mardi 31 mars 2015

Hacker - Michael Mann / Voyage en Chine - Zoltàn Mayer

Toujours en attendant le Guatemala, voici deux films très différents qui m'ont beaucoup plu et que j'ai vus depuis mon retour.

Hacker (Blackhat en VO), le nouveau film de Michael Mann a été un échec au box-office américain (dommage pour eux), et je trouve injuste de lire et d'entendre des critiques assassines sur ce film bien fait qui dure 2H15 sans temps mort (enfin moi, je ne me suis pas ennuyée une minute). Un "Black hat", en argot informatique, est un "hacker" mal intentionné qui n'a de cesse de créer des virus informatiques, des chevaux de troie et des logiciels espions. Le "Black hat" du film que l'on découvre tardivement, au bout de presque 1H45 de film, parvient en écrivant un logiciel malveillant à faire sauter une centrale nucléaire près de Hong-Kong et à faire s'envoler les cours du soja à la bourse. Face à lui, le FBI libère un hacker qui purge une longue peine de prison: lui seul peut contrer le "Black hat". Je vous laisse découvrir comment, pourquoi, etc. Les acteurs peu connus s'en tirent honorablement. C'est filmé en numérique. Un bon thriller. Lire le billet de Princecranoir.

Avec Voyage en Chine de Zoltàn Mayer, film recommandé par Aifelle et Miriam, on a le plaisir de retrouver Yolande Moreau confrontée à la mort brutale de son fils survenue en Chine. Liliane, qui semble n'être jamais partie nulle part, décide de rapatrier le corps de son fils dont elle n'était pas forcément très proche Avec sa valise, elle arrive dans un pays inconnu dont elle ignore la langue. Grâce à l'aide de Chinois (certains sont francophones ou anglophones) et en se faisant comprendre par signes, Liliane va découvrir un pays, une manière de vivre, une culture où Jacques Brel a sa place. La caméra est pudique. On ressent beaucoup d'empathie de la part du réalisateur. Un joli film.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 30 mars 2015

Un hiver à Paris - Jean-Philippe Blondel / La tuerie d'octobre - Wessel Ebersohn

Avant de revenir sur mon voyage au Guatemala, voici un billet sur deux livres lus juste avant de partir et pendant mon voyage

Je commence par Un hiver à Paris de Jean-Philippe Blondel (Editions Buchet-Chastel, 260 pages). C'est le premier Blondel que je lis et j'ai été séduite par son écriture fluide. Je pense que l'écrivain écrit un récit en partie autobiographique. A son retour de vacances, Victor, un écrivain reconnu, reçoit un lettre d'un certain Patrick Lestaing qui le renvoie en 1984, soit trente ans en arrière, au temps où il était en khâgne dans un lycée parisien. C'était l'hiver et un drame épouvantable s'est déroulé presque sous ses yeux: le suicide d'un élève de sa classe, Matthieu, qui après une altercation avec un professeur, s'est jeté par dessus une balustrade. Victor narre ce qui s'ensuivit: sa volonté de vivre face à cette mort, la compétition entre élèves lors des concours, ses sentiments confus envers Paul Rialto, le meilleur élève de la classe, sa brève relation sentimentale avec une autre élève, Armelle. C'est un roman que je conseille.

 P1050224


Je change de registre avec La tuerie d'octobre de Wessel Ebersohn (Rivages / Noir, 400 pages), qui se déroule en Afrique du sud en 2005, avec un retour dans le passé en 1985, le 22 octobre. En effet, à cette époque, Abigail Bukula a assisté à l'âge de 15 ans au massacre de ses parents, militant anti-apartheid. Le crime a été perpertré par des blancs. Vingt plus tard en 2005, Abigail, devenue juriste et fonctionnnaire du nouveau gouvernement, revoie Leon Lourens qui faisait partie du commando responsable du massacre. C'est lui qui lui avait sauvé la vie. Leon lui demande de l'aider car les autres membres du commandos ont été assassinés au fil des ans, toujours à la même date, le 22 octobre, étranglés avec une corde à piano. L'enquête est bien menée et on croise les personnages intéressants comme Yudel Gordon, juif et psychiatre des prisons, et Michael Bishop. Un polar honnête.

P1050225

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 27 mars 2015

Guatemala - préambule

De retour après 10 jours de circuit au pays des Mayas, j'ai pris beaucoup de photos (plus de 1000) de la faune, de la flore, des sites mayas et de la population guatemaltèque. Ce fut un voyage magnifique plein de couleurs et de soleil.

Voici quelques photos avant quelques billets plus longs.

P1000684 Un Quetzal, l'oiseau mythique du Guatamala. Il est en voie de disparition. C'est l'emblème du pays.  On a eu une chance incroyable d'en voir un. Les plumes de la queue servaient d'ornements sur les coiffes des nobles Mayas.

P1000760 Une stèle sur le site de Ceibal

P1000790 Un lever de soleil sur le lac Péten Itza

P1000890 Le site de Tikal, le temple n°2 sur la place principale

 

P1010234 Un des nombreux aras en liberté sur le site de Copan au Honduras (à la frontière du Guatemala).

D'autres billets suivront mais il faut que je me remette du décalage horaire et que je trie mes photos.

Posté par dasola à 11:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :
samedi 14 mars 2015

Crosswind (La croisée des vents) - Martti Helde / Pause vacancière

Comme je m'absente de France pendant presque deux semaines, je voulais évoquer un film singulier.

Je conseille en effet Crosswind (La croisée des vents), un film tourné dans un très beau noir et blanc avec une caméra qui avance, recule, fait des aller-retour et passe d'un endroit à l'autre, passant à côté ou entre des personnages figés tels des statues. Et pourtant, on voit que ce sont des êtres vivants. Ils prennent la pose comme s'ils allaient être peints. Il suffirait d'un souffle pour qu'ils bougent, ainsi le tablier d'une vieille femme en haut de marches. Le réalisateur estonien, Martti Helde, a choisi un parti pris esthétique audacieux pour mettre en images les lettres d'une jeune femme estonienne, Erna, qui écrivit à son mari pendant les quinze ans de sa captivité en Sibérie. En effet, en juin 1941, sur ordre de Staline, des habitants (plus de 500 000 mille) des pays Baltes - Estonie, Lithuanie et Lettonie - ont été déportés en Sibérie. Erna en "voix off" lit quelques lettres qu'elle écrit à son mari (elle ne les a jamais envoyées, ignorant ce qu'il était devenu). Car à l'époque, dès qu'ils montaient dans les trains en partance pour la Sibérie (26 jours de voyage dans des wagons à bestiaux sans pouvoir se laver ni presque manger), les femmes et les enfants étaient séparés des maris. Erna a connu la faim, les privations, le viol, les conditions de travail harassantes. Le film qui ne dure qu'1H27 est envoûtant et pas ennuyeux. J'espère qu'il ne va pas disparaître trop tôt des écrans. Dans la salle, le soir où j'ai vu le film, il n'y avait qu'une vingtaine de spectateurs: c'est peu.

P1050202  P1050201

 

Sinon, pendant que je serai au Guatemala, je pense que mon bouton d'Amarillys va pousser de plus en plus. La plante était en sommeil depuis presque un an. Quand j'ai découvert ce bouton, j'ai été très contente. Mon ami m'a promis de l'arroser en mon absence. Et moi, je vous dis à bientôt.

P1050197

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 11 mars 2015

Une putain de catastrophe - David Carkeet

P1050195

Dans Une putain de catastrophe (410 pages, Editions Monsieur Toussaint Louverture) de David Carkeet, j'ai retrouvé avec plaisir Jeremy Cook, le linguiste que j'avais découvert dans Le linguiste était presque parfait. Les deux romans peuvent se lire indépendamment l'un de l'autre. Jeremy n'a plus de travail, l'institut Wabash ayant fermé ses portes définitivement. Par hasard, il arrive à Saint-Louis (Missouri) pour passer un entretien d'embauche à l'agence Pillow (oreiller en VOSTF) dont le but est de venir aide aux couples mariés qui ont des problèmes de communication. Souffrant de "troubles linguistiques", ces couples se trouvent dans une impasse. Jeremy qui n'est pas très doué pour les relations humaines en général et conjugales en particulier est chargé de s'immiscer dans la vie du couple Wilson. Il va être observateur et conseiller en suivant le manuel "Pillow" (du nom de son rédacteur, Roy Pillow). Jeremy va devenir la "mouche du coche" auprès de Dan et Beth Wilson, un couple trentenaire, parents de Robbie, un garçonnet de 10 ans. Beth est enseignante, et Dan est devenu associé dans l'imprimerie de ses beaux-parents. Selon les termes du contrat, ils logent et nourrissent Jeremy.  Même si, au bout du compte, le travail de Jeremy n'est pas évident, il essaye de faire au mieux. Je vous laisse découvrir comment évolue l'histoire qui est plaisante, peut-être un peu trop "gentillette" à mon goût: cela manque de causticité, de folie. La "putain de catastrophe" du titre se réfère à une réplique dans le film Zorba le Grec, quand Alexis Zorba parle du mariage. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 8 mars 2015

American Sniper - Clint Eastwood

A lire le billet très complet d'Alain, on en retient que le personnage principal du film, le tireur d'élite texan Chris Kyle (tué à 38 ans par un vétéran souffrant de stress post-traumatique) avait des convictions très arrêtées sur l'engagement militaire de l'Amérique dans le conflit irakien (après les attentats du 11/09/01). Le réalisateur Clint Eastwood et son acteur principal, Bradley Cooper, montrent un homme déterminé dans sa tâche de tireur d'élite qui sauve des vies (ses compagnons d'armes) et qui, de retour entre deux missions, a du mal à mener une vie normale avec sa femme et ses deux enfants. Dès leur plus jeune âge, Chris et son frère Jeff ont été conditionnés par leur père qui leur a appris que le monde est composé de brebis, de loups, et de chiens de berger qui protègent les brebis contre les loups. Chris va devenir un chien de berger en étant le meilleur tireur d'élite de tous les temps après s'être engagé au sein des forces spéciales de la marine de guerre des Etats-Unis (SEALs). Pendant 1000 jours, ce qui représente quatre missions en Irak, il va montrer son habileté à tuer avec précision à très grande distance des hommes, des femmes et des enfants (les "sauvages") qui sont des menaces pour les troupes américaines. Je trouve que, sur un sujet pareil, le réalisateur arrive à un dosage subtil en rendant son personnage principal plus sympathique qu'il ne devait l'être. Il le montre avec ses failles. J'ai noté qu'il y a peu de discours idéologique sur "Dieu protège l'Amérique", sauf au début. Je dirais que c'est un bon film d'action si on fait abstraction du reste (message patriotique et autre). Vers la fin, la séquence "tempête de sable" est très réussie.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 5 mars 2015

Duane est dépressif - Larry McMurtry

P1000661

Je viens de finir la lecture d'un roman distrayant malgré son titre, Duane est dépressif, de Larry McMurtry (Editions Sonatines, 600 pages sympathiques - il se lit vite). Quand commence l'histoire, Duane Moore, 62 ans, un petit entrepreneur prospère dans le Texas, décide du jour au lendemain de laisser son pick-up au garage et de se déplacer à pied d'un point à un autre. Marié depuis 40 ans à Karla, il a quatre enfants et le double de petits-enfants. Duane m'a paru un brave type sous la plume de l'écrivain. Le fait qu'il ait décidé de marcher plutôt que prendre le pick-up alerte Karla qui décrète que son mari est dépressif. Celui-ci se rend compte que depuis 50 ans, il a mené une vie un peu vaine, voyant tout à travers les vitres de son pick-up. Sa famille compte trop sur lui et sur sa femme dès qu'il y a le moindre problème. En effet, ses enfants souffrent de différentes addictions. Ils vivent tous ensemble dans la grande maison familiale, endroit où survient au moins une catastrophe quotidienne. A partir de ce jour, il laisse à un de ses fils la direction de son entreprise. Duane emménage dans une cabane distante de 10 km de la maison (presque tous les jours, il parcourt cette distance à pied). Tout seul, il aime se mettre dans un transat pour regarder le ciel étoilé. Qui dit dépression, dit psy. Duane va aller consulter à pied (puis à bicyclette) une psychiatre, Honor Carmichael, une femme qui préfère les femmes. La vie de Duane va prendre un tournant. Je vous laisse découvrir les personnages hauts en couleur que Duane côtoie ainsi que les péripéties qui jalonnent le récit et dans lequel A la Recherche du temps perdu de Marcel Proust joue un rôle non négligeable. Ce n'est pas le roman du siècle, mais j'ai beaucoup beaucoup aimé. Merci à Keisha qui l'a recommandé et m'a donné envie de le lire.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
lundi 2 mars 2015

Birdman (ou la surprenante vertu de l'ignorance) - Alejandro IñarrItu

Birdman du réalisateur mexicain Alejandro Iñarritu* vient d'être récompensé de quatre Oscars en 2015 (dont ceux de meilleur film et meilleur réalisateur), mais rien pour les acteurs, alors que le film est centré sur eux et leur métier. Le film brosse un portrait sans concession des acteurs, avec un peu d'humour et pas mal de vitriol. Riggan Thomson (Michael Keaton), plus de vingt ans après avoir été l'interprète au cinéma d'un super héros, Birdman, est en train de monter, à Broadway, une pièce de Raymond Carver dans laquelle il jouera un des rôles principaux. Le "challenge" est de taille, Riggan a beaucoup à perdre pour son retour. Les dernières répétitions avant la générale ne se passent pas au mieux. Un acteur que Riggan juge mauvais est victime d'un "malheureux" accident. L'actrice principale (Naomi Watts), peu sûre d'elle, n'en revient pas d'avoir été choisie pour jouer la pièce, tandis que le "pur acteur de théâtre" (Edward Norton) qui a remplacé au pied levé l'acteur "accidenté" est imbu de sa personne face à Riggan. Quant à la fille (Emma Stone) de Riggan, qui vient de sortir de désintoxication, elle n'est pas tendre avec son père en lui disant ses quatre vérités. Riggan, lui-même très égocentrique, se laisse dominer par sa voix intérieure (celle de Birdman). Dans un bar, pas loin du théâtre, la critique du New-York Times est déjà en train d'écrire sa critique assassine sans avoir vu la pièce. La réalisation d'Iñarritu est virtuose. La caméra suit au plus près les acteurs entre scène, coulisses et loge d'un théâtre de Broadway. J'ai trouvé le film intéressant, très bien joué. Sur la fin, les scènes où Birdman vole dans les airs cassent un peu le rythme et n'ajoutent rien. En revanche, mon gros bémol serait pour la musique que j'ai détestée. Il s'agit d'une musique de batterie plutôt dissonnante (pour mes oreilles). Néanmoins, un film à voir.
Lire les billets de Wilyrah, Alex-6 et Ffred.

* et non Iñarratu comme me l'a fait remarquer Luocine ci-dessous (merci pour ce rectificatif)

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :