jeudi 13 mars 2008

Le Guide Rouge Michelin

Je profite du fait que Tietie007 a écrit récemment un billet sur la dégustation de la grande cuisine chez des chefs étoilés pour parler de mon expérience personnelle sur la mise à jour du guide. En effet, il y a 15 ans, je travaillais en intérim et j'ai eu une mission de deux mois à Paris, au siège de Michelin, pour faire une mise à jour du Guide Rouge entre septembre et novembre 1993. Cela consistait à saisir informatiquement une centaine de fiches par jour sur lesquelles étaient indiquées le nom, le lieu, le prix de menu, les prix des chambres, etc. Nous avions passé un test de vitesse de saisie et 4 heureux "élus" dont je faisait partie ont été choisis. Nous travaillions dans une grande salle où plusieurs autres personnes (uniquement des messieurs) remplissaient des fiches papier et nous les communiquaient. Employés par Michelin, ils étaient tous issus d'écoles hôtelières diverses. J'ai discuté avec eux. Ils me disaient qu'ils partaient sur les routes de France pour des missions de trois semaines chaque fois, sans revenir chez eux, en mangeant et couchant dans les hôtels qu'ils recensaient et notaient. Inutile de vous dire que quand ils revenaient, ils allaient à la cantine et c'était régime "jambon/coquillettes". Pendant leur tournée, ils essayaient de se modérer le plus possible pour le vin, les plats, etc. D'ailleurs, ceux que j'ai vus étaient tous minces. En ce qui concerne les restaurants "étoilés", ils alternaient pour avoir le privilège de manger à une "grande table". Quand j'ai terminé ma période de deux mois, les responsables de l'équipe allaient se réunir dans les jours qui suivaient pour décerner ou enlever les étoiles tant convoitées. Chaque inspecteur faisait son travail avec méthode et conscience, mais, de mon point de vue, on doit s'en lasser au bout d'un certain temps.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

lundi 1 octobre 2007

Guide de voyage : Lonely Planet

Je reviens d'une semaine de voyage d'agrément en Italie sur la Côte Amalfitaine (comme c'est beau!). Mes fidèles blogueurs ne s'en sont pas trop aperçu car j'avais réussi à rédiger près d'une dizaine de billets d'avance. Cependant, je n'ai pas rendu les commentaires reçus (presque une trentaine) durant tout ce temps. Je les validais quand je pouvais (j'ai aussi délégué leur validation).
Pour en revenir au titre du billet, pendant cette semaine, j'ai utilisé le guide Lonely Planet pour traquer les points cyber durant mes déplacements et cela m'amusait. C'était la première fois que j'achetais un titre de cette collection, suite aux conseils d'une de mes collègues qui m'en avait parlé. Jusqu'à présent, j'achetais le Guide du Routard, moins cher et peut-être moins lourd. En dehors d'Internet, j'aime avoir un support papier lors de mes voyages touristiques. Pour ce faire, je fais "une descente" dans une FNAC du centre de Paris qui a un choix étendu pour tout ce qui est guides touristiques et cartes routières. Il y en a tellement que la décision est souvent difficile entre tel ou tel ouvrage qui ont chacun leurs spécificités.
En ce qui concerne Lonely Planet, la présentation est claire, concise. Les illustrations en couleur égaient l'ensemble. Les données chiffrées se sont révélées exactes, ainsi les adresses indiquées pour les achats, les restaurants ou même les points cyber. Cela fait plaisir d'avoir entre les mains un guide fiable. On ne peut pas en dire autant de certains autres.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
samedi 1 septembre 2007

Un guide inspiré à la Maison Jacques Coeur - Bourges

En marge des sujets que j'aborde dans ce blog, je voulais rendre hommage à un parfait inconnu, guide-conférencier, acteur de théâtre, exerçant ses talents au Palais Jacques Coeur à Bourges, cette belle demeure du 15ème siècle. Nous étions plus de 40 personnes, alors que la normale autorisée est prévue pour 19 maximum, à déambuler dans les 15 pièces du Palais. Les explications claires et concises de ce guide, plutôt jeune et pas mal de sa personne, et qu'on nous avait annoncé comme "assez long", furent un vrai plaisir pendant plus d'une heure. Le troupeau des 40 visiteurs était très attentif. Le guide connaissait très bien son texte et il comprenait ce qu'il disait (ce qui n'est pas toujours le cas), il a même fait allusion à François Villon au sujet de la mort de Jacques Coeur, et à Stendhal. Dans une des salles du Palais, une reproduction en plâtre du gisant du Duc Jean de Berry (1340-1416, frère du roi Charles V) lui a permis de nous rappeler que ce Duc était le mécène pour lequel avaient été réalisés les manuscrits "Petites", "Grandes" et "Très riches heures du Duc de Berry". Pendant toute la visite, il a ménagé le suspense sur la mort de Jacques Coeur, argentier du roi Louis VII, qui connut la disgrâce, s'évada 3 fois alors qu'il était prisonnier, mourut loin de France et qui en définitive n'habita qu'une seule journée ce palais qu'il fit construire. C'est à la fin de la visite que le guide nous a confirmé qu'il faisait par ailleurs du théâtre. Si les visites guidées pouvaient toujours être de cette qualité, quel plaisir!

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,