samedi 24 février 2007

Bug - William Friedkin

Attirée par le sujet, je suis allée voir bug, film adapté d'une pièce de théâtre. Je ne m'attendais pas vraiment à ce que j'ai vu. Quand au bout de 1h35, l'écran devient noir, on est soulagé que l'histoire se termine. Car on a subi une montée crescendo d'une paranoïa schizophrène d'un jeune homme qui surgit dans la vie d'une jeune femme fragile psychologiquement. Son fils a disparu 10 ans plus tôt dans un supermarché et son ex-mari est sorti depuis peu de prison. Le film qui commence très calmement a une certaine unité de lieu (une chambre de motel) et d'action (la dégradation psychologique des deux héros). Le titre bug est très important. C'est l'obsession de l'homme qui pense que des insectes et des nids d'oeufs d'insectes sont sous sa peau, dans les dents. Il a un passé psychiatrique et il est peut-être un ancien de la guerre du Golfe. La chambre du motel se retrouve envahie de papier tue-mouches et dans la dernière séquence, elle est entièrement tapissée de papier aluminium. Scène après scène, l'homme s'automutile, s'arrache les dents et la femme, Agnès, se laisse entraîner dans son délire mais elle l'aime. C'est terrifiant. On peut voir le film comme une paranoïa de l'Amérique. Ame sensible s'abstenir ou sinon considérer que c'est du n'importe quoi comme je l'ai entendu en sortant de la salle.

Posté par dasola à 20:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 30 janvier 2007

Little Children - Todd Field

Sur les conseils de deux collègues, je suis allée voir Little Children. Je dois dire que j'ai un avis mitigé. Tout d'abord, le film aurait dû être interdit aux moins de 12 ans, sans se limiter à un simple avertissement, vu le sujet et certaines scènes. Il y a deux films en un, dans une petite ville américaine comme tant d'autres, nous assistons à la rencontre et la liaison entre une femme (Kate Winslet) qui s'ennuie profondément (incarnation de Mme Bovary), elle est mariée et mère au foyer d'une petite fille, et Brad (Patrick Wilson) qui n'arrête pas d'échouer à un examen, père au foyer d'un petit garçon, marié à une sorte de wonderwoman,  il traîne son spleen. En parallèle, un pédophile, Ronnie, après un séjour en prison, revient vivre dans cette même ville. Il vit avec sa mère qui cherche à le marier. Ceci étant dit, il émane du film un malaise réel qui vient d'un je ne sais quoi, et la fin est très moraliste, très américaine et c'est dommage. A voir mais avec des réserves.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 12 janvier 2007

La Strada - Federico Fellini / Une Journée particulière - Ettore Scola

La Strada et Une Journée particulière ont en commun qu'ils ont été produits par Carlo Ponti qui vient de disparaître. Les années 50, 60 et 70 ont été les grandes années du cinéma italien. La Strada, c'est par-dessus tout la musique jouée par Gelsomina à la trompette, musique de Nino Rota. Le visage lunaire de Giuletta Masina est inoubliable. Et qu'est-ce que l'on pleure à la fin.
Dans Une Journée Particulière, Sophia Loren et Marcello Mastroianni jouent à contre-emploi comme on dit. Elle, elle est mère de 6 enfants, dans cet appartement à Rome. L'action se déroule le jour où Hitler rend visite à Mussolini. Tout Rome est dans la rue sauf Sophia Loren et Marcello Mastroianni, dont on découvre assez vite qu'il est homosexuel, la rencontre inopinée des deux va donner lieu à l'une plus belles histoires d'amour qu'il m'ait été donnée de voir, même si c'est une des plus brèves (1 journée). Magnifique !

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,