Que dire de ce film qui dure 3H39, soit 219 minutes? La maman et la putain, longtemps invisible, date de 1973. Il vient de bénéficier d'une ressortie sur grand écran depuis le 8 juin dernier. Il avait été récompensé du Grand Prix du Festival de Cannes en 1973. Il a été écrit, réalisé et monté par Jean Eustache (1938-1981). Personnellement, je ne l'avais jamais vu. Alexandre (Jean-Pierre Léaud), un oisif intellectuel qui a une vie très occupée, vit aux crochets de Marie (Bernardette Lafont) qui tient un magasin de mode. Alexandre parle beaucoup et a un coeur d'artichaut. Il décide sur un coup de tête de demander en mariage Gilberte, une ancienne petite amie, qui refuse sa proposition. Plus tard, elle lui apprend qu'elle va très bientôt se marier. Alexandre fréquente beaucoup le café des Deux Magots ou le café de Flore, en plein coeur de Saint-Germain des Prés. C'est aux Deux Magots qu'il croise le regard de Veronika (Françoise Lebrun), infirmière anesthésiste à l'hopîtal Laennec (aujourd'hui, cet hôpital n'existe plus). Il demande son numéro de téléphone. A partir de là, on assiste à un genre de ménage à trois houleux entre Alexandre, Marie et Véronika. Chacune des deux femmes voudrait garder Alexandre pour elle seule. 

Je voudrais faire quelques remarques générales: les personnagess n'arrêtent pas de boire de l'alcool fort (je ne donnerai pas de marque), de fumer du tabac blond ou brun. Ils ne font pratiquement que cela. Ils parlent de sexe en passant de la théorie à la pratique, ils écoutent de la musique et des chansons sur un électrophone 33 tours. Le téléphone à cadran est aussi présent. Dans une séquence, on peut admirer le très beau corps de Bernadette Lafont, et dans plusieurs scènes, le sublime sourire de Françoise Lebrun: quand elle sourit, son visage irradie. Sinon, quand il est aux Deux Magots, Alexandre lit La prisonnière de Proust, les quotidens Le Monde et France-Soir (ce dernier quotidien a cessé de paraître depuis plusieurs années). Et Alexandre roule dans une 4L empruntée à une voisine.
Du point de vue technique, l'image noir et blanc est carrée. Le film est une suite de scènes plus ou moins liées.

Mon sentiment personnel est que le film est un peu long, surtout vers la fin. Jean-Pierre Léaud m'a paru jouer faux dès le début, mais au bout d'un moment, on s'habitue. Je suis contente de l'avoir vu mais je ne suis pas sûre de le revoir.