samedi 14 mars 2015

Crosswind (La croisée des vents) - Martti Helde / Pause vacancière

Comme je m'absente de France pendant presque deux semaines, je voulais évoquer un film singulier.

Je conseille en effet Crosswind (La croisée des vents), un film tourné dans un très beau noir et blanc avec une caméra qui avance, recule, fait des aller-retour et passe d'un endroit à l'autre, passant à côté ou entre des personnages figés tels des statues. Et pourtant, on voit que ce sont des êtres vivants. Ils prennent la pose comme s'ils allaient être peints. Il suffirait d'un souffle pour qu'ils bougent, ainsi le tablier d'une vieille femme en haut de marches. Le réalisateur estonien, Martti Helde, a choisi un parti pris esthétique audacieux pour mettre en images les lettres d'une jeune femme estonienne, Erna, qui écrivit à son mari pendant les quinze ans de sa captivité en Sibérie. En effet, en juin 1941, sur ordre de Staline, des habitants (plus de 500 000 mille) des pays Baltes - Estonie, Lithuanie et Lettonie - ont été déportés en Sibérie. Erna en "voix off" lit quelques lettres qu'elle écrit à son mari (elle ne les a jamais envoyées, ignorant ce qu'il était devenu). Car à l'époque, dès qu'ils montaient dans les trains en partance pour la Sibérie (26 jours de voyage dans des wagons à bestiaux sans pouvoir se laver ni presque manger), les femmes et les enfants étaient séparés des maris. Erna a connu la faim, les privations, le viol, les conditions de travail harassantes. Le film qui ne dure qu'1H27 est envoûtant et pas ennuyeux. J'espère qu'il ne va pas disparaître trop tôt des écrans. Dans la salle, le soir où j'ai vu le film, il n'y avait qu'une vingtaine de spectateurs: c'est peu.

P1050202  P1050201

 

Sinon, pendant que je serai au Guatemala, je pense que mon bouton d'Amarillys va pousser de plus en plus. La plante était en sommeil depuis presque un an. Quand j'ai découvert ce bouton, j'ai été très contente. Mon ami m'a promis de l'arroser en mon absence. Et moi, je vous dis à bientôt.

P1050197

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 27 février 2015

Le dernier loup - Jean-Jacques Annaud

Le dernier loup de Jean-Jacques Annaud nous emmène dans les steppes de Mongolie aux confins de la Chine. Après les ours et les tigres, le réalisateur a donc choisi comme héros de son film le loup mongol (c'était aussi un des surnoms de Gengis Khan). En 1967, un an après la Révolution culturelle sous Mao, deux jeunes étudiants chinois dont Chen Zhen partent en Mongolie intérieure pour deux ans, avec des valises remplis de livres. Ils vont partager la vie d'éleveurs nomades qui s'occupent de centaines de moutons. Ces nomades vivent au contact des loups qu'ils craignent et respectent, à l'image d'Aba, le chef vieux et sage d'un village composé de yourtes. Les loups qui sont des animaux intellligents et dotés d'une immense patience chassent en meute les gazelles qui se reproduisent en grand nombre, ainsi que les écureuils et les marmottes qui ravagent les terres. Malheureusement pour les loups, les autorités chinoises décident de faire disparaître ces prédateurs car ils menacent la sécurité de populations chinoises qui viennent s'installer dans la région. La disparition se fait en deux temps: d'abord les gazelles mortes (conservées dans des congères naturelles) et qui sont la nourriture principale des loups sont prélevées pour être données à la population chinoise (qui, à l'époque, mourrait de faim) - les loups commencent donc aussi à être affamés - et dans un deuxième temps, des fonctionnaires du gouvernement chinois décident d'éradiquer les loups en tuant les portées de louveteaux. Il est dit dans le film qu'ils les dépiautent pour récupérer leur fourrure. Chen Zhen, qui est un garçon sensible, sauve un louveteau et l'élève. Je vous laisse découvrir les péripéties qui émaillent ce film bien fait. Les paysages de Mongolie à perte de vue sont un vrai dépaysement (cela donne envie de partir). On sent que le réalisateur a aimé filmer ces loups, des bêtes au pelage fauve et au regard magnifiques. Un film pour toute la famille, mais la mort des louveteaux (hors champ) risque peut-être de perturber les plus jeunes. Le film, co-produit par la Chine, est adapté du livre Le totem du loup qui est un récit très autobiographique de Jiang Rong paru en 2004, best-seller en Chine. Lire le billet d'Alex-6.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 18 février 2015

Le prix à payer - Harold Crooks / Mon fils - Eran Riklis / Les jours venus - Romain Goupil

Voici trois films (dont un documentaire) dont j'attendais beaucoup et qui m'ont relativement déçue.

Je commence par Le prix à payer, un documentaire canadien d'Harold Crooks. C'est une suite de témoignages de personnes inconnues (je n'ai pas retenu leur profession) qui tente de nous expliquer comment des multinationales style G**gle, Am*z*n, Ap*le, ayant leur siège social domicilié dans des paradis fiscaux (Luxembourg, Caraïbes, Iles Caïman, Irlande) sont très peu taxées sur leurs revenus. Et on apprend dès le début du documentaire que le premier paradis fiscal est la City de Londres, un des plus importants centres financiers du monde. J'ai trouvé l'idée du documentaire pertinente, mais cette suite de témoignages avec quelques images d'archives pas très parlantes m'a assez vite ennuyée. C'est très répétitif alors que le sujet est passionnant. La seule solution que j'ai retenue, sur les possibilités de taxer ces entreprises qui engrangent des bénéfices colossaux, serait celle de taxer toutes les transactions financières au niveau mondial, et donc que tous pays s'unissent. Pour moi, c'est parfaitement utopique.

Je continue avec Mon fils d'Eran Riklis, qui est, selon moi, un film au scénario très curieux. En Israël, Eyad, un jeune arabe israélien, est accepté dans une prestigieuse école privée de commerce à Jérusalem. Jusque-là, il vivait au milieu d'une famille aimante dans un quartier arabe. Son père est très fier que son fils puisse faire des études. Eyad est assez vite en butte aux moqueries de ses camarades, mais il trouve du réconfort dans les bras de Noami, une jeune juive ashkénaze. Pendant ses temps libres, à titre bénévole, Eyad accepte de s'occuper de Jonathan, un jeune juif gravement malade. Jonathan vit avec sa mère Edna (Yaël Abecassis). Petit à petit, Eyad va prendre beaucoup de place dans la vie d'Edna et Jonathan. Je vous laisse découvrir jusqu'où. La fin de l'histoire m'a vraiment surprise. Je n'y ai pas cru. Du même réalisateur, j'avais préféré Les citronniers.

Je termine avec Les jours venus de Romain Goupil. C'est une sorte d'autofiction de Romain Goupil sur Romain Goupil (et un peu sur sa famille, ses parents, sa femme et ses fils). Vu qu'il a plus de 60 ans, Pôle emploi lui envoie un courrier: il doit préparer sa retraite et reconstituer sa carrière. C'est à cette occasion que les souvenirs affluent: mai 68, sa rencontre avec sa future femme à Sarajevo pendant la guerre de Bosnie. Il a aussi l'idée de refaire un film avant qu'il ne soit trop tard. Il ne lui reste plus beaucoup de temps car les années passent vite. Dès la scène d'ouverture, le ton est donné: un piano tombe et s'écrase dans une cour d'immeuble, manquant de justesse Romain. La banquière (qui s'appelle Mme Goupil) avec qui il a rendez-vous est tombé sous son charme. Romain discute aussi avec sa productrice puiis une jeune femme peintre qui est sa voisine d'immeuble. Au bout du compte, il ne se passe pas grand-chose, sauf durant la dernière séquence qui est savoureuse : Romain vient de mourir et à son enterrement beaucoup de ses amis sont là, dont Daniel Cohn-Bendit et André Glucksman, Arnaud Despleschin, Mathieu Amalric et Jackie Berroyer. Les parents et la femme de Romain Goupil jouent leur propre rôle. J'avoue que je m'attendais à autre chose, il manque un vrai fil conducteur. C'est léger et grave en même temps; mais je ne peux pas dire que le film qui dure 1H25 m'ait passionnée plus que cela. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 9 février 2015

Felix et Meira - Maxime Giroux

Voici un film sorti le 4 février 2015 qui risque de passer inaperçu. Cela serait dommage car ce film canadien raconte une histoire touchante qui se passe pour partie dans le milieu juif hassidique. Meira, mère d'une petite fille (encore bébé), Elishevah, est marié à Shulem. Elle a de plus en plus de mal à supporter le carcan de la communauté hassidique dans laquelle elle vit. Elle n'a pas le droit de dessiner ni d'écouter de la musique. Elle est douée dans la première matière et aime écouter du jazz. Felix, lui, traîne son spleen. Il vient de perdre son père et il a hérité d'une certaine somme d'argent. Il n'a pas d'attache à part sa soeur. Par hasard, il rencontre Meira dans une épicerie casher à Montréal. Ce n'est pas forcément le coup de foudre entre ces deux êtres, mais ils commencent à se parler, à se revoir. Ils sont très différents et pourtant ils vont se rapprocher. J'ai apprécié ce film tout en retenue dont l'histoire est narrée par petites touches. Les personnages sont tout en nuance particulièrement Shulem, le mari de Meira qui se révèle ne pas être aussi psychorigide qu'on pourrait le penser au début. Un joli film à voir avec tout de même une fin un peu décevante (en ce qui me concerne): à force d'être dans la retenue, ça se termine dans le flou sur leurs relations futures...

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 3 février 2015

Phoenix - Chritian Petzold / Snow Therapy - Ruben Östlund

Décidément, l'année 2015 démarre bien du point du vue cinématographique (à défaut d'autre chose...).

Voici encore deux films, l'un allemand et l'autre suédois, qui valent le déplacement.

Je commence par Phoenix de Christian Petzold, film dans lequel on retrouve Nina Hoss et Ronald Zehrfeld, les deux acteurs de Barbara du même réalisateur. Phoenix est le nom d'un cabaret dans le secteur américain de Berlin. Et c'est peut-être une allusion au phénix, l'oiseau fabuleux qui renaît de ses cendres comme l'héroïne de l'histoire qui renaît à la vie. En effet, à la fin de la 2ème guerre mondiale, dans Berlin en ruines, Nelly Lenz, d'origine juive, est une rescapée des camps de la mort. Elle vient de subir une grave opération au visage après avoir été blessée par balles. Hébergée par une amie, Nele Winter, Nelly recherche son mari, Johannes, "Johnny" qu'elle n'a pas cessé d'aimer bien qu'il l'ait peut-être trahie. Elle le retrouve, mais il ne la reconnait pas car il est sûr qu'elle est morte. Néanmoins, Johannes veut se servir d'elle comme sosie de sa femme pour s'emparer de l'héritage de cette dernière. Jusqu'au bout, Nelly veut croire que les choses vont rentrer dans l'ordre. Jusqu'au bout, Johnny refuse de croire qu'il se trouve face à sa femme. L'histoire s'achève par une chanson de Kurt Weill et Ogden Nash: Speak Low (parle bas) chantée par Nina Hoss: magnifique séquence. Je dirais que même si j'ai trouvé le film un peu long à démarrer, je l'ai beaucoup apprécié. Nina Hoss et Ronald Zehrfeld sont vraiment excellents. Lire les billets d'Alex et Ffred.

Je passe maintenant à Snow Therapy qui se passe en France, dans les Alpes, sur une période de six jours. Tomas et Ebba, un couple de Suédois, et leurs deux enfants, viennent passer une semaine au ski. Le film très bien réalisé se décompose en six journées pendant lesquelles les relations vont se déliter à l'intérieur de ce couple de "bobo" scandinaves suite à une malencontreuse avalanche. En effet, le deuxième jour, pendant qu'ils déjeunent dans un restaurant avec une terrasse panoramique, la famille assiste à une avalanche qui risque de les engloutir. Le père a le réflexe de prendre ses gants et son iphone avant de s'enfuir en courant en laissant sa femme et ses deux enfants en plan. A partir de là, imperceptiblement, l'atmosphère devient lourde. Pendant les quatre jours qui vont suivre, on perçoit qu'Ebba n'arrive pas à se remettre de ce qui est arrivé. Quand elle en parle à des personnes qui logent aussi à l'hôtel, son interprétation des faits diffère de celle son mari qui ne se sent coupable de rien. Le réalisateur a beaucoup travaillé ses plans et son cadrage. La lumière a aussi son importance ainsi que la bande-son. C'est un film visuel et sensoriel. Le film a été primé à juste titre, au festival du film de Cannes de l'année dernière, du prix du jury d'Un certain regard.

 Lire les billets enthousiastes de Chris et Ffred.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 21 janvier 2015

Les nouveaux sauvages - Damien Szifron / Les souvenirs - Jean-Paul Rouve

J'ai vu Les Nouveaux sauvages, du réalisateur argentin Damien Szifron, lors d'une avant-première vers la mi-septembre 2014. Ce film est composé de six sketchs, tous détonnants, parfois drôles et politiquement pas très corrects. Rien que celui qui ouvre le film en prégénérique vaut à lui seul le détour. Dans un avion en vol, les quelques passagers embarqués découvrent au cours de leurs discussions qu'ils ont une connaissance en commun: un dénommé Pasternak, un musicien nul. Je vous laisse découvrir ce qu'il advient de l'avion et de ses passagers: l'issue est impressionnante, on s'y croirait. Le titre original du film, Relatos salvares ("les récits sauvages"), convient bien. En effet, les six sketchs montrent ce que des êtres humains de toutes conditions sont capables de faire quand ils "pètent les plombs". Tous les coups sont permis avec des dommages considérables: quelques morts, des blessés, des voitures accidentées, une soirée de mariage qui part en vrille, des comportements irresponsables. Dans le sketch que joue Ricardo Darin, on se retrouve dans un univers kafkaïen où un homme plutôt calme arrive à se servir de dynamite. Je vous laisse découvrir ce segment peut-être un peu long mais très réussi. Le film a été produit par les frères Almodovar, Pedro et Augustin. Lire les billets de Tinalakiler, ffred et Alex.

Je passe maintenant au film français Les souvenirs de Jean-Paul Rouve, d'après un roman de David Foenkinos (pas lu). C'est surtout l'occasion d'admirer la petite ville d'Etretat vue d'hélicoptère avec l'aiguille creuse: ça donne vraiment envie d'y passer un week-end. Pour le reste, l'histoire m'a donné le cafard pour des raisons personnelles. Il n'empêche que c'est une histoire touchante, celle d'une grand-mère qui enterre son mari. Peu de temps après, ne pouvant plus vivre toute seule, ses enfants la placent en maison de retraite où il y a plein de "vieux". Un jour, elle disparaît de cette maison de retraite rattrapée par ses souvenirs de quand elle était petite fille. Michel Blanc, Chantal Lauby, Annie Cordy (la grand-mère) et le jeune Mathieu Spinozi (le petit-fils) sont excellents. Un joli film à ne pas voir si vous avez un moment de déprime. Lire les billets d'Armelle et Alain.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 15 janvier 2015

Six films vus et non commentés depuis le 01/01/15

Vu la très triste actualité de ces derniers jours, j'ai pris du retard dans mes chroniques "cinéma".

Voici un billet sur six films. Je recommande surtout et avant tout le dernier, le film sud-coréen, Hard day, assez jubilatoire.

The Riot club de Lone Scherfig: cette histoire de jeunes Oxfordiens issus de milieux très aisés et capables d'actes inqualifiable ne m'a pas plu. Les personnages ont tous un état d'esprit détestable. Si ce sont eux qui incarnent la future élite de la nation anglaise, ce n'est pas brillant. Des jeunes universitaires font partie d'un club très fermé, "The Riot Club", créé au XVIIIème siècle. Ils sont 10. Sous leurs airs proprets, ce sont des jeunes hommes redoutables, buveurs, prenant de la drogue, louant les services de prostituées. Parce qu'ils ont beaucoup d'argent, ils se sentent inatteignables. Je ne conseille pas du tout ce film réalisé par Lone Scherfig (An éducation), qui m'a vraiment mise mal à l'aise.

Astérix et le domaine des dieux d'Alexandre Astier et Louis Clichy est une réussite, tant du point de vue animation que de l'histoire. Alexandre Astier qui a écrit le scénario a ajouté des personnages, des situations, qui ne nuisent pas à l'album d'origine, bien au contraire. On voit même comment le pauvre Obélix n'est plus que l'ombre de lui-même faute de sanglier. J'espère que les prochaines adaptations des albums seront aussi convaincantes.

Les pingouins de Madagascar d'Eric Darnell et Simon J. Smith est un dessin animé plaisant, avec quatre pingouins "dans le vent" qui vont tenter de sauver leur espèce menacée par une méchante pieuvre voulant les transformer en monstres qui feraient peur aux petits enfants. L'intrique m'a fait penser, en plus enfantin, à celle de Moi, moche et méchant 2. Pas impérissable.

L'affaire SK1 de Frédéric Tellier retrace la traque et le procès assez rapide du "serial-killer" français Guy Georges, qui a violé et étranglé plusieurs femmes sur une période de presque 10 ans dans l'est parisien, avant qu'il ne soit trahi par son ADN. L'acteur qui interprète Guy George convient bien: il a un visage innocent malgré ses actes. Face à lui, Raphaël Personnaz, dans le rôle de l'inspecteur qui arrive à le démasquer, est très bien. Nathalie Baye dans celui de l'avocate est crédible quand elle recherche l'homme derrière le monstre. Mais j'ai trouvé la partie "traque" plus intéressante que la partie "procès". Film honorable. Lire le billet de ffred.

Valentin, Valentin de Pascal Thomas: après ses adaptations plus ou moins réussies d'Agatha Christie, Pascal Thomas a choisi un roman de Ruth Rendell que je ne connais pas (La maison du lys tigré). Je ne peux pas dire que cela lui réussisse beaucoup mieux. Valentin Fontaine est plutôt joli garçon. Il vit tout seul dans un grand appartement dans un immeuble peuplé de personnages atypiques, dont pas mal de femmes, jeunes ou vieilles qui ont le béguin pour lui. Il entretient une relation fougueuse avec Claudia (Marie Gillain), une femme mariée légèrement nymphomane. Sans oublier que Valentin a une mère interprétée à merveille par l'inénarrable Arielle Dombasle. Le couple de gardiens de l'immeuble joue aussi un rôle non négligeable dans l'intrigue. Dès le départ, on sait que le pauvre Valentin est mort assassiné, et une grande partie de l'intrigue consiste à savoir par qui. Gentillet mais sans plus. Marie Gillain en nymphomane n'est pas très crédible. Géraldine Chaplin en "pochetronne" m'a fait de la peine.

Je termine par Hard Day de Seong-hoon Kim, recommandé de manière très justifiée par FredMJG. Ce film m'a beaucoup plu car il ne souffre d'aucun temps mort, on est souvent surpris par l'enchaînement des événements, et il y a beaucoup d'humour. Go (détective à la police criminelle) et ses collègues sont coupables de malversations. Ils sont sous le coup d'une enquête interne. La "dure journée" du titre, Go part en voiture à l'enterrement de sa maman. Il a pas mal bu et renverse un homme qui meurt sous ses yeux. Ni une, ni deux, Go embarque le cadavre dans son coffre de voiture, et c'est à ce moment-là que les ennuis commencent. Quelqu'un l'a vu. Je ne vous en dis pas plus, mais si vous allez le voir, vous ne le regretterez pas.

mardi 16 décembre 2014

Timbuktu - Abderrahmane Sissako / Nos enfants - Ivano de Matteo

Avant de vous communiquer très prochainement mon palmarès cinéma pour 2014 (mes films préférés), voici deux longs-métrages vus à la suite, un soir, le week-end dernier.

Je commence avec Timbuktu du réalisateur mauritanien Abderrahamane Sissako. Ce film avait été sélectionné en compétition officielle au dernier festival international du film de Cannes. Il en est reparti bredouille. Même si c'est regretttable, je peux le comprendre car malgré le sujet, on n'est pas vraiment ému (enfin, personnellement, je n'ai pas été vraiment bouleversée). Mais Timbuktu vaut la peine d'être vu pour de magnifiques images de dunes de sable (qui ressemblent au corps d'une femme nue) et de grands plans d'eau; ou pour le sourire radieux d'une petite fille qui adore son père (qui le lui rend bien). En revanche, le film montre aussi la poursuite d'une gazelle (qui s'épuise à courir), la mort d'un coup de lance d'une vache appelée GPS (c'est la scène qui m'a le plus touchée). La bêtise et la cruauté humaine sont incarnées si je puis dire par des hommes enturbannés qui arrivent dans des jeeps. Dans cette petite ville de Tombouctou, ces hommes venus d'ailleurs (ils ont besoin de traducteurs pour donner des ordres ou juger), guidés par l'i*lamisme le plus radical, commencent à interdire: la musique, les chansons, les jeux de ballons. Les femmes doivent porter des gants et des chaussettes. Sans parler de la lapidation d'un couple pour une obscure raison et d'une jeune fille mariée de force. Pendant ce temps, la vie tranquille de Kidane, de sa femme Satima et sa fille Toya est fracassée par la mort GPS. Le réalisateur a voulu raconter beaucoup de choses de manière un peu trop mesurée, feutrée, en 1H37. Il m'a un peu laissée sur le bord de la route. Néanmoins, allez le voir. Ce n'est pas si courant de voir des films venus d'Afrique. Lire les billets de Miriam, d'Alex-6 et matchingpoints.

Je voulais évoquer maintenant Nos enfants, un film italien qui est une libre adaptation du roman Le dîner d'Herman Koch. Personnellement, j'avais très moyennement aimé le roman. Je dirais que je préfère nettement le film, qui reprend les grandes lignes de l'histoire. Nous sommes en présence de deux frères, l'un est un avocat retors (Alessandro Gassman), et l'autre, un chirurgien dans un service pédiatrique (Luigi lo Cascio). Mariés chacun de leur côté, le premier a une grande fille de 16 ans d'un premier lit, le deuxième a un fils acnéique qui a aussi 16 ans. Les deux grands adolescents s'entendent relativement bien et se soutiennent surtout quand ils commettent l'irréparable. J'ai apprécié que le film ne se contente pas d'être un dîner prolongé (contrairement au roman). Les quatre adultes ne se réunissent autour d'une table de restaurant qu'au début et à la fin du film. Entretemps, on suit l'évolution du comportement des personnages, leurs pensées. Il y a pas mal de nuances dans la psychologie de chacun. J'ai trouvé le scénario assez subtil. Tous les comédiens sont excellents. Un bon film. Lire le billet d'Alex-6.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 25 novembre 2014

Mommy - Xavier Dolan

Je me suis enfin décidée à aller voir ce film couronné du prix du jury ex-aequo (avec le film de J.-L. Godard) au dernier Festival international du film de Cannes. Mommy de Xavier Dolan (Maman en VF) est en effet l'histoire d'une maman, Diane, complètement dépassée par le comportement de son fils, Steve, un garçon de 15 ou 16 ans, hyperactif, violent, incontrôlable, qui alterne les "hauts" et les "bas". Diane est veuve depuis 3 ans et elle galère pour trouver un travail. car elle vient d'être renvoyée de chez son dernier employeur. Steve, responsable d'un incendie dans l'institution où il suivait un traitement, doit revenir auprès d'elle. En face de chez eux vit Kyla, entourée de son mari et de sa fille. Elle ne se remet pas du deuil d'un enfant. Les problèmes d'élocution qu'elle a développés ne l'empêchent pas de donner des cours du soir à Steve pour qui elle s'est pris d'affection. Le film tourné en format carré, qui dure 2H15, n'est pas exempt d'affèterie et de maladresses (la dernière séquence peut paraître de trop). Mais je l'ai aimé (beaucoup) pour le formidable trio de comédiens composés d'Anne Dorval (Diane) - elle crève l'écran -, Suzanne Clément (Kyla) et Antoine-Olivier Pilon (Steve). Malgré un sujet très dur et des séquences éprouvantes (et je ne l'ai pas trouvé trop hystérique grâce au talent des acteurs), le film comporte de très belles scènes comme celle où Diane, Kyla et Steve dansent sur une chanson de J.-J. Goldman chantée par Céline Dion. Des trois films de Xavier Dolan (25 ans) que j'ai vus, c'est celui que j'ai préféré (et de loin).

Lire les billets d'Alex-6, Chez sentinelle, matchingpoints, Colette, Kathel, Tinalakiller, Wilyrah, Chris, Mior et Pierre D.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 13 novembre 2014

A Girl at my door - July Jung / De l'autre côté du mur - Christian Schwochow

Voici deux films très différents sortis tout récemment et dont je ne connaissais pas les réalisateurs.

Dans le film sud-coréen A Girl at my door de July Jung, des thèmes qui paraissent pas couramment traités dans le cinéma asiatique sont abordés: l'homosexualité féminine, l'enfance maltraitée et les travailleurs clandestins. Une jeune "fliquette", Young-Nam, vient d'être mutée par mesure disciplinaire dans une petite ville de pêcheurs. Elle vit seule dans une maison à la décoration spartiate. Elle n'arrête pas de boire un liquide que j'ai cru être de l'eau, et qui s'avère être de l'alcool. Juste après son arrivée, elle fait la connaissance de Dohee, une gamine de 13 ou 14 ans, battue comme plâtre (et injuriée par la même occasion) par son père et sa grand-mère. La mère a quitté le foyer conjugal depuis longtemps. Dohee, qui a des crises de rage incontrôlables, s'attache à Young-Nam. La grand-mère meurt d'une manière brutale et le père qui est ivre presque tout le temps devient agressif envers Young-Nam. Je vous laisse découvrir comment se déroule l'histoire dont la fin amorale m'a gênée et met mal à l'aise. Un film que je ne reverrai pas. Lire le billet d'Alex-6.

Les grandes qualités du film allemand De l'autre côté du mur sont le rythme narratif (on est tout de suite pris dans l'histoire) et surtout l'interprétation. Jördis Triebel qui interprète Nelly Senff a reçu un prix d'interprétation en Allemagne. En 1978, Nelly et son petit garçon Alexei s'enfuient de RDA et arrivent à Berlin Ouest. Pour devenir citoyenne de RFA afin de trouver un travail et un logement, Nelly doit avoir sa demande d'asile tamponnée 12 fois par différents services qui lui font subir de nombreux interrogatoires. Pourquoi a-t-elle quitté la RDA? Qu'est devenu le père (d'origine russe) de son fils? Est-elle sûre qu'il est bien mort accidentellement? Il est fait souvent référence à la Stasi. En RFA, Nelly loge dans un centre d'accueil où règne la promiscuité et une certaine violence. Les conditions de vie sont dures. Nelly et Alexei essayent de se tenir les coudes même si ce n'est pas facile. Le reproche que je ferais à ce film de Christian Schwochow, c'est sa fin, où beaucoup de questions restent en suspens. C'est frustrant. Un film que je conseille mais sans plus. Lire les avis d'Aifelle et de ffred.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , ,