J'ai eu l'occasion de voir The Lighthouse (Le phare) de Robert Eggers (le réalisateur de The Witch) lors d'une rétrospective au Forum des images à Paris. Il faisait partie des films sélectionnés à la Quinzaine des réalisateurs lors du dernier festival de Cannes en 2019. Il est sorti ce mercredi 18 décembre. Est-ce que je le conseille? Je ne sais pas. C'est un film très particulier: une image format carré, en noir et blanc, avec une bande son parfois stressante. Deux hommes, à la fin du XIXème siècle, débarquent sur une île au large de la Nouvelle Angleterre. Ce sont les deux nouveaux gardiens du phare. On ne sait pas combien de temps ils doivent rester, ni qui ils sont vraiment. L'atmosphère devient vite oppressante. Thomas Wake (Willem Dafoe) et Ephraim Winslow (Robert Pattison) partagent une bicoque sans eau et avec peu d'éclairage. Ils s'observent, s'épient. On sent une hostilité s'installer entre les deux hommes. Thomas Wake veut s'occuper tout seul de la lumière du phare. L'ennui s'installe et de là, la folie les guette. Le film dure plus d'une heure quarante. J'ai été contente quand le film s'est terminé, même si je reconnais avoir vécu une expérience cinématographique pas banale. Je me suis demandée pendant tout le film comment les choses allaient évoluer. On vit un vrai cauchemar éveillé. L'histoire est irracontable. Il faut noter que les deux acteurs sont très bien. A vous de voir si vous êtes prêts à tenter l'expérience sensorielle, car cela en est une.