P1010151

P1010152 

P1010175 L'une des plus hautes stèle de Quirigua.

P1010176

P1010182 Un autel.

P1010191

P1010165 Les stèles protégées sous des toits de chaume.

P1010171 Une chimère.

 

 

P1010157

P1010189

**********************************************************************************

Pour atteindre Copan, le plus beau site visité, où les aras sont nombreux, il faut passer la frontière pour atteindre le Honduras.

P1010206

P1010211

P1010212

P1010217  P1010221 un kapokier.

Quand vous arrivez dans le site de Copan, vous êtes accueilli par des aras en liberté (ils sont nourris trois fois par jour). Les vols de aras sont superbes. On en prend plein les yeux. C'est un oiseau monogame qui peut atteindre l'âge vénérable de 100 ans.

P1010224 P1010230

P1010234 P1010235

P1010237 Un des nombreux tumulus qui abrite un édifice. Depuis presque 1000 ans, la nature a repris ses droits, en particulier les arbres aux longues racines.

P1010242

P1010244 La plupart des sculptures sur le site sont des copies. Les originaux sont conservés dans un vaste musée à l'entrée du site.

P1010245

P1010247 Un édifice à moitié enfoui avec un arbre au mileu.

P1010251 P1010258 P1010259 Un autel : sur chaque côté sont réprésentés les 16 rois mayas qui ont régné à Copan (entre 400 et 800 après J.-C.), dont le plus célèbre est le 13ème, surnommé "18-lapin", qui a été décapité lors d'un sacrifice.

P1010274 Le dieu Jaguar.

P1010275 Le Soleil.

P1010289 Le terrain de jeu de pelote.  P1010325

P1010304 Il y a encore des traces de couleur sur certains bâtiments: la couleur principale utilisée par les Mayas était le rouge. Les deux autres couleurs étaient le jaune et le bleu.

P1010301 Et voici, recouvert par une bâche, le fameux escalier hiéroglyfique: il "comporte le plus long texte maya connu (2 200 glyphes), sculpté avec beaucoup de précision dans la pierre des contremarches. Malheureusement, sur les 63 marches, seulement 15 ont été trouvées encore à leur place, dont 5 partiellement détruites : les autres s'étant effondrées, elles ont été replacées de façon arbitraire lors de la restauration de l'édifice en 1935. Il n'a donc pas été possible de déchiffrer entièrement le puzzle incomplet actuel; le texte constitue une chronique de la dynastie copanèque depuis le premier roi Yax K'uk' Mo'. Les cinq statues assises tout au long du milieu de l'escalier représentent les cinq prédécesseurs de K'ak' Yipyaj Chan K'awiil. Ce dernier est représenté sur la Stèle M qui se trouve au pied de l'escalier" (source Wikipedia).

P1010306  P1010309

P1010314 P1010315

P1010320 Un des côtés de l'escalier.

P1010291 J'aime beaucoup cette tête.

P1010322 Encore des traces de couleurs.

 

P1010328 Un bel oiseau.

P1010330 Une des stèle sur la place de Copan.

P1010351  P1010352

P1010354 P1010356

P1010361 Les 5 dernières photos ont été prises dans le musée de Copan. Grand édifice aéré.

Suite dans un prochain billet.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 2 avril 2015

Guatemala - 1

Pour mon premier billet sur le Guatemala, je commence par un site Maya (les sites que l'on visite ont tous été abandonnés par les Mayas au plus tard vers 1000 après J.-C.). La nature a repris ses droits en enfouissant les bâtiments. Le site de Ceibal (ou Seibal) dans le département du Petén n'a rien de remarquable, mais il est peuplé de singes hurleurs dont le cri impressionne. On ne les a pas vus, mais on les a beaucoup entendus en fin d'après-midi, une heure avant que le soleil ne se couche. Je rappelle que, dans cette région, le soleil se lève à 6H du matin et se couche à 18H toute l'année. Le pays n'a pas de paysages grandioses, mais il est montagneux avec quelques volcans en activité, et il a une belle végétation tropicale: bananiers, caféiers, cacaoiers. Le Guatemala comme toute l'Amérique centrale est une zone sismique, car il est situé au carrefour de trois plaques tectoniques.

P1000737

 

P1000738 Voici le site de Ceibal représenté sur une maquette.

P1000740 Seul le petit édifice au milieu de la photo a été mis au jour, tout le reste est encore enfoui.

P1000746  Voilà l'édifice. Quelques stèles disséminées aux alentours sont protégées par des toits de chaume.

P1000748 Comme celle-ci ou celle-là. P1000762

P1000742 Les photos représentent le Ceiba (Fromager ou Kapokier), l'arbre sacré des Mayas. Pendant ses vingt premières années, l'écorce de l'arbre est couverte d'épines coniques dont se servaient les Mayas pour se percer les oreilles, les lèvres et même le sexe.

P1000825       P1000827 Un ceiba vieux de 300 ans à l'entrée du parc et site archéologique de Tikal situé au nord Guatemala dans la région de Peten (comme Ceibal).

Concernant Tikal, c'est semble-t-il le site archéologique le plus connu du Guatemala. Il a une superficie de 16 km2.

 

P1000832   P1000846

P1000884  La place principale de Tikal.

P1000888  Sur cette photo, on voit le terrain du jeu de pelote (les Mayas y jouaient). Il semble qu'à à l'issue du jeu les vainqueurs étaient sacrifiés, car le sacrifice était un honneur suprême. La connotation religieuse était très forte.

 

P1000897

P1000911 Tikal vu du sommet du Temple IV: avec les arbres feuillus et très hauts, on ne voit que peu de choses.

P1000916  P1000922 Mygale ou Tarentule? Je ne me rappelle plus. Elle était très pacifique. La main est celle d'un des gardiens de Tikal.

P1000851 Une termitière (les termites sont minuscules), on en a vu plusieurs dans le parc de Tikal.

 

P1000927 Un singe araignée ou atelle, perché haut dans un arbre à la sortie du parc de Tikal.

 La suite dans un prochain billet.

PS: pour ceux qui me demandent des nouvelles de mon amaryllis, je l'ai retrouvée en pleine forme: elle fleurit bien au bout d'une grosse tige interminable.

P1010993  P1010992

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 27 mars 2015

Guatemala - préambule

De retour après 10 jours de circuit au pays des Mayas, j'ai pris beaucoup de photos (plus de 1000) de la faune, de la flore, des sites mayas et de la population guatemaltèque. Ce fut un voyage magnifique plein de couleurs et de soleil.

Voici quelques photos avant quelques billets plus longs.

P1000684 Un Quetzal, l'oiseau mythique du Guatamala. Il est en voie de disparition. C'est l'emblème du pays.  On a eu une chance incroyable d'en voir un. Les plumes de la queue servaient d'ornements sur les coiffes des nobles Mayas.

P1000760 Une stèle sur le site de Ceibal

P1000790 Un lever de soleil sur le lac Péten Itza

P1000890 Le site de Tikal, le temple n°2 sur la place principale

 

P1010234 Un des nombreux aras en liberté sur le site de Copan au Honduras (à la frontière du Guatemala).

D'autres billets suivront mais il faut que je me remette du décalage horaire et que je trie mes photos.

Posté par dasola à 11:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :
mardi 21 octobre 2014

Andalousie (Al Andalus) 4/4 - Antequera, Malaga, Marbella, Ronda, et Jerez de la Frontera

Comme annoncé, voici mon quatrième et dernier billet sur mon circuit Andalou.

Le soleil ayant été de la partie jusqu'au bout, on a pu admirer des paysages magnifiques sur fond de ciel bleu. Après Grenade et l'Alhambra, nous avons fait un arrêt à Antequera qui est considérée comme le coeur et le poumon de l'Andalousie. Elle fait partie de la province de Malaga.

P1050074 P1050084 P1050085  P1050075 P1050087  P1050097 P1050098

En contrebas de cette arche des géants, on peut voir un chantier de fouilles de thermes romains:

P1050091 P1050092

Nous sommes arrivés à Malaga, fondée par les Phéniciens au VIIIème siècle avant J.-C. au bord de la Méditerranée: une grande ville que j'ai trouvée sympathique.

P1050099 Une vue des arènes

P1050103 Le théâtre romain construit à l'époque de l'empereur Auguste, où Malaga était sous domination romain. Ce théâtre se situe en contrebas de l'Alcazaba qui est un palais et une forteresse, bâti au XIème siècle quand Malaga a été sous domination arabo-berbère.

P1050105 Les fortifications de l'Alcazaba.

P1050106 idem

 

P1050108 Théâtre romain et Alcazaba

Après un arrêt à Marbella, station balnéaire très connue mais pas forcément inoubliable...

P1050112   P1050114

...nous sommes arrivés à Ronda, capitale spirituelle de la tauromachie. Ses arènes (Plaza del toros) qui sont les plus anciennes d'Andalousie, datent de 1785.

P1050118 P1050119 La salle de restaurant où nous avons déjeuné, dont les murs sont entièrement recouverts de souvenirs divers et variés sur la tauromachie.

P1050120 P1050126 Dans ces arènes s'est déroulée la première corrida moderne en 1785.

Ronda est aussi connue pour sa gorge de 170 m de profondeur (El Tajo). Cette gorge coupe la ville en deux. Quand on regarde vers le bas, on se dit qu'il ne faut pas avoir le vertige.

P1050129  P1050132

P1050133 P1050135 

P1050143  P1050145

Je termine par Jerez de la Frontera, célèbre pour son vin (Xérès en français ou Sherry pour les Anglais, 16° et 36° de taux d'alcool).

C'est aussi une ville bien connue pour son école équestre et ses célèbres chevaux andalous. On a visité le musée équestre et assisté à un entraînement des chevaux: cela a beaucoup d'allure. Les photos étaient interdites.

Cela ne m'a pas empêchée de prendre en photo un couple de chevaux, en bronze, qui si trouve sur une place de Jerez : un étalon et une jument.

P1050156

Pour conclure, pour ceux qui veulent aller en Andalousie, c'est 2H15 d'avion de Paris jusqu'à Séville. Y aller hors saison si possible. Le mois d'octobre est un mois idéal. J'ai noté l'afflux de touristes asiatiques jeunes dans tous les lieux connus: c'est impressionnant. Et, selon les guides à qui j'en ai parlé, ce n'est que le début. Petite mise en garde pour terminer: pour ceux qui aiment (comme moi) envoyer des cartes postales, acheter les timbres de préférence dans une poste "Correos". J'ai appris qu'il existe des services privés qui éditent des timbres (j'en ai acheté à un marchand de cartes postales). Ces timbres sont vendus plus chers et vos cartes n'arriveront pas, si vous les avez naïvement déposées dans une boite aux lettres "normale".

Voilà, je suis prête à repartir en Andalousie.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 19 octobre 2014

Andalousie (Al Andalus) 3/4 - Grenade et l'Alhambra

Je continue à vous narrer mon circuit andalou (une fois Cordoue quittée) avec Grenade et son ensemble palatial qui domine la ville: L'Alhambra. Grenade est située à 800 mètres d'altitude au pied de la Sierra Nevada. Je regrette de ne pas être restée plus longtemps pour flâner dans la ville avec ses rues animées et odorantes...

P1050069 ... par exemple avec la vente d'épices contre un des murs de la cathédrale.

 

P1050065 Cette photo montre l'entrée d'une rue commercante connue à Grenade et tout près de la cathédrale.

Pendant une matinée, notre groupe a visité La Chapelle royale et la Cathédrale: dans ces deux lieux, les photos sont interdites (surtout en ce qui concerne la Chapelle). Dans cette très belle chapelle, bâtie sous Charles Quint (1500-1558), se trouvent les gisants de Philippe de Habsbourg (Phillippe Ier de Castille) dit Philippe le Beau et Jeanne Ière de Castille (dite Jeanne la Folle), les parents de Charles Quint, ainsi que ceux d'Isabelle de Castille et Ferdinand d'Aragon, les rois catholiques et parents de Jeanne la Folle, et donc grands-parents de Charles Quint. Dans une crypte au-dessous de ces deux couples de gisants, des cercueils en plomb conservent les restes des quatre personnes. Les photos sont interdites car la chapelle est ornée de beaux et grands tableaux assez fragiles. Désolée pour ce manque d'illustration. Concernant la cathédrale, on est frappé par sa luminosité, les murs et les colonnes sont blancs. C'est un vaste édifice construit à partir du XVIème siècle. Le choeur est surmonté d'une coupole de 45 m de haut. Je n'ai pas forcément eu le coup de foudre pour ce bâtiment, mais la visite en vaut la peine.

Voici une photo de la façade:

P1050071

 

Je passe maintenant au plat de résistance, c'est-à-dire l'Alhambra (Al Hamra, la rouge en arabe), ainsi nommée en raison de la couleur que prend la pierre des murailles au coucher du soleil. Edifié sur la colline de la Sabika, l'Alhambra est un ensemble palatial fortifié et un des monuments majeurs de l'architecture islamique. Les parties les plus notables ont été bâties au XIVème siècle par l'un des souverains de la dynastie des Nasrides. Les touristes ne savent plus où donner des yeux tellement il y a de choses à admirer:

En plus des palais Nasrides, il y a le palais de Charles Quint du XVIème siècle, un palais à l'enceinte carrée (sans toit) qui contient un patio circulaire:

P1000492  P1000499

Et voici donc quelques photos qui ont du mal à rendre la beauté de l'ensemble des palais Nasrides qui s'organisent en de multiples salles rectangulaires, partiellement intégrées à l'enceinte, reliées entre elles par des vestibules qui sont disposés autour de cours comme la cour des Lions. Aucune représentation humaine mais des motifs géométriques, végétaux, des stucs et des arabesques.

P1000503 P1000504

P1000507 P1000512

P1000509 P1000524

P1000529 P1000531

P1050037 P1050041

P1050042 P1000535

P1000537 La fontaine dans la cour des Lions

P1000521   P1000520

P1050044 Une partie de Grenade vue de l'Alhambra

Suite et fin de mon circuit dans mon prochain billet (Antequera, Malaga, Marbella, Ronda, et Jerez de la Frontera)

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :