Voilà The Lunchbox, un film que je vous conseille absolument, et quand vous sortirez de la projection, vous n'aurez qu'une envie: aller dans un bon restaurant indien, car vous aurez faim après avoir aperçu les plats odorants que prépare Ila. Ila est une jeune femme indienne qui vit à Bombay. Comme des milliers d'autres, elle prépare un casse-croûte à l'indienne à son mari dans une lunchbox (littéralement une boîte à déjeuner). Elle décide de se surpasser pour reconquérir son mari qui semble aller voir ailleurs. Elle compose des mets odorants et goûteux qu'elle répartit dans des boîtes métalliques cylindriques empilées formant un ensemble. A Bombay, plusieurs milliers de ces lunchbox sont acheminées par plus de 5000 livreurs qui en principe ne se trompent jamais de destinataire. Une chance sur un million qu'il y ait eu une erreur (selon une étude de l'université d'Harvard qui s'est penchée sur le sujet). Et bien, justement, la lunchbox d'Ila est livrée accidentellement à un homme, dans la cinquantaine, à un mois de la retraite. Solitaire et pas très sociable, Saajan Fernandes apprécie ce repas. L'après-midi, les mêmes livreurs retournent les boîtes vides chez les expéditeurs. Le soir, en voyant la réaction de son mari, Ila se rend immédiatement compte qu'une erreur de livraison s'est produite. Elle glisse dans la lunchbox du lendemain un mot au destinataire inconnu. Une correspondance s'ensuit. C'est un film qui fait du bien. Saajan, veuf depuis plusieurs années, recommence à s'ouvrir aux autres, à se sociabiliser. Ila, elle, va réussir à s'émanciper de son mari: on la voit vivre plus ou moins cloîtrée à la maison, conversant avec sa voisine (que l'on ne voit jamais). Je vous laisse découvrir toute la finesse de cette histoire. C'est frais et rafraîchissant. J'espère que ce premier film de Ritesh Batra va sortir partout en France. Lire les billets d'Alex et Chris.

P1040586